COLLAPSUS

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Désigne tout effondrement des fonctions physiologiques, ou même de la structure d'un organe : collapsus ventriculaire, collapsus pulmonaire. Employé absolument, il désigne l'effondrement circulatoire ou cardio-vasculaire, une faillite profonde de la fonction circulatoire, appelée également « choc primaire » : ce collapsus se traduit par l'effondrement tensionnel, par la tachycardie extrême, par la pâleur associée quelquefois à une cyanose, par le refroidissement habituel des extrémités, par la polypnée ; la diurèse est basse ou nulle ; le sujet est prostré, mais habituellement conscient et angoissé.

L'étude de la pression veineuse centrale permet de distinguer grossièrement deux grandes catégories de collapsus :

le collapsus cardiogénique, à pression veineuse élevée, à volémie normale ou haute où l'effondrement du débit cardiaque implique une déchéance myocardique majeure et une évolution habituellement fatale à court terme ;

le collapsus hypovolémique, bien plus fréquent, à pression veineuse basse ou nulle : myocarde initialement normal, volémie effondrée du fait d'une hémorragie ou d'une déshydratation importantes, souvent associées à une séquestration sanguine périphérique secondaire (qui peut être seule en cause, avec effondrement des résistances vasculaires périphériques dans certains chocs toxémiques bactériens).

Un traitement d'urgence, visant essentiellement à rétablir la normovolémie par un apport liquidien ou sanguin par voie veineuse, et à stimuler la vaso-motricité périphérique par divers médicaments analeptiques, permet habituellement de rétablir une situation circulatoire normale, faute de quoi l'évolution se fait vers le « choc secondaire », ou « choc vrai », bien souvent irréversible.

—  François BOURNÉRIAS

Écrit par :

Classification


Autres références

«  COLLAPSUS  » est également traité dans :

CIRCULATOIRES (SYSTÈMES) - Appareil circulatoire humain

  • Écrit par 
  • Claude GILLOT, 
  • Jean PAUPE, 
  • Henri SCHMITT
  • , Universalis
  •  • 16 940 mots
  •  • 13 médias

Dans le chapitre « Circulation pulmonaire »  : […] Les expériences utilisant le dispositif du cœur-poumon isolé montrent que la circulation pulmonaire peut être influencée par la composition chimique du sang qui la parcourt. Mais, le plus souvent, les stimuli mis en jeu dépassent les marges de variations physiologiques, et il est toujours très délicat de séparer les réactions propres de la circulation pulmonaire de celles qui ne sont que le refle […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/circulatoires-systemes-appareil-circulatoire-humain/#i_7736

COMA

  • Écrit par 
  • Marie-Elisabeth FAYMONVILLE, 
  • Geneviève LABORIT, 
  • Henri LABORIT, 
  • Steven LAUREYS, 
  • Pierre MAQUET
  •  • 3 189 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Signes cliniques »  : […] Il était classique de distinguer quatre stades en fonction des altérations de plus en plus graves qui affectent chez le comateux les fonctions de relation. – Coma léger, ou « vigil » (stade I) : dans ce cas, l'abolition de la conscience est incomplète : en effet la perceptivité est variable. Par des excitations douloureuses (telles que pincement de régions cutanées sensibles), on peut provoquer de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coma/#i_7736

Pour citer l’article

François BOURNÉRIAS, « COLLAPSUS », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/collapsus/