CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE (1714-1780)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La langue institution

Le langage est une invention purement humaine, non un don de Dieu ou de la nature. Les hommes, vivant en groupe, ont pu constater la liaison des actions avec des gestes ou des cris constants et ont établi un « langage d'action » qui a précédé le langage articulé. La substitution qui fit du langage articulé le moyen privilégié de l'expression et de la communication, à partir de l'état d'auxiliaire verbal du « langage d'action », est le résultat d'un long procès historique. Le grand mérite de Condillac est d'avoir exposé clairement des principes essentiels qui sont précisément ceux de la linguistique postsaussurienne : les signes des langues sont d'institution, et non de nature, en sorte que leur rapport avec les idées est arbitraire, c'est-à-dire sans justification dans la nature même de l'idée pensée ou de l'objet désigné. De plus, Condillac voit bien que l'acte de parole est une initiative volontaire de l'individu, mais que les règles de fonctionnement de la langue sont indépendantes des individus. L'imagination qui, dans la tradition classique, est une fonction d'exhibition de l'intelligible dans le sensible conserve encore ce rôle, mais elle n'est plus strictement une fonction consciente de la substance pensante, elle est en train de devenir le champ des forces intersubjectives et inconscientes qui soutiennent l'exercice des initiatives volontaires et conscientes des individus. Que l'influence de Condillac sur la formation de la linguistique moderne soit essentielle, cela est certain : Bréal, qui eut une influence décisive sur Ferdinand de Saussure, était très marqué par la philosophie de Condillac.


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages





Écrit par :

Classification


Autres références

«  CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE (1714-1780)  » est également traité dans :

TRAITÉ DES SENSATIONS, Étienne Bonnot de Condillac - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • François TRÉMOLIÈRES
  •  • 894 mots

Étienne Bonnot de Condillac (1714-1780), a pu écrire Karl Marx, est « le disciple immédiat et l'interprète français de Locke » : il a attaché son nom à une doctrine, le sensualisme, qui apparaît en effet comme un prolongement de l'empirisme défendu dans l'Es […] Lire la suite

PHILOSOPHIE

  • Écrit par 
  • Jacques BILLARD, 
  • Jean LEFRANC, 
  • Jean-Jacques WUNENBURGER
  •  • 21 037 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « Réduction linguistique »  : […] La sophistique n'était pas seulement caractérisée par ce que nous appellerions un relativisme culturel, mais aussi et peut-être principalement par une philosophie du langage. Le succès des plus célèbres sophistes semble avoir reposé sur leur virtuosité dans les jeux rhétoriques interchangeables ; mais, au-delà de la recherche d'un profit immédiat, était proposée une critique linguistique généralis […] Lire la suite

RÉALITÉ CONCEPT DE

  • Écrit par 
  • Jean HAMBURGER
  •  • 4 338 mots

Dans le chapitre « L'aléatoire »  : […] De même que nos tendances intuitives répugnent à imaginer qu'un « objet » puisse donner lieu à deux représentations distinctes et non superposables, de même nous doutons que puissent exister des événements sans cause. Dans la Critique de la raison pure , Kant classe la causalité parmi les catégories de la pensée humaine, c'est-à-dire les concepts fondamentaux de l'entendement. Ainsi, quand le mot […] Lire la suite

RÉELS NOMBRES

  • Écrit par 
  • Jean DHOMBRES
  •  • 15 297 mots

Dans le chapitre « Classification des nombres réels »  : […] Ainsi, la classification euclidienne, fondée sur la géométrie, est insuffisante pour les problèmes de résolution d'équations. On tient là l'embryon de la classification purement algébrique des nombres réels, qui remonte à Legendre (1752-1833). On appelle nombre algébrique toute solution d'une équation polynomiale à coefficients entiers (relatifs) ; ainsi 2 est-il algébrique comme solution de x 2 […] Lire la suite

SENSUALISME

  • Écrit par 
  • Hubert FAES
  •  • 1 002 mots

Il n'est pas sûr que le sensualisme puisse être traité comme un système de pensée aux contours bien définis, partagé par une lignée d'auteurs importants. Le terme même est équivoque, et son usage est discuté. Le seul auteur que l'on donne pour représentatif, Condillac (1714-1780) avec son Traité des sensations (1754), ne l'a pas employé, puisqu'il n'entre dans la langue française qu'au xix e  siè […] Lire la suite

SIGNE ET SENS

  • Écrit par 
  • Paul RICŒUR
  •  • 7 769 mots

Dans le chapitre « Le XVIIe siècle et l'empirisme des Modernes »  : […] L'irruption des mathématiques et la réorganisation de la méthode philosophique sur le modèle mathématique produisent au xvii e  siècle une rupture avec le conceptualisme trop lié à une vision du monde dominé par la physique d'Aristote. Une nouvelle ère est ouverte pour la philosophie des idées. Le choix du terme n'est pas fortuit : les concepts nouveaux de la physique mathématique, avec Galilée et […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre TROTIGNON, « CONDILLAC ÉTIENNE BONNOT DE - (1714-1780) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/condillac-etienne-bonnot-de/