CINÉMA ET HISTOIRE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Mythe et histoire

En Europe de l'Est, soumise au modèle soviétique, l'exaltation d'une certaine idée de l'histoire nationale a été pendant vingt ans un facteur légitimant des régimes mis en place par les libérateurs russes entre 1945 et 1948. Des illustrations édifiantes de la lutte antifasciste, de la lutte des classes dans les systèmes féodaux des siècles passés, des tentatives révolutionnaires dont l'histoire nationale avait gardé la mémoire, parfois mises en scène avec talent, devaient accréditer l'idée d'une continuité : le présent stalinien, puis post-stalinien, était censé plonger profondément ses longues racines dans le passé national de la Pologne ou de la Hongrie. Le desserrement progressif des normes imposées aux auteurs, en Hongrie tout particulièrement, a ouvert une réflexion originale sur la manière de filmer de l'histoire. Miklos Jancsó : « Nous avons connu aussi la falsification de l'histoire pendant la période stalinienne. La falsification existe. Nous revendiquons aussi un droit à l'imagination de l'histoire. » Le cinéma de Miklos Jancsó (une quinzaine de films entre 1964 et les années 1980) représente la tentative la plus avancée à ce jour de dire l'histoire autrement : par le mythe, et par une forme qui ne laisse aucun doute sur l'imaginaire tragique qu'il exprime. Dans Psaume rouge ou dans Rhapsodie hongroise, des danseurs, des cavaliers, accompagnés par une caméra qui s'intègre à la chorégraphie savante de plans très longs, évoquent le passé et ses luttes dans le cadre d’une poétique qui ne peut être que la vision hautaine d'un créateur engagé. La manière de l'auteur brise le lien avec l'art officiel.

Agnus Dei, Miklós Jancsó

Agnus Dei, Miklós Jancsó

Photographie

Au côté de Jerzy Skolimovski, Milos Forman ou Vera Chytilova, Miklós Jancsó participa à l'émergence d'un nouveau cinéma dans les pays de l'Europe de l'Est. Ici, une scène tirée d'Agnus Dei (1971). 

Crédits : Mafilm/ The Kobal Collection/ Picture Desk

Afficher

Psaume rouge, M. Jancso

Psaume rouge, M. Jancso

Photographie

Psaume rouge (1972), de Miklos Jancso. 

Crédits : Istituto Geografico De Agostini

Afficher

La rupture radicale de Jancsó avec une certaine façon de dire l'histoire est demeurée exceptionnelle. D'autres voies ont pourtant été ouvertes : celle des jeunes cinéastes brésiliens du cinéma nôvo (Rui Guerra, Glauber Rocha), qui ont cherché une approche également symbolique, tropicaliste, pour fondre l'histoire dans le mythe, celle des frères Taviani en Italie après 1968, celle du Grec Théo Angelopoulos, d [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 13 pages



Médias de l’article

Mutins du cuirassé Potemkine

Mutins du cuirassé Potemkine
Crédits : Hulton Getty

photographie

Le Radeau de la Méduse, I. Azimi

Le Radeau de la Méduse, I. Azimi
Crédits : Collection Philippe D'Hugues/ D.R.

photographie

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc

Falconetti dans La Passion de Jeanne d'Arc
Crédits : Hulton Getty

photographie

Agnus Dei, Miklós Jancsó

Agnus Dei, Miklós Jancsó
Crédits : Mafilm/ The Kobal Collection/ Picture Desk

photographie

Afficher les 6 médias de l'article





Écrit par :

  • : professeur d'histoire, historien de cinéma, président de l'Association française de recherche sur l'histoire du cinéma

Classification


Autres références

«  CINÉMA ET HISTOIRE  » est également traité dans :

LA 317e SECTION, film de Pierre Schoendoerffer

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 999 mots

Dans le chapitre « Authenticité, engagement, émotion »  : […] Si son auteur est singulier, ce film est un météore, dans un cinéma français d'une grande frilosité pour ce qui est de la politique, spécialement la politique coloniale (on attend toujours, malgré l'honorable Avoir vingt ans dans les Aurès (1972) de René Vautier, un équivalent sur la guerre d'Algérie). Frappe d'emblée l'absence d'hypocrisie : la guerre est fascinante, parce que l'« épreuve du feu […] Lire la suite

AGUIRRE, LA COLÈRE DE DIEU, film de Werner Herzog

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 060 mots

Dans le chapitre « Un désastre programmé »  : […] Tourné au Pérou, le film est librement inspiré de la vie d'un personnage réel. Le sous-titre est motivé par une déclaration hallucinée d'Aguirre ( «  Je suis la colère de Dieu »), odieux et visionnaire à la fois, les yeux bleus perdus dans un rêve qui place la gloire avant l'or. Après un début fulgurant, le récit ralentit graduellement, ou plutôt garde une lenteur tranquille jusqu'à une sorte d'en […] Lire la suite

