BENEDETTO DA MAIANO (1442-1497)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Sculpteur sur bois de formation, Benedetto da Maiano travailla d'abord en collaboration avec son frère, Giuliano da Maiano, qui était architecte. C'est sans doute sur les dessins de son frère qu'il exécuta entre 1474 et 1476 sa première œuvre importante en marbre : l'Autel des reliques de saint Savin dans la cathédrale de Faenza où, malgré quelques gaucheries, on remarque sa conception très personnelle du « relief pictural ». À l'Autel de santa Fina (1475) à San Gimignano et surtout dans la chaire de Santa Croce à Florence ornée de cinq scènes de la vie de saint François, il fait preuve de plus de maîtrise technique et, en 1481, alors même qu'il travaillait à ces reliefs, il reçoit la commande de la Porta dell'Udienza au Palais-Vieux de Florence, aujourd'hui démembrée (la Justice, le Saint Jean-Baptiste et deux groupes de putti sont au Bargello). Souvent associé à Giuliano, Benedetto da Maiano travaille à Lorette (Évangélistes en terre émaillée, 1484-1487) et à Prato (Madonna dell'Ulivo, Dôme de Prato). Pour Naples, où il termine le sépulcre de Marie d'Aragon laissé inachevé par Antonio Rossellino, il exécute aussi le Retable de l'Annonciation (1489) placé dans l'église de Monteoliveto (Santa Anna dei Lombardi). Parmi les tombeaux, il faut particulièrement retenir celui de Filippo Strozzi (1491) à Santa Maria Novella de Florence pour le beau tondo de La Vierge à l'Enfant qui en fait l'ornement principal et dont il tira plusieurs variantes (église de Saints-Philippe-et-Jacques à Scarperia ; autel de San Bartolo, à San Agostino de San Gimignano). Il a signé aussi deux bustes remarquables, celui de Pietro Mellini (1474, musée du Bargello, Florence) et celui de Filippo Strozzi (musée du Louvre). Le buste de saint Jean-Baptiste du musée de Faenza, s'il est véritablement de sa main, représenterait, avec son haut piédouche chargé de symboles, l'un des tout premiers exemples d'un type de buste très répandu au temps du maniérisme.

Pietro Mellini, B. da Maiano

Pietro Mellini, B. da Maiano

photographie

Benedetto da MAIANO, Pietro Mellini, 1474, marbre, h: 53 cm. Musée du Bargello, Florence, Italie. 

Crédits : Bridgeman Images

Afficher

—  Jean-René GABORIT

Écrit par :

  • : conservateur général chargé du département des Sculptures, musée du Louvre

Classification


Autres références

«  BENEDETTO DA MAIANO (1442-1497)  » est également traité dans :

CAMPANIE

  • Écrit par 
  • Noëlle de LA BLANCHARDIÈRE
  •  • 2 806 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Les « Renaissances » »  : […] Il semble que cette histoire si fragmentée ait empêché la Campanie d'être créatrice. Jusqu'au xvii e  siècle, ce sont des artistes étrangers ou venus d'autres régions de l'Italie qui vont déterminer sa physionomie. Aux xiii e et xiv e  siècles, l […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/campanie/#i_10837

GIULIANO DA MAIANO (1432-1490)

  • Écrit par 
  • Gabriella RÈPACI-COURTOIS
  •  • 736 mots
  •  • 1 média

Les documents attestent la présence de Giuliano da Maiano à Florence à partir de 1455. À cette époque, il est à la tête d'un atelier de travaux sur bois, et exécute notamment des ouvrages de marqueterie, selon la mode du moment (armoires de la sacristie de Santa Maria del Fiore). Cette spécialisation, qui faisait appel à une connaissance approfondie des nouvelles règles de la perspective, l'amena […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuliano-da-maiano/#i_10837

Pour citer l’article

Jean-René GABORIT, « BENEDETTO DA MAIANO (1442-1497) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 15 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/benedetto-da-maiano/