CONGRÉGATIONALISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Les avatars du congrégationalisme

Les partisans de ce système ecclésiastique furent persécutés et durent s'organiser en communautés clandestines. Plusieurs historiens de ce mouvement voient dans la congrégation secrète connue sous le nom de « Privye Church », et découverte par les autorités en 1567, la plus ancienne de leur Église (Dale, Peel). Robert Browne (vers 1550-1630) exposa le premier les théories du congrégationalisme, notamment dans son livre A Booke Which Sheweth the Life and Manners of All True Christians (Un livre pour enseigner la vie et les manières de tout vrai chrétien). En 1590, il réintégra cependant l'Église anglicane ; trois ans plus tard, ses anciens amis Barrowe et Greenwood furent pendus et la plupart des congrégationalistes émigrèrent en Hollande.

Une congrégation se reconstitua à Londres en 1616 ; plusieurs autres se créèrent en divers endroits pendant la lutte du Parlement contre la royauté. Les congrégationalistes ou « indépendants » (le second terme a une tonalité plus « politique ») arrivèrent au pouvoir grâce à la chute de la royauté : Olivier Cromwell, Milton, Hampden se rallièrent à eux. Sous le protectorat de Richard Cromwell (qui souhaitait la réunion des congrégationalistes et des presbytériens), ils préparèrent, à la conférence du Savoy, une « Déclaration de foi et d'organisation conforme à la pratique des Églises congrégationalistes d'Angleterre », où ils insistaient à la fois sur leur accord doctrinal avec l'assemblée presbytérienne de Westminster et sur leur propre système ecclésiastique, en partie amputé d'ailleurs par la répudiation complète du rôle de l'État.

La restauration fut hostile aux congrégationalistes, mais l'« Acte de tolérance », promulgué par Guillaume d'Orange à la suite de la révolution de 1688 mit fin aux persécutions. Au xviiie siècle, les princes de la maison de Hanovre accordèrent la liberté politique et religieuse à tous les protestants.

En 1620, une centaine de congrégationalistes anglais exilés en Hollande, les [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages




Écrit par :

  • : directeur d'études émérite du groupe Sociétés, religions, laïcités au C.N.R.S.

Classification


Autres références

«  CONGRÉGATIONALISME  » est également traité dans :

BAPTISME

  • Écrit par 
  • Jean SÉGUY
  •  • 1 083 mots

Dans le chapitre « L'ecclésiologie baptiste »  : […] Les divisions, parmi les baptistes, ont été innombrables au cours des âges. Il serait cependant erroné de leur prêter la même signification qu'aux divisions entre les grandes Églises. Dans une théologie congrégationaliste et dans le domaine de l'ecclésiologie, les baptistes sont hypercongrégationalistes : l'Assemblée locale (la paroisse si l'on veut, mais l'équivalence apparente est ambiguë) est […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/baptisme/#i_11444

EDWARDS JONATHAN (1703-1758)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 241 mots

Pasteur et philosophe calviniste américain. Né dans le Connecticut, Jonathan Edwards fit ses études à l'université Yale et fut très tôt influencé par la lecture de Locke ; d'une brillante intelligence, il devient pasteur de la communauté congrégationaliste de Northampton (Mass.) en 1727. Sa prédication, dans laquelle il s'oppose aux tendances arminiennes qui sont à l'œuvre dans son Église, conduit […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-edwards-1703-1758/#i_11444

PILGRIM FATHERS

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 430 mots

Expression apparue au début du xix e  siècle aux États-Unis et née d'une référence de William Bradford à un passage de l'Épître aux Hébreux ( xi , 13 : « C'est dans la foi qu'ils sont tous morts sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre ») : elle désigne les cent deux passagers qui, en décembre […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pilgrim-fathers/#i_11444

PURITANISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le puritanisme américain »  : […] On peut distinguer deux vagues dans l'émigration puritaine durant la première moitié du xvii e  siècle. La première est celle des célèbres « Pères Pèlerins » ( Pilgrim Fathers ), puritains séparatistes des comtés du nord de l'Angleterre. Après un exil de douze ans à Leyde, ils craignirent que leur postérité ne devînt hollandaise et ne fût corrompue par un milieu qu'ils estimaient moralement peu él […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puritanisme/#i_11444

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 250 mots
  •  • 65 médias

Dans le chapitre « L'âge des réformes »  : […] Rien n'annonce l'âge des réformes sous Henri VII ou dans les premières décennies du règne de Henri VIII , monté sur le trône en 1509. Au contraire, ces souverains ont lutté contre les héritiers des lollards et contre les thèses luthériennes, au moment où elles se sont propagées en provenance du continent : Henri VIII les a personnellement réfutées dans un écrit qui lui vaut en 1521, du pape Léon  […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/royaume-uni-histoire/#i_11444

SAVOY CONFÉRENCE DU (1661)

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 158 mots

Réunion qui se tint du 15 avril au 24 juillet 1661, dans un immeuble du Strand, à Londres et où, accompagnés de leurs assistants respectifs, douze évêques de l'Église d'Angleterre rencontrèrent douze pasteurs presbytériens, en vue de réviser le Book of Common Prayer . Richard Baxter proposa vainement des modifications ; seules dix-sept mesures mineures furent intégrées dans le Prayer Book de 1662 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/conference-du-savoy/#i_11444

UNITARISME

  • Écrit par 
  • Bernard ROUSSEL
  •  • 1 631 mots

Dans le chapitre « Les options doctrinales »  : […] À Nicée (325) et à Chalcédoine (451), des assemblées avaient adopté, quant au statut divin du Christ et à son identité, des formules reçues ensuite comme normatives par la quasi-totalité des Églises occidentales : « vrai Dieu de vrai Dieu [...] consubstantiel au Père » ; « un seul et même Fils vraiment Dieu et vraiment homme [...]  ; un seul et même Christ [...] en deux natures ». Au xvi e  siècle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/unitarisme/#i_11444

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean BAUBÉROT, « CONGRÉGATIONALISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 janvier 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregationalisme/