Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

COMPLÉMENTARITÉ, biochimie

La présence de motifs structuraux à conformation complémentaire sur des molécules organiques non identiques permet leur assemblage à la manière des pièces d'un puzzle par stéréospécificité.

La complémentarité est rigoureuse quand elle dépend de l'organisation séquentielle des motifs d'assemblage. C'est le cas pour la molécule d'ADN, constituée par deux brins conjugués entre eux longitudinalement grâce à la complémentarité de leurs séquences nucléotidiques. Ce fait découle du mécanisme de réplication de l'ADN, lors duquel un brin nouveau est séquentiellement mis en place de façon à être complémentaire du brin préexistant. En effet, sur la séquence matricielle que constitue ce dernier, le processus de réplication dispose consécutivement des nucléotides complémentaires. Ainsi se positionnent, face à face, adénine et thymine (ou inversement), cytosine et guanine (ou l'inverse), selon une règle infaillible. C'est le nombre de liaisons inter-nucléotidiques qui détermine la discrimination requise.

L'exemple des acides nucléiques enseigne que la complémentarité moléculaire se fonde sur une affinité entre les sites interactifs, les forces impliquées étant en principe des liaisons faibles.

La complémentarité des molécules interactives n'est qu'approximative quand leur conformation réciproque ne procède pas directement de leur organisation séquentielle. Tel est le cas pour les protéines dont les sites d'assemblage correspondent à des domaines relativement fluctuants, incluant des séquences d'aminoacides qui conditionnent de façon souple la conformation moléculaire. L'avantage de cette malléabilité est de permettre les effets allostériques si importants en biologie puisqu'ils modifient la fonction des biomolécules qui en sont l'objet par modification de conformation, entraînant leur activation ou inactivation.

La notion de ligand et de récepteur réciproquement complémentaires rend donc compte de nombreux mécanismes de communication intercellulaire : phénomène de neurotransmission au niveau des synapses entre neurones consécutifs ; fixation d'hormones sur leurs cellules cibles.

Par ailleurs, la reconnaissance des structures d'activation génique par les protéines régulatrices de la transcription des gènes implique un système d'assemblage entre molécules hétérologues (peptidiques et nucléotidiques). Des effets similaires rendent possible la fixation des particules virales sur certaines structures membranaires préexistant sur les cellules hôtes (exemple : contamination de récepteurs lymphocytaires par le virus HIV, responsable du sida).

Le phénomène de complémentarité a été mis à profit par les pharmacologues dans le but de bloquer certains récepteurs par des molécules de synthèse qui servent ainsi d'inhibiteurs interdisant aux ligands physiologiques d'agir sur les structures cellulaires ainsi traitées. L'expérimentation biochimique met enfin à profit les effets de complémentarité en utilisant la technique des sondes moléculaires.

— Didier LAVERGNE

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ADN (acide désoxyribonucléique) ou DNA (deoxyribonucleic acid)

    • Écrit par Michel DUGUET, Universalis, David MONCHAUD, Michel MORANGE
    • 10 074 mots
    • 10 médias
    ...organisme vivant. On sait que ce processus se déroule selon un mode semi-conservatif, chacun des brins de l'ADN servant de modèle pour la copie du brin complémentaire. Ce mécanisme est beaucoup plus complexe que ne l'avaient pressenti Watson et Crick et nécessite l'intervention de nombreuses protéines...
  • ANTICORPS MONOCLONAUX

    • Écrit par Michel MAUGRAS, Jean-Luc TEILLAUD
    • 2 137 mots

    Les anticorps, ou immunoglobines, sont des protéines sécrétées par une famille de cellules, les lymphocytes, dont la principale propriété est de reconnaître le « non-soi ». Les substances chimiques reconnues comme étrangères, qu'elles soient des associations de molécules ou des molécules, sont...

  • ANTIGÈNES

    • Écrit par Joseph ALOUF
    • 7 382 mots
    • 5 médias
    ...spécifique de celui-ci avec les sites anticorps (paratopes) des Ig ou avec les régions variables des chaînes constitutives des récepteurs des lymphocytes T stéréospécifiquement complémentaires de ces entités. Ainsi, l'analyse par diffraction aux rayons X de la zone de contact entre le paratope d'un anticorps...
  • CODE GÉNÉTIQUE

    • Écrit par Antoine DANCHIN
    • 1 390 mots
    • 1 média

    On a coutume de remarquer l'extraordinaire variété du vivant, et d'oublier ce qui est commun à tout ce qui vit. D'abord, l'atome de vie, la cellule. Ensuite, un mécanisme incroyablement simple de transmission de l'hérédité, la réplication, qui passe par la reproduction...

  • Afficher les 15 références

Voir aussi