CHYTRIDIOMYCOSE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Symptômes de la chytridiomycose

Bdendrobatidis et Bsalamandrivorans sont les agents étiologiques de la chytridiomycose, c’est-à-dire qu’ils sont responsables de cette maladie. Les signes cliniques observés ne sont pas spécifiques de la chytridiomycose et ils permettent seulement de la suspecter. Le diagnostic doit être validé par l’analyse microscopique de la structure du tissu (analyse dite histologique) épidermique (afin d'y déceler la présence de sporanges) et/ou des techniques de biologie moléculaire permettant d’identifier des fragments d’ADN spécifiques de ces champignons.

Les individus infectés par Bdendrobatidis peuvent présenter des changements comportementaux (léthargie, manque d’appétit), des troubles neurologiques (perte de réflexes), des lésions cutanées comme une ternissure et une coloration inégale de la peau, une hyperplasie (épaississement) de l’épiderme, des ulcérations (nécroses) ou une succession excessive de mues. Bsalamandrivorans peut provoquer des lésions relativement caractéristiques, comme des érosions multiples de l’épiderme et des ulcères, avec une bordure noire souvent typique. Le nombre et la taille de ces lésions augmentent au fur et à mesure de l’infection. Des signes comme la dysecdysis (problème de mue), la perte de poids et l’ataxie (manque de coordination des mouvements) peuvent apparaître et l’amphibien infecté finit alors par mourir.

Salamandre tachetée atteinte de chytridiomycose

Photographie : Salamandre tachetée atteinte de chytridiomycose

Les petits cercles noirs visibles sur la peau de cette salamandre tachetée (Salamandra salamandra) correspondent à des lésions causées par le champignon pathogène Batrachochytrium salamandrivorans. Ce dernier, découvert en 2013 en Europe, décime les populations de salamandre tachetée. ... 

Crédits : Frank Pasmans/ Wildlife Health Ghent, UGent

Afficher

Le relargage d’enzymes comme des protéases toxiques par Bdendrobatidis et la croissance des sporanges des deux champignons dans les cellules de l’épiderme perturbent fortement le fonctionnement physiologique de la peau des amphibiens et peuvent donc conduire à la mort les individus infectés. Mais, comme pour toute infection, l’impact de l’agent dépend de son caractère pathogène, de l’environnement et de la résistance de l’hôte. La réponse varie fortement selon les espèces : le taux de mortalité peut atteindre 100 p. 100 pour certaines d’entre elles mais peut s’avérer nul pour d’autres, qui ne présenteront aucun symptôme (espèces asymptomatiques).

Les amphibiens présentent un épiderme recouvert d’un mucus plus ou moins abondant, ce qui leur assure une certaine protection contre l’infection. De plus, le microbiote cutané (ensemble des micro-organismes de la peau) de ces animaux est particulièrement riche et certaines bactéries sont connues pour être capables de diminuer la charge parasitaire et éliminer les champignons.

Les amphibiens touchés par une infection causée par Bdendrobatidis peuvent aussi répondre via leur système immunitaire en produisant, par des glandes épidermiques, des molécules antifongiques inhibant la croissance du champignon. Ces interactions ne sont pas encore connues pour les infections à Bsalamandrivorans.

Bdendrobatidis peut infecter la peau d’une très grande quantité d’espèces d’anoures (amphibiens dépourvus de queue à l’âge adulte, comme les grenouilles et les crapauds), d’urodèles (amphibiens conservant leur queue à l’âge adulte, comme les tritons et salamandres) et de gymnophiones (amphibiens au corps allongé, annelé et dépourvu de membres), mais les déclins sont bien plus importants chez les anoures. Chez les têtards, qui possèdent de la kératine uniquement au niveau du disque oral (pièces buccales), la chytridiomycose n’est en général pas mortelle. En revanche, les jeunes amphibiens, dont l’épiderme se kératinise à la métamorphose, sont très sensibles à l’infection. La maladie provoquée par Bsalamandrivorans serait plutôt limitée aux urodèles, même si plusieurs espèces d’anoures peuvent être infectées.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 6 pages

Médias de l’article

Dendrobates bleus

Dendrobates bleus
Crédits : Ullstein Bild/ Getty Images

photographie

Coupe d’une peau d’amphibien infectée par le champignon Batrachochytrium dendrobatidis

Coupe d’une peau d’amphibien infectée par le champignon Batrachochytrium dendrobatidis
Crédits : Frank Pasmans/ Wildlife Health Ghent, UGent

photographie

Salamandre tachetée atteinte de chytridiomycose

Salamandre tachetée atteinte de chytridiomycose
Crédits : Frank Pasmans/ Wildlife Health Ghent, UGent

photographie

Amphibiens retrouvés morts dans les Pyrénées

Amphibiens retrouvés morts dans les Pyrénées
Crédits : Dirk Schmeller

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

  • : directeur d'études, École pratique des hautes études, enseignant-chercheur

Classification

Voir aussi

Pour citer l’article

Claude MIAUD, « CHYTRIDIOMYCOSE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 05 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chytridiomycose/