CONFUSION MENTALE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mécanismes pathogéniques

Pour expliquer pourquoi certaines agressions exogènes s'accompagnent électivement de réactions confusionnelles, on invoque des mécanismes extrêmement complexes et rarement univoques, même pour une cause donnée. Outre l'action toxique directe sur le système nerveux, on fait intervenir des réactions allergiques, par exemple dans les intolérances médicamenteuses, des perturbations neurovégétatives centrales (syndrome d'irritation de Reilly dans la fièvre typhoïde), des désordres hydro-électrolytiques, des interférences métaboliques, etc. On conçoit l'importance que prennent dans le traitement des états confusionnels sévères, à côté des médications spécifiques à visée étiologique comme une chimiothérapie anti-infectieuse ou la correction d'une avitaminose, toutes les thérapeutiques agissant sur le désordre neurovégétatif central et sur ses conséquences (hyperthermie, déshydratation, fuite protidique). Parmi les drogues psychotropes, les neuroleptiques et certains tranquillisants se sont montrés de beaucoup les plus efficaces. Leur utilisation jointe à la rééquilibration hydro-électrolytique a permis d'abaisser la mortalité du delirium tremens de 70 p. 100 à moins de 15 p. 100 des cas.

Dans la pathogénie de la confusion mentale, psychose exogène par excellence, on ne saurait pour autant négliger l'importance du terrain individuel. Certains sujets présentent, au cours de leur existence, plusieurs bouffées confusionnelles et ce, parfois, à l'occasion de stress réels mais bien peu spécifiques tels qu'une fracture, une émotion violente, une pneumonie. Dans l'exceptionnel syndrome confusionnel malin (délire aigu azotémique de Marchand), le rôle du terrain apparaît de première importance puisqu'il existe une disproportion manifeste entre la cause, qui ne présente pas en elle-même de gravité particulière, et la réaction confusionnelle suraiguë entraînant en quelques jours l'issue fatale en l'absence d'un traitement énergique et adapté. Le caractère malin de la réaction tient parfois à un état d'épuisement [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Classification

Autres références

«  CONFUSION MENTALE  » est également traité dans :

ÉPILEPSIE

  • Écrit par 
  • Henri GASTAUT, 
  • François MIKOL
  •  • 6 179 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Crises partielles à séméiologie élaborée »  : […] Les crises partielles à séméiologie élaborée sont provoquées par une décharge neuronique occupant une des vastes aires associatives frontales et temporales dévolues à des fonctions d'intégration responsables de l'élaboration du psychisme. On s'explique ainsi la complexité de la séméiologie clinique et l'étendue de la décharge électro-encéphalographique de ces crises ; on peut les classer en : –  c […] Lire la suite

FUGUE, psychologie

  • Écrit par 
  • Raoul VANEIGEM
  •  • 858 mots

La psychologie désigne sous le nom de fugue une conduite de déambulation, d'errance, de migration, de vagabondage qui éloigne brusquement le sujet de son foyer et de son environnement habituel. Dans les cas pathologiques, l'individu induit à prendre la fuite et à divaguer perd le sentiment de son identité, du lieu où il se trouve, voire de son origine. Le mot a été emprunté à l'italien fuga , moti […] Lire la suite

GEORGET ÉTIENNE JEAN (1795-1828)

  • Écrit par 
  • Jacques POSTEL
  •  • 468 mots

Psychiatre français, élève d'Esquirol, dont il est l'assistant à l'hôpital de la Salpêtrière. Bien que Georget soit mort à trente-trois ans — de tuberculose pulmonaire —, son œuvre psychiatrique est considérable. Après un travail inspiré des recherches sur Bichat sur l'étude anatomique des aliénés décédés, il précise, dans son ouvrage De la folie (1820, rééd., Paris, 1972), le domaine de la psych […] Lire la suite

GÉRONTOLOGIE

  • Écrit par 
  • Claude BALIER, 
  • François BOURLIÈRE, 
  • Martine DRUENNE-FERRY, 
  • Paul PAILLAT, 
  • Henri PÉQUIGNOT
  •  • 9 273 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Problèmes psychopathologiques »  : […] La psychopathologie de la vieillesse traite des troubles mentaux directement en relation avec le phénomène du vieillissement et avec ses conséquences sur le plan physique, psychologique et social. Elle ne peut donc se comprendre que par une approche de la personne « totale » au cours du troisième âge. Il s'agit de troubles qui peuvent être graves, mais, beaucoup plus souvent, légers et curables ; […] Lire la suite

SOMMEIL

  • Écrit par 
  • Patrice FORT, 
  • Michel JOUVET, 
  • Patrick LÉVY, 
  • Véronique VIOT-BLANC
  •  • 18 052 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les troubles de l'éveil »  : […] – L' ivresse du sommeil ou syndrome d'Elpenor consiste en une confusion mentale ou un comportement marqué par une désorientation dans le temps et dans l'espace, durant un éveil ou après celui-ci, typiquement en première partie de nuit, plus rarement le matin. Cela peut durer plusieurs minutes, exceptionnellement plusieurs heures. L'éveil s'accompagnant d'une ivresse du sommeil survient en génér […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

« CONFUSION MENTALE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 18 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/confusion-mentale/