HEIN CHRISTOPH (1944- )

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Lorsque Christoph Hein reçut en 1982 le prix Heinrich Mann, l'écrivain Peter Hacks le présenta dans sa laudatio comme une exception : dramatique dont les romans sont des succès, un romancier doué pour l'écriture dramatique. À l'époque, Peter Hacks ne pouvait pas savoir que l'auteur se révélerait être également non seulement un essayiste brillant, mais aussi un repère intellectuel et moral pour plus d'un de ses concitoyens dans les années difficiles qu'allait traverser l'Allemagne.

Curieux parcours en effet que celui de cet écrivain né en 1944 en Silésie et qui grandit en Thuringe et en Saxe avant d'aller poursuivre – illégalement – ses études secondaires à Berlin-Ouest, car « l'État des paysans et des ouvriers », ainsi que se désignait elle-même la R.D.A., avait refusé à ce fils de pasteur de continuer ses études dans son pays. La construction du Mur, en 1961, sonne l'heure de son retour dans sa famille et dans son pays, lequel lui refuse alors l'autorisation d'entreprendre des études supérieures, arguant de son départ illégal pour Berlin-Ouest et de la non-validité d'un baccalauréat « capitaliste ». Interdit d'études, le jeune Hein exerce différents emplois avant d'aller frapper à la porte de la Volksbühne dont Benno Besson est alors le directeur artistique.

Christoph Hein raconte que, depuis qu'on lui avait offert, à l'âge de douze ans, un volume réunissant les pièces de Schiller, une violente passion pour le théâtre s'était emparée de lui et lui avait donné le goût de l'écriture dramatique. Benno Besson l'engage à ses côtés ; Hein devient peu de temps après son assistant, puis son dramaturge, et l'auteur dramatique de la maison. La censure, elle, n'entend pas les choses de cette oreille. Si plusieurs pièces de Hein sont mises en répétition, elles reçoivent rarement l'autorisation d'être représentées, ou bien sont brusquement retirées de l'affiche peu après la première (Schlötel oder was solls, 1974). Lorsqu'en 1979, Benno Besson quitte la Volksbühne et la R.D.A., Christoph Hein cesse son travail au théâtre pour se consacrer à l'écriture. Son premier recueil de nouvelles paraît l'année suivante (Invitation au lever bourgeois). La même année, l'une de ses pièces (Lassalle fragt Herrn Herbert nach Sonja. Eine Szene im Salon) est représentée avec succès à Düsseldorf, en Allemagne fédérale. La publication de L'Ami étranger, en 1982 en R.D.A., puis en 1984 en R.F.A., le propulse sur le devant de la scène littéraire.

La reconnaissance que lui vaut la publication de ce roman masque au public les difficultés qui l'opposent aux autorités de censure de son pays. La pomme de discorde est un autre roman, La Fin de Horn (1985), écrit avant L'Ami étranger, mais interdit de publication, parce qu'il remet en cause la vision officielle de l'histoire allemande. Hein subit alors de nombreuses pressions officielles pour l'inciter à quitter la R.D.A.

Dès 1982, Christoph Hein a exposé les principes de sa poétique lors d'une réunion de l'Union des écrivains « Écrire, [pour nous écrivains de la R.D.A.] c'est écrire en allemand, dans un pays coupé en deux. [...] C'est écrire dans un pays où la frontière est plus profonde que celle qui sépare ordinairement deux États puisqu'elle va jusqu'au cœur de la société et de sa culture ». Et dans ce pays verrouillé où aucun débat ne pouvait avoir lieu, Hein affirme haut et fort que la culture ne peut exister sans espace public c'est-à-dire sans confrontation ni dialogue. Ses œuvres dramatiques, et surtout romanesques – L'Ami étranger, La Fin de Horn, Le Joueur de tango (1989) – créent précisément un espace de substitution où sont abordés les sujets tabous.

