CONFUSION MENTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Aspects cliniques

À travers ces multiples variétés étiologiques, ce qui fait la spécificité de la confusion mentale, c'est la dégradation de la conscience vigile qui apparente l'état confusionnel au sommeil et l'onirisme à l'état de rêve. L'allure du sujet confus est à cet égard caractéristique, et le diagnostic s'impose aussitôt : il semble égaré, hébété, perdu. Ses gestes hésitants, inachevés, son discours chuchoté, peu suivi, voire incohérent, traduisent l'obscurcissement d'une conscience qui a perdu la possibilité d'identifier correctement le monde extérieur, de différencier les contenus psychiques, de les ordonner et de les synthétiser. Le confus est absent du monde ; il confond les situations, mélange les identités ; il ne reconnaît pas ses proches, prend une personne pour une autre (fausse reconnaissance), ne sait ni la date ni l'heure, ignore le lieu où il se trouve, les circonstances de sa maladie. Il y a cependant des moments où il semble s'éveiller ; perplexe, il interroge, cherche des repères qui l'aident à se situer, fait des efforts pour se souvenir, pour comprendre ce qui lui arrive. Cela dure quelques minutes ou quelques heures, puis il retombe dans sa torpeur et dans ses songes. C'est ordinairement aux approches de la nuit, à l'heure où vient normalement le sommeil que la pensée s'obscurcit davantage et que l'expérience onirique, discrète ou discontinue pendant le jour, envahit complètement le champ de conscience. Le confus ne dort pas, il est pris par un rêve qui s'impose à lui, le rive, l'enchaîne, et dans la fantasmagorie duquel il s'engage totalement. Les images oniriques défilent en une succession discontinue ou s'ordonnent en un enchaînement scénique dont la thématique tour à tour le captive ou le terrifie. Le monde extérieur sert de support aux projections hallucinatoires, mais surtout, mal perçu, déformé, il concourt à dramatiser l'ambiance ; les voix sont amplifiées, menaçantes, les visages grimaçants ou hostiles. Loin d'être, comme le dormeur, un spectateur passif de son rêve, le confus s'engage ent [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Classification

Autres références

«  CONFUSION MENTALE  » est également traité dans :

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises partielles à séméiologie élaborée »  : […] Les crises partielles à séméiologie élaborée sont provoquées par une décharge neuronique occupant une des vastes aires associatives frontales et temporales dévolues à des fonctions d'intégration responsables de l'élaboration du psychisme. On s'explique ainsi la complexité de la séméiologie clinique et l'étendue de la décharge électro-encéphalographique de ces crises ; on peut les classer en : –  c […] Lire la suite

FUGUE, psychologie

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 858 mots

La psychologie désigne sous le nom de fugue une conduite de déambulation, d'errance, de migration, de vagabondage qui éloigne brusquement le sujet de son foyer et de son environnement habituel. Dans les cas pathologiques, l'individu induit à prendre la fuite et à divaguer perd le sentiment de son identité, du lieu où il se trouve, voire de son origine. Le mot a été emprunté à l'italien fuga , moti […] Lire la suite

GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 468 mots

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage De la folie (1820, rééd., Paris, 1972), le domaine de la psych […] Lire la suite

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes psychopathologiques »  : […] La psychopathologie de la vieillesse traite des troubles mentaux directement en relation avec le phénomène du vieillissement et avec ses conséquences sur le plan physique, psychologique et social. Elle ne peut donc se comprendre que par une approche de la personne « totale » au cours du troisième âge. Il s'agit de troubles qui peuvent être graves, mais, beaucoup plus souvent, légers et curables ; […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les troubles de l'éveil »  : […] – L' ivresse du sommeil ou syndrome d'Elpenor consiste en une confusion mentale ou un comportement marqué par une désorientation dans le temps et dans l'espace, durant un éveil ou après celui-ci, typiquement en première partie de nuit, plus rarement le matin. Cela peut durer plusieurs minutes, exceptionnellement plusieurs heures. L'éveil s'accompagnant d'une ivresse du sommeil survient en génér […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

« CONFUSION MENTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/confusion-mentale/