COBLENCE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

À l'emplacement d'un établissement celte, au confluent de la Moselle et du Rhin fut créé vers 9 avant J.-C., à l'initiative de Drusus, un camp romain, Confluentes, qui devint bientôt une cité. Un pont sur la Moselle, un autre sur le Rhin firent de la ville un point de passage essentiel dans les pays du Rhin moyen. Les Francs y établirent un palais royal. À l'époque carolingienne, la ville prospéra et les souverains y résidaient souvent. Les préliminaires du traité de Verdun y furent élaborés en 842. En 1018, l'empereur Henri II fait don de la ville de Coblence à l'archevêché de Trèves. Les chevaliers teutoniques ouvrent un établissement à côté de l'église Saint-Castor, en l'an 1216. De cette époque date l'appellation Deutsches Eck donnée au confluent de la Moselle et du Rhin. Au xiiie siècle, une enceinte fortifiée entoure la ville, et l'Alteburg est édifié en 1280. Au xive siècle, Coblence devient la résidence privilégiée de l'électeur de Trèves, Baudouin de Luxembourg, et c'est en 1343 qu'est construit sur la Moselle le pont Baudouin, qui existe encore de nos jours. La ville fit partie de la Hanse rhénane. La prospérité traditionnelle fut atteinte au xviie siècle, lors de la guerre de Trente Ans. Français, Suédois, Espagnols et impériaux prirent alternativement possession de la riche cité. En 1688, les troupes de Louis XIV firent le siège de Coblence, qui fut partiellement détruite. La ville retrouva une certaine prospérité au xviiie siècle, où s'exerça en particulier l'influence des artistes français. Le dernier électeur, Clément Wenceslas, adepte du despotisme éclairé, fit construire le château dans un style classique rarement égalé sur les bords du Rhin. Ces derniers sont aménagés et la Clemensstadt s'étend sur les rives du fleuve majestueux. En 1792, elle accueille de nombreux émigrés français. Lors de l'occupation française en 1794, la ville devient le chef-lieu du département de Rhin-et-Moselle. Attribuée à la Prusse par les traités de Vienne (1815), Coblence est à nouveau fortifiée : enceinte urbaine et reconstruction sur la rive droite, de la forteresse Ehrenbreitstein qui avait été détruite en 1802. L'introduction du chemin de fer au xixe siècle fait de la ville la métropole des pays du Rhin moyen. Le tourisme prend un essor rapide. La flotte blanche de la Köln-Düsseldorfer deutsche Rheinschiffahrt A.G dispose de véritables paquebots d'une capacité de trois mille passagers. L'industrialisation touche peu la ville au xixe siècle. Située dans le Land de Rhénanie-Palatinat, Coblence, avec 106 600 habitants en 2008, est un centre commercial important grâce, entre autres, au réseau ferroviaire intercity-eurocity qui la traverse. La ville a annexé toute une série de communes, tant sur la rive gauche que sur la rive droite. Le vieux centre est encore distinct malgré les bombardements ; siège des grands magasins, constituant l'essentiel de la « City », il est réservé partiellement à la circulation piétonnière. Les activités industrielles sont principalement la fabrication de meubles et de vêtements, ainsi que de produits chimiques ou liés à l'automobile. Coblence est essentiellement une ville de services qui draine une main-d'œuvre locale abondante. Le port reconstruit sur la Moselle est l'un des grands ports pétroliers du bassin du Rhin moyen.

Allemagne : carte administrative

Carte : Allemagne : carte administrative

Carte administrative de l'Allemagne. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Certains quartiers de Coblence, riverains de la vallée du haut Rhin, sont inscrits depuis 2002 sur la liste du patrimoine mondial de l'U.N.E.S.C.O.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

  • : professeur à l'université de Metz, doyen honoraire de la faculté des lettres

Classification

Autres références

«  COBLENCE  » est également traité dans :

TRÈVES ÉLECTORAT DE

  • Écrit par 
  • Peter Claus HARTMANN
  •  • 614 mots

Territoire sur lequel l'archevêque de Trèves exerce la souveraineté territoriale (Landeshoheit). L'électorat de Trèves se présente comme une bande allongée qui épouse d'abord le cours de la Moselle et s'étend ensuite au-delà du Rhin. Au xviii e siècle, l'ensemble est peuplé d'environ 280 000 habitants. Depuis le xiv e siècle, l'électorat est divisé en deux circonscriptions administratives : l'Ob […] Lire la suite

Les derniers événements

13 janvier 2022 Allemagne – Syrie. Condamnation d'un tortionnaire syrien pour « crimes contre l'humanité ».

La Haute Cour de Coblence (Rhénanie-Palatinat) condamne le Syrien Anwar Raslan, ancien responsable du renseignement militaire, à la prison à vie pour « crimes contre l’humanité », en application du principe de compétence universelle. Anwar Raslan est reconnu coupable d’avoir ordonné ou commis des actes de torture à l’encontre d’au moins quatre mille détenus de la prison d’Al-Khatib, à Damas, et d’avoir tué vingt-sept d’entre eux, entre avril 2011 et septembre 2012. […] Lire la suite

24 novembre 2021 France. Incompétence des tribunaux français pour juger un Syrien accusé de crimes contre l'humanité.

En Allemagne, un ancien agent du service de renseignement militaire syrien a été condamné par le tribunal de Coblence à quatre ans et demi de prison pour complicité de crimes contre l’humanité en janvier ; un autre attend son procès. […] Lire la suite

6-10 août 2021 Allemagne. Annonce d'une aide à la reconstruction des zones dévastées par les inondations.

Le 6, le parquet de Coblence ouvre une première enquête pour « homicide par négligence » contre le chef de l’arrondissement d’Ahrweiler (Rhénanie-Palatinat) qui n’aurait pas pris les mesures nécessaires pour prévenir la population avant les inondations meurtrières qui ont dévasté la région en juillet, alors que des alertes météorologiques avaient été émises. […] Lire la suite

24 février 2021 Allemagne. Condamnation d'un agent syrien.

La Haute Cour régionale de Coblence, en application du principe de « compétence universelle », condamne un ancien membre des services de renseignement syriens, le sergent Eyad al-Gharib, à quatre ans et demi de prison pour « complicité de crimes contre l’humanité », pour avoir participé à l’arrestation de manifestants près de Damas en 2011 et à leur transfert vers un centre de détention des services syriens pratiquant la torture. […] Lire la suite

Pour citer l’article

François REITEL, « COBLENCE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/coblence/