PILGRIM FATHERS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Expression apparue au début du xixe siècle aux États-Unis et née d'une référence de William Bradford à un passage de l'Épître aux Hébreux (xi, 13 : « C'est dans la foi qu'ils sont tous morts sans avoir obtenu les choses promises ; mais ils les ont vues et saluées de loin, reconnaissant qu'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre ») : elle désigne les cent deux passagers qui, en décembre 1620, débarquèrent du Mayflower, dont Bradford raconte la geste dans The History of Plymouth Plantation. Parmi des « Pères pèlerins » se trouvaient trente-cinq membres d'une Église séparatiste anglaise de Leyde, dont William Bradford (1590-1657) et William Brewster (1567-1644) ; ils avaient participé à l'émigration de la communauté libre de Scrooby (dans le Nottinghamshire) à Amsterdam, sous la conduite de John Robinson (1608).

En mai 1609, le groupe des émigrés s'était rendu à Leyde et devait bientôt compter trois cents membres. Mais les difficultés d'existence, économiques et religieuses, les incitèrent dès 1617 à envisager le départ pour l'Amérique, dans l'intention d'y réaliser dans des conditions meilleures le projet d'une communauté qui, fondée sur la libre adhésion de ses membres, attendît de ceux-ci un strict biblicisme et une conduite irréprochable et fût libre à l'endroit des autorités. Le voyage fut difficile : après accord avec la Virginia Company et avec Thomas Weston, un bateau, le Speedwel, quitte Delftshaven le 1er juillet 1620 et gagne Southampton, où il rejoint le Mayflower pour faire route avec lui. Après des escales à Dartmouth et Portsmouth, le Speedwel doit être abandonné et les membres de la communauté partent sur le seul Mayflower, le 16 septembre 1620, en compagnie d'autres émigrants anglais. Le 19 novembre, Cape Cod est en vue et, le 26, après trois semaines d'exploration, l'ancre est jetée à Plymouth Harbour. Auparavant, à bord, les quarante et un hommes chefs de famille s'étaient engagés par un contrat mutuel, le Mayflower Compact (21 nov. 1620), qui constituait la règle du nouvel établissement.

En 1621, un accord financier ayant été conclu avec Weston, une charte fut accordée à la colonie par le Conseil de la Nouvelle-Angleterre. John Carver, qui avait négocié les conditions du voyage, en fut le premier gouverneur. William Bradford lui succéda peu après et devait être réélu jusqu'en 1656.

—  Bernard ROUSSEL

Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification


Autres références

«  PILGRIM FATHERS  » est également traité dans :

CONGRÉGATIONALISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 1 410 mots

Dans le chapitre « Les avatars du congrégationalisme »  : […] Les partisans de ce système ecclésiastique furent persécutés et durent s'organiser en communautés clandestines. Plusieurs historiens de ce mouvement voient dans la congrégation secrète connue sous le nom de « Privye Church », et découverte par les autorités en 1567, la plus ancienne de leur Église (Dale, Peel). Robert Browne (vers 1550-1630) exposa le premier les théories du congrégationalisme, n […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/congregationalisme/#i_23782

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 197 mots
  •  • 25 médias

Dans le chapitre « Le polymorphisme puritain »  : […] Les contraintes de la doctrine ne réduisent pas la Nouvelle-Angleterre à un moule unique. La diversité des conditions, des implantations, des époques alimente les querelles d'écoles et de personnes : le puritain est un animal contentieux, ingénieux à inventer des différences comme à les récuser. John Bradford (1589-1657), héros de l'épopée mythique des Pères Pèlerins, homme de foi et de réalité, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/etats-unis-d-amerique-arts-et-culture-la-litterature/#i_23782

LES CANTOS, Ezra Pound - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Joël SHAPIRO
  •  • 900 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Pound, l'homme du « ressentiment » »  : […] À la suite des « Cantos chinois » (LII-LXI), les « Cantos américains » (LXII-LXXI) tentent également de faire percevoir cet esprit des Lumières dans le Nouveau Monde, à travers le portrait d'un homme éclairé du xviii e  siècle, John Adams, deuxième président des États-Unis. Cependant, en présentant Adams comme le père intellectuel des États-Unis, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-cantos/#i_23782

PURITANISME

  • Écrit par 
  • Jean BAUBÉROT
  •  • 2 545 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le puritanisme américain »  : […] On peut distinguer deux vagues dans l'émigration puritaine durant la première moitié du xvii e  siècle. La première est celle des célèbres « Pères Pèlerins » ( Pilgrim Fathers ), puritains séparatistes des comtés du nord de l'Angleterre. Après un exil de douze ans à Leyde, ils craignirent que leur postérité ne devînt hollanda […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/puritanisme/#i_23782

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « PILGRIM FATHERS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 avril 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pilgrim-fathers/