LA BATAILLE D'ALGER, film de Gillo Pontecorvo

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 1 016 mots

Dans le chapitre « Un film d'investigation »  : […] La difficile réception, en France, de La Bataille d'Alger prouve combien le sujet a été, et reste, brûlant. D'abord, le film n'obtient son visa d'exploitation en France qu'en 1971. Ensuite, les cinémas qui ont le courage de le projeter font l'objet d'actes de vandalisme : la salle Saint-Séverin, à Paris, est plastiquée ; à Lons-le-Saunier, dans le Jura, un commando met l'écran en pièces et détrui […] Lire la suite

CHRONIQUE DES ANNÉES DE BRAISE, film de Mohamed Lakhdar Hamina

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 986 mots

Dans le chapitre « Une des œuvres phares du Tiers Monde »  : […] Ce film doit se comprendre comme l'aboutissement d'un long parcours, le passage de la résignation à la révolte, dévoilant la destinée collective d'un peuple à travers un destin individuel. Ahmed, pauvre paysan du Sud, cristallise toutes les épreuves de l'Algérie. Ces Chroniques , sous la forme d'un conte dans une tradition de transmission orale, réhabilitent une histoire jusqu'ici confisquée par l […] Lire la suite

LE CUIRASSÉ POTEMKINE (S. M. Eisenstein), en bref

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 191 mots
  •  • 1 média

Second film d'un jeune cinéaste de vingt-sept ans, S. M. Eisenstein (1898-1948) Le Cuirassé Potemkine a été classé à de nombreuses reprises « meilleur film du monde » par des jurys de cinéastes, historiens et critiques. En 1925, il vient surtout confirmer qu'un art nouveau est né, dans le droit fil de la révolution d'Octobre, qui ne doit rien à la subjectivité romanesque, à la sensibilité « bourg […] Lire la suite

EISENSTEIN SERGE MIKHAÏLOVITCH

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 3 072 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le théâtre de l'histoire »  : […] Son premier film sort en février 1925 : c'est La Grève , dont le héros est le peuple, les personnages, les ouvriers et leurs oppresseurs, mouchards et bourreaux. Il exprime la violence de l'éruption révolutionnaire et celle de la répression. La dominante sadique, présente dans toute son œuvre, ne l'est jamais plus qu'ici, en particulier dans le final, avec ses enfants tués et ses victimes massacré […] Lire la suite

FERRO MARC (1924- )

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 1 020 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des Annales à l’écran et au décryptage des images »  : […] Marc Ferro n’est toutefois pas ancré définitivement dans le champ des études russes ou soviétiques, d’abord parce que ses analyses n’entrent pas dans le cadre conceptuel alors dominant du « totalitarisme », ensuite parce qu’une autre rencontre décisive a eu lieu en 1962, celle de Fernand Braudel. Ce dernier lui confie le poste de secrétaire de rédaction des Annales , auparavant occupé par Robert M […] Lire la suite

FRANCOFONIA. LE LOUVRE SOUS L'OCCUPATION (A. Sokourov)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 957 mots
  •  • 1 média

L'œuvre aux multiples visages d'Alexandre Sokourov, abondante – quarante-six films depuis 1978 –, riche d'une écriture cinématographique pleinement accomplie, est marquée par la passion du cinéaste pour la peinture. Francofonia . Le Louvre sous l’Occupation (2015) s'inscrit dans le cycle des films où les peintres et les musées tiennent un rôle important : Hubert Robert ( Hubert Robert , u ne vie h […] Lire la suite

LA GRANDE VADROUILLE, film de Gérard Oury

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 920 mots

Dans le chapitre « L'Occupation tournée en dérision »  : […] La Grande Vadrouille , par son rythme et son succès renoue avec le théâtre de boulevard, dont Gérard Oury et ses deux co-scénaristes Marcel Jullian et Danièle Thompson se sont probablement inspirés. Avec ce film, Gérard Oury se fait le chantre d'un renouveau du cinéma populaire déjà menacé par l'essor de la télévision. Mais il accentue aussi le fossé, en 1966, entre le cinéma populaire et le ciné […] Lire la suite

THE GRANDMASTER (Wong Kar-Wai)

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS
  •  • 893 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une histoire de la Chine »  : […] Alors que My Blueberry Nights était un film absolument contemporain, cette biographie d’Ip Man, maître du kung-fu, nous plonge dans l’histoire de la Chine. Si cette dimension historique est souvent présente chez le cinéaste, elle n’en était pas moins restée jusqu’ici à l’arrière-plan, par exemple dans Nos Années sauvages (1990) et In the Mood for Love (2000). L’histoire et la mémoire sont bien i […] Lire la suite

LE GUÉPARD, film de Luchino Visconti

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 1 191 mots
  •  • 2 médias

Après le superbe mélodrame social Rocco et ses frères ( Rocco i sui fratelli , 1960), et presque dix ans après Senso (1954), qui se déroule dans la Venise de 1866 en guerre avec l'Autriche, Luchino Visconti (1906-1976) renoue avec l'histoire en adaptant l'unique roman, publié en 1958, de l'aristocrate sicilien Giuseppe Tomasi di Lampedusa (1896-1957). Mais au lieu de raconter une tragédie amour […] Lire la suite

