COLBERTISME

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Une politique industrielle

Pour accroître la quantité du numéraire du royaume, il est nécessaire de diminuer les importations de l'étranger : protéger la production nationale, écouler au-dehors les objets fabriqués dans le royaume ne sont qu'une première étape. Colbert devra par son action développer l'industrie française ; les manufactures nouvelles permettront à la France d'éviter les achats à l'étranger et, le cas échéant, d'exporter à son tour. « Sollicitez fortement le particulier qui veut entreprendre un établissement de le réussir et, s'il a besoin de la protection du roi, vous pouvez lui assurer qu'elle ne lui manquera pas. » Ce conseil de Colbert à l'un de ses mandataires à Lille est suivi d'effets : les manufactures se multiplient.

La protection des manufactures

Dans ce domaine encore, Colbert n'innove pas : il pense rétablir et multiplier les manufactures qu'il croit avoir été florissantes sous le règne d'Henri IV. Son succès vient de son énergie et de sa persévérance : il commence par entreprendre dans toute la France une enquête qui le renseigne sur les ressources économiques des diverses provinces, sur la main-d'œuvre dont elles disposent et enfin sur les avantages qu'il y aurait pour ces contrées à avoir des manufactures. Il s'entoure lui-même de gens actifs : le Conseil du commerce, créé en 1664, rassemble des fonctionnaires royaux et des délégués de dix-huit villes manufacturières ; certains de ses collaborateurs, tel Camuset, sont chargés d'introduire des fabriques de tricot ; d'autres, les frères Dalliez, veillent à la création de fonderies ; Mme de La Petitière a pour mission de développer la fabrication des dentelles et des broderies.

Pour assurer le lancement de la manufacture, il faut des capitaux : Colbert fait preuve ici d'un réalisme efficace et tous les moyens sont concurremment employés pour aboutir. Parfois, les capitaux sont fournis uniquement par le roi : les manufactures sont alors propriété de l'État, assez peu nombreuses à la vérité (les Gobelins, la Savonnerie, des ateliers militaires ou des manufactures d'armes comme Saint-Étienne). Dans la plupart des cas, le roi ou une collectivité publique finance au départ une entreprise, par des prêts, des subventions, ou en souscrivant à des actions : officiellement, cette « manufacture royale » a le droit de sortir des produits « aux armes de Sa Majesté ». Enfin, dans la mesure du possible, mais c'est une solution très rarement adoptée, Colbert laisse jouer l'initiative privée, en encourageant les particuliers à créer des sociétés capitalistes, des compagnies comme celles qu'il favorisait en vue du commerce extérieur.

Il ne s'agit pas seulement de financer l'entreprise, il faut aussi lui permettre de concurrencer l'étranger, et c'est grâce aux initiatives de Colbert que les manufactures créées sous son égide ne connaissent pas le sort des entreprises de Laffemas qui s'étaient soldées au début du siècle par un échec. Colbert s'efforce d'attirer en France des fabricants étrangers réputés dans leur métier : l'un des exemples les mieux connus est celui de Van Robais (de Middelbourg) qui fonde à Abbeville une grande manufacture de draps fins et reçoit à cet effet un prêt de 80 000 livres et un don de 20 000 livres. Pour permettre l'essor des industries retardataires, le contrôleur général n'hésite pas à faire venir des ouvriers de tous pays. Ainsi les Vénitiens sont des ouvriers habiles dans l'art de couler les glaces, tandis que la France en manque : des démarcheurs vont les solliciter à domicile et, à prix d'or, en ramènent à la manufacture royale. À Liège, on recrute des fondeurs de cuivre, en Espagne des chapeliers, en Italie des brodeurs, en Allemagne des fondeurs et des mineurs, etc. Encore fallait-il empêcher la désertion des ouvriers qualifiés : en 1669, il est interdit aux sujets du roi de « s'habituer dans les pays étrangers à peine de confiscation de corps et de biens » ; en 1682, les ouvriers qui sortiront du royaume sont punis de mort ; les ouvriers étrangers venus en France et qui veulent regagner leur pays d'origine sont emprisonnés.