Christoph Hein, qui se définit lui-même comme un chroniqueur de son époque, compare volontiers son travail avec celui des chroniqueurs des xive ou xve siècle, qui chaque jour consignaient par écrit les événements de la journée. Parfois, ils faisaient preuve d'un peu de courage et notaient même des événements dont le prince n'aurait pas souhaité conserver la trace. C'est dans cette perspective que se situe le travail romanesque et dramatique de l'auteur, pour qui la chronique est devenue une catégorie esthétique à part entière. Elle repose sur l'observation froide et distanciée de l'environnement sociopolitique et permet, dit Hein, d'entrer en dialogue avec le lecteur. Il ne s'agit pas d'une conception néo-réaliste de l'écriture, mais bien plutôt, si l'on songe aux modèles auxquels l'auteur se réfère – Homère, Shakespeare, Kafka – de l'invention d'un univers littéraire dans lequel le monde réellement existant vient se refléter. Hein récuse toute volonté moraliste ou pseudo-éducative. Le lecteur est le partenaire de l'auteur. Il possède, lui aussi, son propre champ d'expériences et lorsqu'il aborde l'œuvre, un dialogue implicite s'établit. D'où l'importance du sous-texte.

Les thèmes récurrents dans l'œuvre de Hein sont le rapport de l'individu à l'histoire, à l'histoire allemande avec ses ruptures ; le conflit des destins individuels aux prises avec l'appareil politico-social, dans le système de l'ancienne R.D.A. comme dans l'Allemagne des années 1990 ; les rapports difficiles que le pouvoir entretient avec la vérité ; la place de l'intellectuel dans la société.

Il est évident que chez Hein, comme chez la plupart des auteurs dramatiques, l'histoire universelle offre un champ de situations aptes à mettre ces conflits en perspective. La majorité des pièces des années 1970 et 1980 se réfèrent à des situations empruntées à l'histoire ancienne ou moderne. Avec Passage (1985), qui se réfère à la biographie de Walter Benjamin et au séjour des émigrés allemands dans le sud de la France en 1940 avant la traversée des Pyrénées, mais surtout avec la réécriture du mythe des Chevaliers de la Table ronde (1989), de même qu'avec les pièces écrites dans les années 1990, son travail dramatique emprunte davantage aux situations actuelles de l'Allemagne réunifiée. Car, dit Hein, la connaissance de ma propre histoire ou de l'histoire de la société dans laquelle je vis est indispensable à ma connaissance du présent.

Dès les premiers soubresauts qui secouèrent la R.D.A., avant la chute du Mur, les prises de parole publiques de Christoph Hein servirent de repères à la société est-allemande en pleine mutation. Elles continuent à jouer ce rôle après 1990, pour l'ensemble de la société allemande. Les œuvres qui suivent (Le Jeu de Napoléon, 1993 ; Depuis le tout début, 1997 ; Prise de territoire, 2004 ; Paula T., une femme allemande, 2007) montrent à l'évidence que l'auteur n'a nullement modifié son credo esthétique. On retrouve le même regard impartial, le même désir de remplir les pages que l'histoire a laissées vierges, le même bes [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : directrice de l'association Les Amis du roi des Aulnes, traductrice

Classification

Autres références

«  HEIN CHRISTOPH (1944- )  » est également traité dans :

ALLEMAND THÉÂTRE

  • Écrit par 
  • Philippe IVERNEL
  •  • 8 424 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Retour au quotidien ou détour par l'insolite ? »  : […] Les Nouvelles Souffrances du jeune W. (1972), adaptation satirique et pourtant émouvante du Werther de Goethe, annonce en R.D.A. l'heure d'un théâtre du quotidien volontiers critique. Cette pièce d'Ulrich Plenzdorf ouvre la voie à Jürgen Gross ( Match , 1978), à Georg Seidel ( Jochen Schanotta , 1985), qui mettent en scène une jeunesse hésitante, perdue entre les slogans du marxisme officiel et […] Lire la suite

ALLEMANDES (LANGUE ET LITTÉRATURES) - Littératures

  • Écrit par 
  • Nicole BARY, 
  • Claude DAVID, 
  • Claude LECOUTEUX, 
  • Étienne MAZINGUE, 
  • Claude PORCELL
  •  • 22 528 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une écriture de la mémoire »  : […] L'orientation de la littérature romanesque vers le politique et le social continue à être présente dans de nombreux romans et récits construits autour des conflits entre l'intime et le politique. Ainsi des écrivains de générations différentes, Friedrich Christian Delius, né en 1943 ( Amerikahaus und der Tanz um die Frauen , 1997), Michael Wildenhain, né en 1958 ( Erste Liebe. Deutscher Herbst , […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nicole BARY, « HEIN CHRISTOPH (1944- ) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 01 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/christoph-hein/