SCANDINAVE CINÉMA

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Renaissance suédoise

Si le cinéma suédois, malgré ces défections, renforce son infrastructure et ses traditions artistiques, révélant de nouveaux cinéastes (John W. Brunius, Per Lindberg, Gustav Molander), l'étoile du cinéma danois pâlit entre les deux guerres, malgré les films d'Anders-Wilhelm Sandberg, souvent adaptés de romans de Dickens et malgré le succès de la série burlesque de Lau Lauritzen, Fy og Bi (Doublepatte et Patachon). Les films de ces deux pays s'exportent peu au temps du cinéma parlant. La Norvège et la Finlande se limitent à l'illustration de valeurs considérées comme nationales : sens de la nature et du rural, avec parfois des thématiques sociales en Norvège et une argumentation patriotique en Finlande.

La Suède devient le théâtre d'une véritable renaissance vers 1950, avec Alf Sjöberg, Arne Sucksdorff, Ingmar Bergman, Arne Mattson, sans oublier leur aîné Gustav Molander qui, comme Sjöberg, a mis en scène plusieurs scénarios de Bergman. Des succès internationaux comme Elle n'a dansé qu'un seul été (1951), d'Arne Mattson, et Mademoiselle Julie (1950), d'Alf Sjöberg, d'après la pièce de Strindberg, inaugurent un nouvel âge d'or du cinéma suédois. S'affirmeront alors les talents de Bo Widerberg (Le Quartier du corbeau, 1963 ; Elvira Madigan, 1967 ; Adalen 31, 1969), Jan Troell (Les Émigrants, 1971), Jörn Donner, Vilgot Sjöman et de la réalisatrice Mai Zetterling – ces trois derniers n'hésitant pas à affronter les tabous sexuels persistant dans le pays réputé le plus « libéré » d'Europe. Bergman, issu du théâtre auquel il restera toujours fidèle, a débuté dans la réalisation en 1945. Passant d'un réalisme à la fois poétique et pessimiste à une critique corrosive de la société, de la religion et du couple, il abordera des thèmes ouvertement métaphysiques, notamment à partir du Septième Sceau (1957), mêlés ultérieurement à des références autobiographiques, dans une série d [...]

Monika, I. Bergman

Monika, I. Bergman

Photographie

Monika (1953) clôt la première période de l'œuvre de Bergman, marquée par la révolte contre une société étouffante. Si le thème de l'enfer du couple est déjà présent, le film frappe surtout par le bonheur avec lequel le metteur en scène filme à l'air libre, sur l'île d'Ornö,... 

Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

Afficher


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages



Médias de l’article

Monika, I. Bergman

Monika, I. Bergman
Crédits : Prod DB/ AllPix/ Aurimages

photographie

L’Autre Côté de l’espoir, A. Kaurismäki.

L’Autre Côté de l’espoir, A. Kaurismäki.
Crédits : Sputnik Oy/ BBQ_DFY/ Aurimages

photographie





Écrit par :

Classification


Autres références

«  SCANDINAVE CINÉMA  » est également traité dans :

ANDERSSON BIBI (1935-2019)

  • Écrit par 
  • Colette MILON
  •  • 901 mots
  •  • 1 média

Elle fut le sourire de Bergman, sa lumière vive. Apparue dans nombre de ses films et de ses réalisations pour la télévision, l’actrice suédoise est une figure indissociable de son œuvre. Née le 11 novembre 1935 à Stockholm, Berit Elisabeth Andersson, « Bibi », fille d’un homme d’affaires et d’une assistante sociale, rêve très tôt de devenir comédienne. Elle a quinze ans lorsqu’elle rencontre Ingm […] Lire la suite

ANSPACH SÓLVEIG (1960-2015)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 704 mots
  •  • 1 média

Sólveig Anspach est née le 8 décembre 1960 à Heimaey, dans l’archipel de Vestmann (Islande), d’une mère islandaise et d’un père juif viennois qui avait rejoint les États-Unis puis combattu en Europe sous l’uniforme américain. Cette citoyenne du monde grandit à Paris, fréquente l’école allemande, fait des études de philosophie et de psychologie avant d’intégrer la Femis, d’où elle sort diplômée en […] Lire la suite

BERGMAN INGMAR

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 2 041 mots
  •  • 3 médias

Ingmar Bergman est mort à quatre-vingt-neuf ans, dont soixante années vouées au cinéma et un peu plus au théâtre. De tous les grands auteurs de films de cette génération, il est celui dont la vie a le plus évidemment été consacrée au travail, et dont l'œuvre est le plus abondant : des dizaines voire des centaines de mises en scène, de scénarios, de films pour la télévision, près de cinquante film […] Lire la suite

