CONSEIL DES TROUBLES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

En août 1567, le duc d'Albe fut envoyé aux Pays-Bas comme gouverneur espagnol à la tête d'une forte armée pour rétablir l'ordre troublé par une explosion de violences iconoclastes, dues à un nombre croissant de calvinistes. Partisan d'une répression féroce, il créa le Conseil des troubles (appelé Bloedraad, ou Conseil du sang, par les Néerlandais), comprenant de grands seigneurs néerlandais fidèles et trois conseillers espagnols qui exerçaient en fait un rôle de contrôle. Ce tribunal condamna à mort ou à la prison des milliers de gens, sans procès régulier. Il avait pour objet, non seulement d'imposer de force une adhésion au catholicisme, mais encore de mettre un terme au particularisme néerlandais, issu de droits, de coutumes et de privilèges traditionnels, qui avait fait obstacle à la domination absolue de Philippe II d'Espagne.

Les premières victimes du Conseil des troubles furent les grands seigneurs et les membres de la petite noblesse qui, en 1566, avaient adressé une pétition à Marguerite de Parme, gouvernante des Pays-Bas, pour mettre un frein à la persécution religieuse contre les protestants. L'arrestation illégale de deux grands seigneurs, les comtes d'Egmont et de Hornes (qui devaient tous deux être exécutés en juin 1568), incita des milliers de nobles et de calvinistes à s'enfuir à l'étranger ; à leur retour, ils constituèrent, sous le nom de « gueux », les forces militaires de la résistance néerlandaise contre l'Espagne (1568-1609). Tous les biens des condamnés furent confisqués et échurent au trésor du gouvernement central.

Le duc d'Albe utilisa la menace du Conseil des troubles pour faire accepter aux villes et aux provinces l'établissement d'un impôt de 10 p. 100 sur les ventes qui, en donnant l'indépendance financière au gouvernement central, devait lui permettre de briser le particularisme néerlandais. Annoncé en mars 1569, et bien que ne devant être appliqué qu'en 1571, cet impôt causa un mécontentement général ; tous les fonctionnaires provinciaux et municipaux qui cherchèrent à s'opposer à cette mesure furent arrêtés, torturés et emprisonnés. Une amnistie générale — dont les rebelles les plus fanatiques étaient exclus — fut décrétée en 1570. Le Conseil des troubles ne se manifesta plus après le départ du duc d'Albe, en 1573. Il fut aboli l'année suivante.

—  Pierre GOBERT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CONSEIL DES TROUBLES  » est également traité dans :

ALBE FERNANDO ÁLVAREZ DE TOLEDO duc d' (1507-1582)

  • Écrit par 
  • Marie-France SCHMIDT
  •  • 630 mots

Appartenant à une illustre famille castillane, Fernando Álvarez de Toledo, duc d'Albe, se signale de bonne heure dans les expéditions de Charles Quint sur les champs de bataille d'Europe et d'Afrique : il participe à la bataille de Pavie en 1525, puis à la conquête de Tunis en 1535 et à l'expédition d'Alger contre les Turcs en 1541. La victoire de Mühlberg, qu'il remporte avec son souverain sur le […] Lire la suite

BELGIQUE - Histoire

  • Écrit par 
  • Guido PEETERS
  •  • 20 605 mots
  •  • 16 médias

Dans le chapitre « Le soulèvement contre Philippe II »  : […] Charles Quint abdiqua à Bruxelles en 1555, laissant les Dix-Sept Provinces à son fils Philippe II. Éduqué en Espagne, ce dernier ne parlait aucune des langues nationales et ne comprenait ni l'esprit tolérant ni l'aversion pour l'absolutisme de ses sujets. Profondément catholique, Philippe II se posait en champion du concile de Trente, du centralisme à outrance et de la persécution des protestants […] Lire la suite

GUEUX LES

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 945 mots
  •  • 1 média

Né de l'opposition sociale, politique et religieuse à l'autorité de Philippe II dans les Flandres et les Pays-Bas du xvi e siècle, le mouvement des « gueux » exprime à la fois le mécontentement populaire, responsable de la flambée d'iconoclasme, et les revendications des nobles et des notables calvinistes. Écrasée dans les provinces du Sud, la guérilla se développera, au nord, en une guerre de li […] Lire la suite

PAYS-BAS

  • Écrit par 
  • Christophe DE VOOGD, 
  • Frédéric MAURO, 
  • Guido PEETERS, 
  • Christian VANDERMOTTEN
  • , Universalis
  •  • 35 581 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « 1566-1576 première phase : le soulèvement général »  : […] On peut dater le début du soulèvement de la Fureur iconoclaste qui se déchaîna à partir du mois d'août 1566. Partie de la Flandre méridionale, elle se répandit comme une traînée de poudre via Gand, Anvers, jusqu'à Middelbourg, Amsterdam et Groningue. La profanation de ce qui était sacré aux yeux des catholiques et la violence déployée amenèrent d'emblée une scission de fait : ceux qui étaient atta […] Lire la suite

Les derniers événements

Burundi. Réélection de Pierre Nkurunziza à la présidence. 21-31 juillet 2015

 p. 100 des voix. Le taux officiel de participation est de 73,4 p. 100. Depuis l’annonce de la candidature controversée du chef de l’État en avril, le pays a connu de nombreux troubles, une tentative de coup d’État et une sévère répression visant l’opposition. Le 22, un conseiller de la présidence […] Lire la suite

Burundi. Tenue des élections législatives. 10-29 juin 2015

. La mobilisation de l’opposition contre la décision du chef de l’État de briguer un troisième mandat suscite des troubles dans le pays depuis le début de mai. Le 26, l’ensemble de l’opposition décide de boycotter le processus électoral tant que des conditions d’élections « paisibles, transparentes […] Lire la suite

Thaïlande. Coup d'État militaire. 7-30 mai 2014

Le 7, la Cour constitutionnelle destitue le Premier ministre Yingluck Shinawatra pour « abus de pouvoir ». Elle juge illégitime le limogeage – invalidé depuis lors – du chef du Conseil de sécurité nationale Thawil Pliensri, remplacé en septembre 2011 par un proche du Premier ministre. Yingluck […] Lire la suite

République centrafricaine. Changement à la tête du pays. 10-28 janvier 2014

Tiangaye. Le président du Conseil national de transition (C.N.T.), Alexandre-Ferdinand Nguendet, assure l'intérim de la fonction présidentielle. Michel Djotodia, chef politique de la rébellion nordiste de la Seleka, avait pris le pouvoir en mars 2013, soutenu par N'Djamena. L'échec […] Lire la suite

France. Interdiction d'un spectacle à caractère antisémite. 6-13 janvier 2014

de troubles publics causés par cette manifestation, pour lesquels il n'est pas établi que le préfet ne disposait pas des moyens nécessaires au maintien de l'ordre public, ne pouvait fonder une mesure aussi radicale que l'interdiction de ce spectacle ». Aussitôt saisi en appel par Manuel Valls, le Conseil […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre GOBERT, « CONSEIL DES TROUBLES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 février 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/conseil-des-troubles/