La forme de protection la plus efficace consiste sans nul doute à assurer des débouchés à la production manufacturière : Colbert n'y manque pas et accorde en très grand nombre des « monopoles », soit nationaux, soit régionaux. À la fin du xviie siècle, le monopole de la fabrication des draps fins du Languedoc appartient aux manufacturiers de Clermont-l'Hérault, de Saptes et de Conques. Pour introduire en Fra [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 8 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : professeur à la faculté de droit et des sciences économiques de Paris

Classification

Autres références

«  COLBERTISME  » est également traité dans :

ANCIEN RÉGIME

  • Écrit par 
  • Jean MEYER
  •  • 19 084 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le problème des offices »  : […] En face de cette montée des administrateurs, ancêtres lointains de nos technocrates, l'Ancien Régime a connu une autre expérience, dont il est mort : les offices. Il ne peut être question d'en retracer la complexe histoire. Deux questions nous semblent intéressantes : le « comment » de l'expérience, son heurt avec la conception de la monarchie absolue, bureaucratique et administrative. De prime ab […] Lire la suite

BOURGEOISIE FRANÇAISE

  • Écrit par 
  • Régine PERNOUD
  • , Universalis
  •  • 7 675 mots

Dans le chapitre « Colbert, protecteur de la bourgeoisie marchande »  : […] Colbert est très représentatif de la bourgeoisie du commerce et des manufactures pour laquelle l'autre fraction de la bourgeoisie – la noblesse de robe – laisse percer quelque dédain, mais qui n'en est pas moins la partie la plus dynamique de cette classe et, probablement aussi, de la nation. Au service du roi, Colbert saura mettre en place tout un ensemble d'institutions (le mercantilisme) pour p […] Lire la suite

COLBERT JEAN-BAPTISTE (1619-1683)

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 943 mots

Une légende tenace faisait de Colbert le fils d'un marchand drapier de Reims. Les historiens ont eu raison de ce mythe en montrant que le grand ministre était issu d'une dynastie de grands marchands internationaux, banquiers et financiers. Laboureurs à la fin de la guerre de Cent Ans, entre Reims et les Ardennes, ils firent du transport de pierres pour reconstruire les villes détruites et devinren […] Lire la suite

PATRIMOINE INDUSTRIEL (France)

  • Écrit par 
  • Bruno CHANETZ, 
  • Laurent CHANETZ
  •  • 6 540 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les manufactures d'État »  : […] Tant dans le domaine civil que militaire, la monarchie absolue va en effet doter la France de bâtiments industriels prestigieux, dont l'architecture empruntée aux palais des princes magnifie le pouvoir royal. Aux xvii e et xviii e  siècles, la France se couvre ainsi d'un blanc manteau de manufactures et d'arsenaux, propageant jusqu'aux confins du royaume la gloire de la dynastie qui en avait ord […] Lire la suite

SAINT-GOBAIN MANUFACTURE DE

  • Écrit par 
  • Jean-Marie CONSTANT
  •  • 916 mots

Manufacture royale (appartenant à des particuliers, mais recevant des subventions du roi). Colbert désirait ravir le monopole des glaces à la Sérénissime république de Venise. À prix d'or, il réussit à faire venir, malgré la surveillance dont ils étaient l'objet de la part des services d'espionnage fort bien organisés de la cité, quatre verriers de Murano, petite île de la lagune. Ils furent insta […] Lire la suite

TRAITÉ DE L'ŒCONOMIE POLITIQUE, Antoine de Montchrestien - Fiche de lecture

  • Écrit par 
  • Annie L. COT
  •  • 965 mots

Dans le chapitre « L'expérience colbertienne »  : […] Les thèses développées dans le Traité connaîtront leur heure de gloire sous Louis XIV, lorsque Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) les met en pratique entre 1666 et 1682. Dès son arrivée aux affaires, il instaure des tarifs douaniers sur les importations de produits manufacturés et sur les exportations de blé, il crée des manufactures royales en grand nombre et les dote de privilèges, il développe […] Lire la suite

VAN ROBAIS JOSSE (1630-1685)

  • Écrit par 
  • Olivier COLLOMB
  •  • 251 mots

Manufacturier en draps d'origine hollandaise, Josse van Robais vint s'établir à Abbeville en 1665 sur la demande de Colbert. Celui-ci mettait alors en œuvre sa grande politique mercantiliste, encourageant notamment la fabrication de produits de luxe destinés à l'exportation : Van Robais est l'un des nombreux étrangers, entrepreneur ou compagnon, qu'il invite en France afin d'y introduire les meill […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Jean IMBERT, « COLBERTISME », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 octobre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/colbertisme/