SEGAL GEORGE (1924-2000)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Artiste américain, George Segal a souvent été considéré comme un sculpteur pop. „La réalité de George Segal est une réalité tragique, dans laquelle l'être humain et l'objet sont seuls et immobiles, mais paraissent destinés, par une sorte de volonté intérieure, à demeurer à jamais dans le même état.“ Ces mots d'Allan Kaprow, l'inventeur du happening, définissent parfaitement l'attitude et la teneur psychologique des „tableaux vivants“ de Segal, que l'on a pu comparer à des momies ou aux corps des habitants de Pompéi pétrifiés par les cendres du Vésuve. Figées à jamais dans leurs gestes les plus quotidiens, malgré la distance établie par le matériau utilisé, le plâtre, les sculptures de Segal sont des êtres proches de nous. Leur humanité tient assurément au fait qu'elles sont les moulages de personnes vivantes.

Né à New York dans une famille d'origine juive, diplômé en art et en architecture, George Segal s'adonne d'abord à la peinture. Puis il s'intéresse à la technique du moulage en plâtre dès 1958, se rapprochant ainsi de la pratique d'un Edward Kienholz. Il a l'idée de placer le personnage obtenu – un moulage d'après son propre corps, obtenu à l'aide de bandes enduites de plâtre – dans une scène de la vie quotidienne, l'accompagnant d'objets réels (L'Homme à table). Il manifeste ainsi un vif intérêt pour l'„environnement“ de la sculpture, idée reprise à John Cage, et surtout à son ami Allan Kaprow, qui réalisa d'ailleurs à cette date son tout premier happening dans la maison de campagne de Segal.

Les œuvres de Segal sont des sculptures toujours étroitement liées à l'environnement : ses personnages sont mis en situation non seulement par l'attitude donnée à leur corps, mais grâce aux nombreux objets dont leurs modèles réels se servent tous les jours : chaises, cabines téléphoniques, bus, lits, baignoires, lavabos, fenêtres, vitrines de boutiques, bars, bancs de jardin, etc. Tous ces objets sont rehaussés de taches de couleurs à partir du milieu des années 1970 ; si les corp [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : professeur en esthétique à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne, critique d'art

Classification


Autres références

«  SEGAL GEORGE (1924-2000)  » est également traité dans :

POP ART

  • Écrit par 
  • Bertrand ROUGÉ
  •  • 3 814 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Le pop art américain »  : […] Berceau de la société de consommation, les États-Unis sont la véritable patrie du pop ; c'est là qu'il se développa sous sa forme la plus pure et survécut le plus longtemps, influençant durablement les jeunes générations d'artistes. Le pop américain prend ses racines dans l'art populaire des peintres d'enseignes des xviii e et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pop-art/#i_31842

SCULPTURE CONTEMPORAINE

  • Écrit par 
  • Paul-Louis RINUY
  •  • 8 066 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Du ready-made à la critique de la société de consommation »  : […] Dans un esprit radicalement différent, à la suite du ready-made inventé par Marcel Duchamp dès 1914 avec le Porte-bouteilles , Jean Tinguely (1925-1991), en compagnie entre autres de Daniel Spoerri, de César (1921-1998) et d’Arman (1928-2005), crée en 1960, sous la houlette du critique d’art Pierre Restany, le groupe des Nouveaux Réalistes qui rassemble aussi de nombreux pei […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sculpture-contemporaine/#i_31842

Pour citer l’article

Jacinto LAGEIRA, « SEGAL GEORGE - (1924-2000) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 septembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/george-segal/