GRAMMATICALITÉ

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une bonne grammaire doit être capable de « projeter le corpus fini et toujours plus ou moins aléatoire des énoncés observés sur l'ensemble, qu'on présuppose infini, des phrases grammaticales », écrit N. Chomsky (Structures syntaxiques). Ce passage de l'induction à la projection ne peut se faire qu'au moyen d'un appareil hypothético-déductif qui concerne la grammaticalité. On se gardera de confondre cette dernière avec la notion normative de correction, et encore plus avec celle de fréquence statistique, mais on la réservera à l'ensemble des lois qui régissent la compétence des sujets parlants. Si l'on se rappelle, en effet, que celle-ci est forcément dissociée de la production actualisée des phrases, on n'aura aucun mal à admettre que le corpus est, par définition, un matériau soit insuffisant (dans la mesure où il représente la performance, avec ce qu'elle comporte de déviations stylistiques, volontaires ou non), soit conditionné par avance et de façon implicite de manière qu'en soient exclues les productions que tout le monde serait unanime à rejeter. C'est sur les deux fronts qu'a dû se battre la grammaire générative, se voyant parfois reprocher l'élaboration d'un modèle abstrait et conçu en laboratoire, essuyant parfois l'objection d'engendrer des structures non recevables en stricte normativité, mais appréciées par la fantaisie de l'informateur. Quoi qu'il en soit, et malgré les inévitables imperfections qui entachent nécessairement une théorie relative à des ensembles non finis, on doit à la notion de grammaticalité l'immense avantage d'avoir nettement clarifié ce que l'on pouvait attendre d'une grammaire, et plus soigneusement défini, à l'écart d'un empirisme insatisfaisant, le concept formel de langage.

—  Robert SCTRICK

Écrit par :

Classification


Autres références

«  GRAMMATICALITÉ  » est également traité dans :

AGRAMMATICALITÉ

  • Écrit par 
  • Robert SCTRICK
  •  • 477 mots

Une phrase est réputée agrammaticale lorsqu'elle est incompatible avec les schèmes qui régissent la structure et le fonctionnement de la langue où elle est émise. En raison des différents niveaux où l'on peut se placer pour apprécier la manière dont un code est violé par une production de parole, il faut soigneusement distinguer des concepts qui lui sont voisins la notion, souvent fort opératoire, […] Lire la suite

COMPÉTENCE & PERFORMANCE, linguistique

  • Écrit par 
  • Louis-Jean CALVET
  •  • 388 mots

Dans la terminologie de la grammaire générative, le comportement linguistique d'un locuteur est défini par un couple de concepts : compétence, ou savoir linguistique du locuteur, et performance, ou réalisation concrète de ce savoir linguistique dans des actes de communication, qu'il s'agisse d'émission (le sujet fait des phrases) ou de réception (le sujet comprend des phrases). Si la compétence pe […] Lire la suite

GRAMMAIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Claude MILNER
  •  • 8 566 mots

Dans le chapitre « Conditions d'effectuation »  : […] Pour que le terme grammaire soit employé avec un minimum de signification, il faut que soient réunies les hypothèses suivantes : – Tout ne peut pas se dire – ou il y a un différentiel dans les données de langue. Ce différentiel est généralement présenté sous la forme d'une opposition correct/incorrect. Autrement dit, la proposition de grammaire, dans sa forme générale, consiste en un jugement de […] Lire la suite

GRAMMAIRES (HISTOIRE DES) - Les grammairiens latins

  • Écrit par 
  • Marc BARATIN
  •  • 1 554 mots

Dans le chapitre « La richesse de la langue contre la rigidité de la norme »  : […] La vulgate grammaticale latine aboutit donc à deux apories. À ces apories, pourtant, des réponses ont été apportées dans le domaine latin lui-même par des esprits originaux et féconds, Varron et Priscien, qui encadrent chronologiquement cette vulgate. Varron (116-27 av. J.-C.) n'est pas un grammairien au sens technique du terme. L'entreprise qu'il tente avec son De lingua latina consiste à utilis […] Lire la suite

LANGAGE PHILOSOPHIES DU

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre COMETTI, 
  • Paul RICŒUR
  •  • 23 532 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « La linguistique transformationnelle »  : […] Le recours de Chomsky et de son école à Port-Royal, aux cartésiens et à Humboldt révèle des attaches nombreuses et étendues avec la philosophie du langage au sens le plus large ; néanmoins, le noyau de son épistémologie est issu de la résolution de problèmes typiquement linguistiques. Au centre de ces problèmes Chomsky place l'aspect de compétence de l'activité linguistique : savoir utiliser une […] Lire la suite

Pour citer l’article

Robert SCTRICK, « GRAMMATICALITÉ », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/grammaticalite/