FOIX COMTÉ DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ancienne principauté française confinant au Languedoc à l'est, à la Gascogne à l'ouest et à la Catalogne au sud, le comté de Foix correspondait approximativement au bassin de l'Ariège et comprenait deux régions séparées par la barrière calcaire du Plantaurel. Au sud, le haut comté occupait l'endroit où le versant français des Pyrénées est long d'environ 50 kilomètres. Ses vallées montagnardes, limitées par des sommets et par des cols élevés (pic du Montcalm et col de Puymorens) étaient vouées surtout à l'élevage, aux bois et à l'artisanat de la laine et du fer. Il s'est distingué par le particularisme de sa population très attachée à ses comtes, à ses libertés et à ses croyances cathares. Au nord, la plaine céréalière, aux limites plus indécises, était ouverte aux influences extérieures. Les deux principales villes illustrent cette opposition, Foix avec son château, âme du comté, et Pamiers où Simon de Montfort publia ses statuts (1212), où l'Église créa, en 1295, un évêché et un tribunal d'inquisition et où la mainmise royale se fit sentir dès le xiie siècle aux dépens du comte et aussi des libertés municipales.

Foix : le château comtal

Photographie : Foix : le château comtal

Du haut de son rocher, le château comtal domine la ville médiévale. Il fut la demeure de la famille des comtes de Foix jusqu'au XVe siècle. D'aspect très élancé, le château est composé de deux donjons carrés reliés l'un à l'autre par deux courtines et est entouré d'une enceinte... 

Crédits : Paul Almasy/ Corbis

Afficher

L'histoire du comté commence vers 1002 avec le legs de Roger le Vieux, comte de Carcassonne, à Bernard son deuxième fils. Elle est marquée par une grande indépendance à l'égard du comte de Toulouse (le haut comté échappera toujours à sa suzeraineté) et par des liens très nombreux entretenus avec l'autre versant des Pyrénées : commerce muletier, actes d'hommage, alliances matrimoniales, paréage d'Andorre avec l'évêque d'Urgel (1278). Les comtes furent souvent très valeureux, tel Raimond-Roger (1180-1223) qui s'illustra contre Simon de Montfort. À l'issue de la croisade contre les Albigeois, en 1229, Roger-Bernard II ne perdit que le Mirepoix et le Donezan à l'est. Il faudra attendre 1272 pour que Philippe le Hardi impose par les armes sa suzeraineté immédiate sur tout le comté, d'ailleurs sans conséquences aux plans administratif, judiciaire et fiscal.

Mais la fortune de la maison de Foix ne réussit que trop bien pour le comté. En 1290, à la mort de son beau-père, Roger-Bernard III acquiert la vicomté de Béarn où il part s'installer. C'est l'époque de la cour d'Orthez et bientôt de Gaston Phébus (1343-1391). Ensuite le comté passe aux Foix-Grailly qui deviennent rois de Navarre (1471), puis à la maison d'Albret et enfin aux Bourbons. Henri IV, dernier comte de Foix, réunira ses États patrimoniaux au domaine royal. Le comté formera dès lors l'une des trente-trois provinces de la France d'Ancien Régime avec Foix pour centre administratif, judiciaire et militaire et Pamiers pour évêché.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : docteur de troisième cycle, professeur au lycée Léonard-Limosin, Limoges

Classification

Autres références

«  FOIX COMTÉ DE  » est également traité dans :

ANDORRE

  • Écrit par 
  • Pierre RATON, 
  • Philippe WOLFF
  • , Universalis
  •  • 2 152 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Histoire »  : […] La légende selon laquelle l'autonomie aurait été octroyée à l'Andorre par Charlemagne repose sur un faux grossier, fabriqué sans doute au xi e  siècle. Au début du ix e  siècle, la vallée d'Andorre faisait partie du comté d'Urgel, sous la souveraineté carolingienne ; elle appartenait au diocèse d'Urgel, comme le montre l'acte de consécration de la cathédrale, qui énumère les six paroisses d'Ando […] Lire la suite

BÉARN

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 655 mots
  •  • 1 média

Province du sud-ouest de la France qui a formé plus de la moitié est du département des Pyrénées-Atlantiques (chef-lieu, Pau). La vicomté de Béarn, créée au ix e  siècle, fut l'un de ces États pyrénéens qui associaient la montagne pastorale à un piémont agricole. Cinq dynasties se succédèrent à sa tête : les Centulle (jusqu'en 1134), les Gabarret (1134-1173), les Moncade (1173-1290), les comtes de […] Lire la suite

FOIX

  • Écrit par 
  • Robert MARCONIS
  •  • 500 mots
  •  • 2 médias

Préfecture de l'Ariège, Foix est le plus petit chef-lieu de département en France. Avec 10 276 habitants seulement (2012), la ville forme avec cinq communes voisines une agglomération de 14 592 habitants. Ce petit pôle urbain rayonne cependant sur une quinzaine de communes, où réside une partie de ses actifs. L'ensemble forme une aire urbaine de 18 425 habitants. Distante à peine de 20 kilomètres, […] Lire la suite

GASTON III dit PHÉBUS (1331-1391) comte de Foix (1343-1391)

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 313 mots

Fils de Gaston II ; marié à Agnès de Navarre, fille de Philippe d'Évreux et de Jeanne de Navarre, Gaston Phébus a laissé le souvenir d'un chevalier idéal, courageux au combat, avisé dans sa politique, équitable et sage dans son administration. Le mécénat de ce prince fastueux, amateur de bâtiments et collectionneur averti, n'est pas étranger à une telle réputation. L'homme n'eut cependant pas que […] Lire la suite

Les derniers événements

4 mai 1993 Andorre. Promulgation de la première Constitution

comte de Foix, qui avait été établie au XIIIe siècle. Les deux coprinces restent les représentants de la souveraineté nationale. Le texte constitutionnel a été adopté à l'unanimité par le Conseil des vallées – parlement local –, le 2 février, avant d'être approuvé par 74,2 p. 100 des suffrages lors d'un référendum, le 14 mars, et d'être signé par les […] Lire la suite

Pour citer l’article

Gabriel LLOBET, « FOIX COMTÉ DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/comte-de-foix/