CONVENTIONS MARITIMES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Depuis la fin du xixe siècle, des associations privées se sont efforcées, dans le cadre de rencontres appelées conférences, de porter remède aux disparités des codifications concernant le droit maritime. Ainsi, l'International Law Association (Bruxelles, 1873) a mis au point les règles d'York et d'Anvers sur les avaries communes ainsi que les règles de La Haye sur les transports sous connaissement ; quant à l'Institut de droit international, il a élaboré divers projets touchant la solution des conflits de loi ; enfin, le Comité maritime international (Anvers, 1897) centralise les travaux des associations nationales et organise des conférences de travail. À Rijeka, en 1959, a ainsi été définie la responsabilité des exploitants de navires nucléaires ; de même, cette conférence a opéré une révision des conventions de 1924 sur le transport sous connaissement et de celles de 1914 sur l'assistance. La conférence de Stockholm, en 1963, a établi les responsabilités du transport maritime, celles relatives aux navires en construction et celles engagées au titre du transport des bagages des passagers. La conférence tenue à Tōkyō, en 1969 (peu après l'affaire de la pollution des côtes de la Manche par le pétrole du Torrey Canyon), devait quant à elle statuer sur la réparation des dommages causés par la pollution et préciser divers points de droit touchant le transport combiné de marchandises (règles de Tōkyō), de passagers et de bagages.

Les projets mis au point par le Comité maritime international servent de base aux travaux de la Conférence diplomatique de Bruxelles, qui est un organisme international à caractère gouvernemental et dans lequel les États sont représentés et s'engagent, sous réserve de ratification, par leur signature. Elle n'est pas permanente mais tient des « sessions » à Bruxelles.

Celles-ci ont abouti à d'importantes conventions : celle de 1910, qui sera révisée en 1967, devait trancher par un règlement uniforme les litiges surgis dans le cas d'abordage et d'assistance en mer, l [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : commissaire principal de la Marine, directeur du service juridique de la banque Hervet

Classification

Autres références

«  CONVENTIONS MARITIMES  » est également traité dans :

CONVENTION SOLAS

  • Écrit par 
  • Serge BINDEL
  •  • 1 293 mots
  •  • 1 média

La Convention internationale pour la sauvegarde de la vie humaine en mer, connue généralement sous le nom de convention Solas (International Convention for the Safety of Life at Sea), a pour objet de spécifier un certain nombre de normes standards minimales relatives à la construction et à l'exploitation des navires de commerce, afin de garantir la sécurité des équipages, des passagers et des na […] Lire la suite

EAUX TERRITORIALES

  • Écrit par 
  • Alain-Philippe CRESSARD
  •  • 1 060 mots

En droit international, on entend par eaux territoriales, ou mer territoriale, l'espace maritime intermédiaire entre les eaux intérieures (lacs, estuaires ou baies) et la haute mer, espace compris entre la ligne de base de la mer territoriale côté terre et une ligne idéale qui, établie à la limite de la haute mer, est définie par l'État côtier et portée à la connaissance de la communauté internati […] Lire la suite

FOND DES MERS, droit international

  • Écrit par 
  • Pierre Michel EISEMANN
  •  • 562 mots

Longtemps ignorés, les fonds marins sont devenus un objet d'intérêt pour les États, du jour où leurs potentialités économiques furent connues. Dès 1945, certains États réclamèrent le droit d'exploiter seuls les ressources de leur plateau continental (c'est-à-dire le sol et le sous-sol de la mer descendant en pente douce de la côte jusqu'à une marge continentale) ; et il est internationalement reco […] Lire la suite

LIBERTÉS DE LA MER

  • Écrit par 
  • Pierre Michel EISEMANN
  •  • 290 mots

Sur les parties des mers et des océans qui ne sont pas soumises à la juridiction des États côtiers, c'est-à-dire sur ce qu'il est convenu d'appeler la haute mer, les libertés de la mer sont reconnues à tous. La haute mer n'est en effet soumise à aucune souveraineté, et elle doit être considérée comme res communis , chose commune à tous les pays, qu'ils soient ou non côtiers. En conséquence, sous r […] Lire la suite

MER DROIT DE LA

  • Écrit par 
  • Charles VALLÉE
  •  • 3 169 mots

Constitué par l'ensemble des règles relatives à l'utilisation des espaces maritimes par les sujets du droit international au premier rang desquels figurent les États, le droit de la mer présente la particularité d'être un des éléments les plus anciens de ce droit, si l'on considère l'apparition de ses premières normes, et un des plus modernes aussi, puisqu'il a été l'objet d'une refonte totale et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre-Marie HUET, « CONVENTIONS MARITIMES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conventions-maritimes/