GUERRE MONDIALE (PREMIÈRE) - Mémoires et débats

  • Écrit par 
  • André LOEZ
  •  • 4 506 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Présence de la Grande Guerre »  : […] Dans les années 1920 et 1930, la mémoire de la guerre est quasi omniprésente : par le deuil massif qui frappe, directement ou indirectement, chaque famille ou presque ; par l'érection de monuments aux morts (dans 95 p. 100 des communes françaises) ; par l'investissement des anciens combattants dans l'espace public et leur attachement au pacifisme ; enfin par l'ampleur des productions culturelles q […] Lire la suite

JANCSÓ MIKLÓS (1921-2014)

  • Écrit par 
  • Michel ESTÈVE
  •  • 892 mots
  •  • 1 média

Deux cinéastes emblématiques incarnent la qualité et l'originalité du cinéma hongrois : aujourd'hui Béla Tarr ; hier Miklós Jancsó, lion d'or du festival de Venise 1990 pour l'ensemble de son œuvre. Né en 1921 à Vac, non loin de Budapest, Miklós Jancsó mène tout d'abord de front des études de droit, d'ethnographie et d'histoire de l'art. Devenu docteur en droit (1944), il décide de se consacrer a […] Lire la suite

KIPPOUR (A. Gitaï)

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 1 000 mots

Le film de guerre est un genre. Le film de guerre stricto sensu fait référence aux guerres du xx e  siècle, que le cinéma a ou aurait pu filmer. Le cinéaste qui reconstitue les guerres indiennes travaille aux marges du western, tout comme celui qui évoque la guerre de Sept Ans fait dans le film en costumes, ou celui qui filme les guerres puniques n'échappe pas au péplum. Le film de guerre, lui, tr […] Lire la suite

KLUGE ALEXANDER (1932- )

  • Écrit par 
  • Pierre GRAS
  •  • 992 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Un héritier de Brecht »  : […] Son premier-long métrage, Anita G. (1966), brosse le portrait d’une jeune femme d’origine juive qui a quitté l’Allemagne de l’Est et cherche avec difficulté sa place dans la société de l’Allemagne de l’Ouest. Les films suivants, Les Artistes sous le chapiteau : perplexes (1967) et Travaux occasionnels d’une esclave (1973) auront également une femme rebelle pour personnage principal. Kluge impos […] Lire la suite

LA TERRE, film de Youssef Chahine

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 859 mots

Dans le chapitre « Film néo-réaliste et allégorique »  : […] À partir du roman d'Abderrahman Charkaoui, Youssef Chahine tisse une histoire sinueuse à plusieurs facettes. Il renverse la mécanique des représentations hollywoodiennes au profit d'un discours plus militant. Ses cadrages en gros plan confèrent une dimension allégorique au film. En donnant la parole aux spoliés, le réalisateur met en évidence les rapports dominants/dominés et se démarque des mélod […] Lire la suite

LE CUIRASSÉ "POTEMKINE", film de Serge Mikhailovitch Eisenstein

  • Écrit par 
  • Jacques AUMONT
  •  • 912 mots
  •  • 1 média

Conscients de la force du cinéma comme instrument de propagande, les premiers dirigeants soviétiques avaient favorisé l'accès à la réalisation de jeunes réalisateurs acquis à la révolution, et formellement innovants. C'est en mars 1925 que la firme d'État Goskino lança la production d'une série de films pour célébrer l'anniversaire de la révolution de 1905, et la confia au réalisateur d'un film co […] Lire la suite

LIZZANI CARLO (1917-2013)

  • Écrit par 
  • Jean A. GILI
  •  • 912 mots

Grande figure de la culture italienne, Carlo Lizzani, né à Rome en 1922, a largement débordé les frontières de son métier de cinéaste. Plusieurs ouvrages l’ont inscrit dans le panorama des témoins privilégiés de l’histoire du xx e  siècle : Attraverso il Novecento (1998), Il mio lungo viaggio nel secolo breve (2007), Il giro del mondo in 35 mm (2012). On retiendra aussi sa Storia de […] Lire la suite

LE MAÎTRE DE MARIONNETTES, film de Hou Hsiao-hsien

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 886 mots

Né en 1947, à Meishien, dans la province de Canton, immigré à Taïwan en 1949, après la guerre civile, Hou Hsiao-hsien étudie le cinéma à la fin des années 1970. La France le découvre en 1984 au festival des 3 Continents, à Nantes, avec Les Garçons de Fengkui ( Fengkui laide ren , 1983), son premier grand film autobiographique. Le Maître de marionnettes ( Hsimeng rengsheng ) poursuit une trilogi […] Lire la suite

Les derniers événements

1er-26 novembre 1990 • États-Unis • Hollywood aux enchères.

. Le 26, un autre fleuron de l'histoire du cinéma, la société M.C.A. (Music Corporation of America), qui possède les studios Universal, passe sous contrôle étranger. Le groupe électronique japonais Matsushita la rachète en effet pour un montant de 6,1 milliards de dollars (environ 30 milliards de francs). Il s'agit là du plus important investissement nippon jamais réalisé aux États-Unis.  [...] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Pierre JEANCOLAS, « CINÉMA ET HISTOIRE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 février 2020. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-et-histoire/