TRÈVES ÉLECTORAT DE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Territoire sur lequel l'archevêque de Trèves exerce la souveraineté territoriale (Landeshoheit). L'électorat de Trèves se présente comme une bande allongée qui épouse d'abord le cours de la Moselle et s'étend ensuite au-delà du Rhin. Au xviiie siècle, l'ensemble est peuplé d'environ 280 000 habitants. Depuis le xive siècle, l'électorat est divisé en deux circonscriptions administratives : l'Oberstift (Haut-Évêché) et le Niederstift (Bas-Évêché), séparés par l'Eltz, affluent de la Moselle. Trèves est le chef-lieu de la première, Coblence celui de la seconde. L'Électeur réside à Trèves, à Coblence, ou encore à Ehrenbreitstein. Depuis 1576, le prince-archevêque est également administrateur de l'abbaye princière de Prüm.

L'importance de cet électorat ne résulte ni de l'étendue réduite de son territoire, ni de sa population, mais avant tout des fonctions que l'archevêque, titulaire du plus ancien siège épiscopal de l'Allemagne, exerce dans le Saint Empire romain germanique, tant dans le collège électoral qu'à la diète de l'Empire. Lors de l'élection impériale, il est le premier à déposer sa voix ; c'est devant lui que l'Électeur de Mayence doit prêter serment. L'autorité spirituelle de l'archevêque métropolitain s'étend, jusqu'à la Révolution française, sur les évêchés suffragants de Metz, de Toul et de Verdun, détachés en fait de l'Empire dès 1552 et en droit depuis 1648. L'autorité temporelle du prince régnant est limitée dans l'électorat par l'influence du chapitre cathédral (quarante chanoines, dont seize capitulaires) qui, depuis 1456, impose à l'archevêque, avant son élection, des capitulations. Depuis 1650, le chapitre prend part au gouvernement du territoire. Il y a deux états dans l'électorat : d'une part le clergé (sans le chapitre cathédral), d'autre part les villes (les deux capitales et douze autres villes) et, jusqu'à 1622, des députés des bailliages et des villages. La diète ai [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  TRÈVES ÉLECTORAT DE  » est également traité dans :

COBLENCE

  • Écrit par 
  • François REITEL
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

À l'emplacement d'un établissement celte, au confluent de la Moselle et du Rhin fut créé vers 9 avant J.-C., à l'initiative de Drusus, un camp romain, Confluentes, qui devint bientôt une cité. Un pont sur la Moselle, un autre sur le Rhin firent de la ville un point de passage essentiel dans les pays du Rhin moyen. Les Francs y établirent un palais royal. À l'époque carolingienne, la ville prospéra […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/coblence/#i_49346

ÉLECTEURS D'EMPIRE

  • Écrit par 
  • Anne BEN KHEMIS
  •  • 977 mots

Dans la tradition franque, le roi est acclamé par le peuple, en réalité par les hommes libres en état de porter les armes : les Freiherrn , qui sont les barons de l'époque féodale. Ils sont regroupés en nations dans la partie germanique de l'Empire carolingien : Bavarois, Souabes et Saxons (peuples soumis par les Francs à l'époque des Mérovingiens et de leurs successeurs), et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/electeurs-d-empire/#i_49346

Pour citer l’article

Peter Claus HARTMANN, « TRÈVES ÉLECTORAT DE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 16 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/electorat-de-treves/