MEUNIER CONSTANTIN (1831-1905)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur et peintre belge. Dès sa jeunesse, Meunier a été profondément marqué par les maîtres du réalisme français et belge dont il allait, dans une large mesure, poursuivre l'inspiration jusqu'à la fin du siècle : son ami Charles de Groux (1825-1870), le « peintre des malheureux » ; Millet, dont les sujets paysans sont très tôt connus et appréciés en Belgique ; Courbet, dont les Casseurs de pierre font sensation à Bruxelles en 1851. Dès lors, les sujets religieux qu'il peint à l'occasion d'un séjour à la Trappe dans les années 1860 ne sont qu'un intermède. C'est à partir de 1884 qu'il trouve sa voie en se tournant définitivement vers le grand et unique sujet de la dernière partie de sa vie : le monde du travail de la Belgique industrielle, du Pays noir. Sculptures et peintures se succèdent alors régulièrement. Les secondes, moins connues, valent surtout par l'énergie et la franchise sans apprêt avec laquelle ces sujets austères sont abordés (Hauts Fourneaux, Charbonnages sous la neige, Au Pays noir, 1890). Mais c'est dans la sculpture surtout, qui occupe la plus grande part de son activité, que l'art de Meunier trouve son accomplissement. Le Marteleur, dont il expose avec succès le plâtre au Salon de Paris en 1886, marque le début d'une série de « types » abondamment diffusés par la photographie et la gravure, et qu'on peut voir aujourd'hui sur les places et dans les musées de Belgique. Le Puddleur (1887), Le Débardeur d'Anvers (1890), Le Vieux Cheval de mine (1893), Le Semeur (1898) conduisaient ainsi à un grand monument que Meunier n'a pas eu le temps d'achever mais dont le titre résume l'ambition de sa vie : Glorification du Travail. Évitant presque toujours l'anecdote, expressif sans sentimentalité, « réaliste » mais très soucieux aussi de la forme et du style, l'art de Meunier atteignit d'emblée à une sorte de classicisme qui devait lui rallier tous les suffrages : « C'est un homme admirable. Il a la grandeur de Millet. C'est un des grands artistes du siècle » (Rodin).

—  Jean-Paul BOUILLON

Écrit par :

  • : professeur d'histoire de l'art moderne et contemporain à l'université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand

Classification

Autres références

«  MEUNIER CONSTANTIN (1831-1905)  » est également traité dans :

TECHNIQUE ET ART

  • Écrit par 
  • Marc LE BOT
  •  • 5 565 mots

Dans le chapitre « Le beau et l'utile »  : […] La conservation, par Diderot, des catégories médiévales qui répartissent les activités humaines en « arts libéraux » et « arts mécaniques » marque son intention de ne pas exclure ces derniers du champ de la culture, au moment même où la publication des planches de l' Encyclopédie concourt au développement des modes industriels de la mécanisation. Sans doute est-ce du travail artisanal que Diderot […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Paul BOUILLON, « MEUNIER CONSTANTIN - (1831-1905) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 10 mai 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/constantin-meunier/