BERGMAN INGMAR - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 1 062 mots

14 juillet 1918 Naissance d'Ingmar Bergman à Uppsala (Suède). 1930 Après avoir découvert le cinéma avec un projecteur amateur, le jeune Bergmanvisite les studios de la Svensk Film Industri près de Stockholm. 1937-1939 Néglige ses études de littérature et d'histoire de l'art au profit de la mise en scène, en montant des spectacles étudiants, puis Shakespeare et Strindberg ; Écrit des pièces, des […] Lire la suite

BREAKING THE WAVES, film de Lars von Trier

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 120 mots

Depuis son premier long-métrage, Element of Crime ( Forbrydelsens element , 1984), suivi d' Epidemic (1987) et d' Europa (1991), trois films partiellement ou totalement en noir et blanc, le réalisateur danois Lars von Trier, né en 1956, s'était fait remarquer pour son goût « maniériste » des exercices de style formels, qui s'expriment dans des films très apprêtés, remplis de références cinéphili […] Lire la suite

CINÉMA (Aspects généraux) - Histoire

  • Écrit par 
  • Marc CERISUELO, 
  • Jean COLLET, 
  • Claude-Jean PHILIPPE
  •  • 21 812 mots
  •  • 37 médias

Dans le chapitre « Les pays nordiques »  : […] La production européenne a été remarquable dans les pays nordiques, où la tradition cinématographique est séculaire. En Suède, Bille August, né en 1948, deux fois primé à Cannes ( Pelle le conquérant , 1987, et Les Meilleures Intentions , 1992), a confirmé son talent. Au Danemark, Lars Von Trier, né en 1956, a puissamment influencé le cinéma contemporain, par son talent propre, mais aussi en f […] Lire la suite

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 316 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « La dramatisation de l'image »  : […] C'est autour de 1915 que se généralise la possibilité de recourir entièrement à l'éclairage artificiel. Il n'est guère surprenant, dès lors, que ce ne soit plus sur la côte ouest des États-Unis que se produisent de véritables révolutions en matière de photographie mais plutôt dans des pays moins favorisés par l'ensoleillement, comme les pays nordiques et l'Allemagne. L' expressionnisme allemand f […] Lire la suite

DOGMA 95

  • Écrit par 
  • Vincent PINEL
  •  • 1 163 mots

1995 : le cinéma fête ses cent ans. C'est à cette date que quatre jeunes cinéastes danois, Lars von Trier, Kristian Levring, Thomas Vinterberg et Søren Kragh-Jacobsen choisissent de fonder à Copenhague Dogma 95. Ce collectif repose sur un commun rejet « d'une “certaine tendance” du cinéma d'aujourd'hui : superficielle, illusionniste, décadente, individualiste et bourgeoise ». Leur engagement se ve […] Lire la suite

DREYER CARL

  • Écrit par 
  • Jean COLLET
  •  • 1 342 mots
  •  • 2 médias

Avec Le Cuirassé Potemkine d'Eisenstein, La Passion de Jeanne d'Arc de Dreyer est sans doute le film le plus célèbre du cinéma muet. Des générations de cinéphiles ont recueilli avec ferveur cette liturgie de visages tourmentés, ces face-à-face tragiques de gros plans sans autre fard que la lumière la plus crue, dans un décor réduit à quelques voûtes obsédantes, où les soldats casqués se glissent […] Lire la suite

DREYER CARL - (repères chronologiques)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 582 mots

3 février 1889 Naissance d'un enfant sans nom à Copenhague, d'une fille mère employée dans une ferme, Joséphine Nillson. 5 avril 1891 Adopté, l'enfant reçoit le nom de Carl Theodor Dreyer. 1905-1912 Après des études au cours desquelles il a fréquenté des groupes « libéraux », Dreyer entre à la compagnie des télégraphes. Il fait un peu de théâtre, se passionne pour l'aviation, et a une activité […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES, film de Ingmar Bergman

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 063 mots

À trente-neuf ans, Ingmar Bergman passe pour un véritable bourreau de travail, écrivant ou réalisant près de deux films par an. Sa première réalisation, Crise ( Kris ), en 1946, est un hommage, déjà très personnel, au réalisme poétique, mais le jeune homme dévoré d'ambition, au talent précoce, doit attendre son seizième film, Sourires d'une nuit d'été ( Sommarnattens leende , 1955) pour que la cri […] Lire la suite

LE HAVRE et L'AUTRE CÔTÉ DE L'ESPOIR (A. Kaurismäki)

