GASTON III dit PHÉBUS (1331-1391) comte de Foix (1343-1391)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils de Gaston II ; marié à Agnès de Navarre, fille de Philippe d'Évreux et de Jeanne de Navarre, Gaston Phébus a laissé le souvenir d'un chevalier idéal, courageux au combat, avisé dans sa politique, équitable et sage dans son administration. Le mécénat de ce prince fastueux, amateur de bâtiments et collectionneur averti, n'est pas étranger à une telle réputation. L'homme n'eut cependant pas que des qualités, et ses contemporains réprouvèrent le nombre de ses maîtresses aussi bien que ses emportements : il tua lui-même son fils unique, dans un mouvement de colère. Sa principale vertu politique semble être la prudence avec laquelle il maintint, au cours du conflit franco-anglais, sa relative neutralité. Il fut un temps dans le camp des Valois (1345-1352), puis entraîné en 1360 par un conflit héréditaire avec le comte d'Armagnac, dans une courte rébellion contre le roi ; il se dresse enfin, en 1380, contre l'autorité du duc de Berry, nouveau lieutenant royal en Languedoc (fonction promise auparavant à Gaston Phébus par Charles V mourant). En dehors de ces quelques occasions, le comte de Foix tint sa petite principauté à l'écart des grands conflits et sut profiter de cette neutralité pour accéder à une quasi-indépendance. Faute d'une croisade, il avait déployé son ardeur chevaleresque contre les païens de Prusse ; il était revenu en France à temps pour prendre part, en 1358, à la lutte contre les jacques dans la région parisienne. Il dut son surnom à son goût pour les belles-lettres, ainsi qu'à sa chevelure blonde. Il composa lui-même un Traité de l'art de la chasse. Gaston Phébus légua, faute d'héritier, ses domaines au roi de France ; son plus proche parent, Mathieu de Castelbon, les racheta.

—  Jean FAVIER

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, directeur général des Archives de France

Classification


Autres références

«  GASTON III dit PHÉBUS (1331-1391) comte de Foix (1343-1391)  » est également traité dans :

BÉARN

  • Écrit par 
  • Gabriel LLOBET
  •  • 655 mots
  •  • 1 média

Province du sud-ouest de la France qui a formé plus de la moitié est du département des Pyrénées-Atlantiques (chef-lieu, Pau). La vicomté de Béarn, créée au ix e  siècle, fut l'un de ces États pyrénéens qui associaient la montagne pastorale à un piémont agricole. Cinq dynasties se succédèrent à sa tête : les Centulle (jusqu'en 1134), les Gabarret (1134-1173), les Moncade (1173-1290), les comtes de […] Lire la suite

CHASSE

  • Écrit par 
  • Xavier PATIER
  •  • 7 042 mots

Dans le chapitre « La meute comme signe nobiliaire »  : […] La chasse à courre et plus précisément son emblème, la vénerie royale et ses meutes, illustre l'évolution des significations accordées à la chasse. Considérée souvent comme une invention des Gaulois – ce qui est difficile à prouver –, la chasse à courre participe à l'identité française. Au début du xiv e  siècle, la technique et l'éthique de ce mode de chasse a progressivement connu une codificati […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean FAVIER, « GASTON III dit PHÉBUS (1331-1391) - comte de Foix (1343-1391) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 mars 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/gaston-iii/