EDWARDS JONATHAN (1703-1758)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Pasteur et philosophe calviniste américain. Né dans le Connecticut, Jonathan Edwards fit ses études à l'université Yale et fut très tôt influencé par la lecture de Locke ; d'une brillante intelligence, il devient pasteur de la communauté congrégationaliste de Northampton (Mass.) en 1727. Sa prédication, dans laquelle il s'oppose aux tendances arminiennes qui sont à l'œuvre dans son Église, conduit d'abord au Réveil au sein de sa communauté (A Narrative of the Work of God in the Conversion of Many Hundred Souls..., 1736), puis au Grand Réveil de 1740-1742, auquel prend part aussi G. Whitefield. Ses exigences disciplinaires l'opposant à sa communauté, il se rend, en 1751, à Stockbridge (Mass.), où il s'intéresse aux Indiens. Il y rédige aussi de nombreux traités théologiques et philosophiques, sur le péché originel, sur l'histoire de la rédemption, notamment deux grands ouvrages : Inquiry into the Modern Prevailing Notions Respecting That Freedom of the Will Which Is Supposed to Be Essential to Moral Agency (1754) et The End for Which God Created the World. Il cherche à y définir l'harmonie qui peut s'établir entre une affirmation très stricte de la prédestination et la constatation et le respect de la faculté humaine du choix. Il meurt au moment où la présidence de Princeton College (N.J.) lui est confiée.

—  Bernard ROUSSEL

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 1 page

Écrit par :

  • : professeur à la faculté protestante de théologie de Strasbourg

Classification

Autres références

«  EDWARDS JONATHAN (1703-1758)  » est également traité dans :

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La philosophie

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI
  •  • 6 286 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Sources : du puritanisme au transcendantalisme »  : […] Il est à peine besoin de dire que les puritains de la Nouvelle Angleterre obéissaient à une inspiration que nourrissait leur double refus de l'Église catholique romaine et de l'aristotélisme. Leur platonisme, lui-même expression de ce refus, contribua à forger un idéal d'indépendance qui s'illustra dans leur conception de la communauté. Il s'articula à d'autres sources qui, comme la lecture de Bac […] Lire la suite

ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE (Arts et culture) - La littérature

  • Écrit par 
  • Marc CHÉNETIER, 
  • Rachel ERTEL, 
  • Yves-Charles GRANDJEAT, 
  • Jean-Pierre MARTIN, 
  • Pierre-Yves PÉTILLON, 
  • Bernard POLI, 
  • Claudine RAYNAUD, 
  • Jacques ROUBAUD
  •  • 40 208 mots
  •  • 24 médias

Dans le chapitre « Foi et prédication »  : […] Fort conscients des dangers du ritualisme, voire de l'intellectualisme religieux, les puritains imposent à l'admission des saints ( full communicants ) l'exigence d'une conversion vécue et explicable, appropriation personnelle de Dieu par le croyant. La prédication évangélique (par opposition à l'exposé dogmatique) peut donc révéler à eux-mêmes les élus ; moyen initial de salut, elle ne saurait c […] Lire la suite

Pour citer l’article

Bernard ROUSSEL, « EDWARDS JONATHAN - (1703-1758) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 janvier 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/jonathan-edwards-1703-1758/