  • Écrit par 
  • Nicole GABRIEL
  •  • 1 031 mots
  •  • 1 média

Aki Kaurismäki aborde la thématique de l’immigration avec deux longs-métrages humanistes et singuliers. Réalisé en France, Le Havre (2011) a été sélectionné au festival de Cannes et récompensé par le prix Louis-Delluc. L ’ A utre Côté de l’espoir ( Toivon tuolla puolen , 2017) , produit à Helsinki, a valu à Kaurismäki l’ours d’argent du meilleur réalisateur à la Berlinale. […] Lire la suite

JOSEPHSON ERLAND (1923-2012)

  • Écrit par 
  • Patricia BAUER
  •  • 405 mots
  •  • 1 média

Acteur fétiche d'Ingmar Bergman, le Suédois Erland Josephson est surtout connu pour sa capacité à incarner des personnages complexes et à transmettre de profondes émotions, comme dans Scener ur ett äktenskap (1973, Scènes de la vie conjugale ), où il tient le rôle principal au côté de Liv Ullmann. Erland Josephson naît le 15 juin 1923, à Stockholm. Sa collaboration avec Ingmar Bergman commence a […] Lire la suite

KAURISMÄKI AKI (1957- )

  • Écrit par 
  • Frédéric STRAUSS
  •  • 1 041 mots

En 1988, la sortie en France de Shadows in Paradise est un petit événement. Réalisé deux ans plus tôt, le film, venu de Finlande, frappe autant par l'originalité de l'univers qu'il révèle que par la rigueur de sa mise en scène, qui porte la marque d'un authentique auteur, Aki Kaurismäki. Shadows in Paradise apparaît aujourd'hui encore comme son manifeste. La profonde humanité du regard, l'inté […] Lire la suite

AU LOIN S'EN VONT LES NUAGES (A. Kaurismäki)

  • Écrit par 
  • N.T. BINH
  •  • 1 021 mots

Couple de quadragénaires moyens, Ilona (Kati Outinen) et Lauri (Kari Väänänen) se retrouvent tous deux au chômage, du jour au lendemain. Lentement, malgré la tendresse qui les lie, le désespoir gagne et menace leurs relations. Un événement inattendu et presque miraculeux inversera le cours de leur existence et leur permettra d'ouvrir, avec l'aide d'une poignée de camarades eux aussi à la rue, un […] Lire la suite

LES FRAISES SAUVAGES (I. Bergman), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 203 mots

D'une histoire simple – le vieux docteur Isaak Borg se rend en automobile de Stockholm à l'université de Lund pour fêter son jubilé –, Ingmar Bergman fait une plongée dans le passé et l'inconscient de son héros. Si Les Fraises sauvages confirme la « modernité » de Bergman, le film fait aussi découvrir à un large public l'œuvre d'un des plus grands créateurs du septième art. À trente-neuf ans, réa […] Lire la suite

ORDET (C. Dreyer)

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 197 mots

Ordet , c'est-à-dire la « Parole », ou plus exactement le Verbe dont nous parle la Bible. La puissance, après un demi-siècle, du film de Carl Dreyer (1889-1968) tient pourtant plus au silence qu'à la voix. Silence qui accompagne, sur la bande sonore du film, le moment où Johannes, le fils « perdu » qui parcourt les dunes en se prenant pour le Christ, tente, à la demande de son innocente nièce, de […] Lire la suite

ORDET, film de Carl Theodor Dreyer

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 1 029 mots

Avec Benjamin Christenssen à l'époque du muet et Lars von Trier récemment, Carl Theodor Dreyer (1889-1968) est la seule gloire cinématographique du Danemark. Pourtant, lorsqu'en 1954 il entreprend d'adapter la pièce de Kaj Munk, Le Verbe ( Ordet , 1932), il n'a plus tourné de long-métrage de fiction depuis près de dix ans. Les idées ne lui manquent pourtant pas, d'une Mary Stuart à une transposi […] Lire la suite

SJÖBERG ALF (1903-1980)

  • Écrit par 
  • Pierre BEUCHOT
  •  • 745 mots
  •  • 1 média

Né à Stockholm, Alf Sjöberg occupe une place importante dans l'histoire du cinéma suédois. Succédant aux grands noms du muet : Sjöstrom, Stiller, et précédant Ingmar Bergman, il fut, pendant dix ans, le seul cinéaste suédois de réputation internationale. La carrière et la vie de Sjöberg sont indissolublement liées à un théâtre : le Théâtre royal dramatique de Stockholm. En cinquante ans de théâtre […] Lire la suite

Pour citer l’article

Daniel SAUVAGET, « SCANDINAVE CINÉMA », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 20 mai 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-scandinave/