MARKER CHRIS (1921-2012)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le jeu avec le temps

La même année 1962, en contraste apparent avec cette investigation sur le présent immédiat, un film insolite, La Jetée, se pose sans tapage en rupture avec l'esprit du temps (la nouvelle vague), les formats commerciaux (il s'agit d'un court-métrage), le genre choisi (la science-fiction). Construit à base de photographies, ce petit film déconcerte la critique traditionnelle, mais fascine davantage encore tout un public de cinéphiles, qui lui assurera une renommée persistante. La Jetée est une plongée dans l'inconscient, dans la mémoire d'une génération marquée par ses images d'enfance ; c'est en même temps une vision pessimiste de l'avenir lointain de l'humanité, dévastée par une troisième guerre mondiale avant d'être stérilisée par sa quête de la perfection absolue. Maniement subtil des paradoxes de la mémoire et du temps, le film suscitera de multiples interprétations de la part de psychanalystes, de philosophes, et même de physiciens. Vingt ans plus tard, dans Sans soleil (1982), puis avec Immemory, Marker révélera quelques-unes des sources de son inspiration, entre Hitchcock et Proust, son obsession de la mémoire et sa conception poétique de l'espace-temps.

De 1962 à 1967, Marker recommence à voyager. Il découvre le pays qui ne cessera par la suite de le fasciner : le Japon (Le Mystère Koumiko, 1966). Il fait un bilan de ses voyages, rassemblant ses photographies dans un film : Si j'avais quatre dromadaires, 1966, est une esquisse prémonitoire d'Immemory, réaffirmant la place que tient l'image arrêtée dans sa conception du temps.

En attendant de devenir un « tiers-mondiste du temps » (avec Sans soleil), il reste, de 1967 à 1977, un tiers-mondiste atypique, et un militant que rien, sauf le talent, ne semble distinguer du cinéma des révoltés de 1968, enthousiasmés par l'irruption de la vidéo légère, fille du cinéma direct. Aux côtés des ouvriers qu'il incite à faire eux-mêmes leurs films (Classe de lutte, 1969-1970), il intervient surtout en conseiller, en producteur (en créant le collectif Slôn, qui devint Iskra) et en sauveteur des entreprises désespérées (Puisqu'on vous dit que c'est possible, 1973, montage de plans montrant les ouvriers en grève de l'usine Lip).

Simultanément, le voyageur se porte sur tous les fronts où se manifeste l'impérialisme américain : Vietnam, Cuba, Brésil, et surtout Chili. Il s'efface derrière les collectifs, infatigable et discret coordinateur. Ce qu'il avait été pour Loin du Vietnam, il le redevient pour La Spirale, sur la tragédie chilienne (1975). On le retrouve à nouveau au Japon, avec le réalisateur Yann Le Masson qui lui confie le commentaire de Kashima Paradise (1974) pour dénoncer les méthodes du capitalisme nippon. Depuis 1968, les États-Unis n'étaient plus seuls en cause : en brisant la révolution socialiste tchèque, l'U.R.S.S. s'était révélée non plus une alliée distante, mais une autre menace impérialiste.

Peu à peu cependant, Marker pressent la fin de cette fièvre. Un film insolite, une fable utilisant les techniques documentaires (L'Ambassade, 1974), analyse l'échec d'un mouvement empêtré dans ses contradictions. Marker commence en même temps à rassembler les matériaux d'un film, sombre bilan d'une décennie qui aurait pu changer le monde (Le fond de l'air est rouge, 1977). En trois heures (Du Vietnam à la mort du Che - Mai 68 et tout ça - Du printemps de Prague au Programme commun - Du Chili à - quoi, au fait ?), il propose une conduite de deuil pour les années 1967-1977. Histoire, mémoire ; passé, avenir : Marker transforme désormais en analyses pénétrantes les intuitions de naguère. « Ce qui me passionne, avouera-t-il plus tard, c'est l'Histoire, et la politique m'intéresse seulement dans la mesure où elle est la coupe de l'Histoire dans le présent. » Mais l'histoire est en panne d'avenir.

Infatigable expérimentateur de techniques nouvelles, Marker se replie un temps sur des « installations », propices à la mise en œuvre simultanée de la vidéo, du cinéma, de la photographie, de l'écriture. Un « bricolage » révélateur d'une époque désemparée, quand le règne de la technique dissimule mal la stagnation de la morale et des progrès sociaux (Quand le siècle a pris forme : guerre et révolution, 1978).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Écrit par :

  • : écrivain et critique de cinéma, ancien chargé de cours à l'université de Paris-VII-Denis-Diderot, docteur de troisième cycle, université de Paris-VII-Denis-Diderot

Classification

Autres références

«  MARKER CHRIS (1921-2012)  » est également traité dans :

LETTRE DE SIBÉRIE, film de Chris Marker

  • Écrit par 
  • Kristian FEIGELSON
  •  • 777 mots

Le Français Chris Marker a trente-sept ans lorsqu'il réalise, en 1958, Lettre de Sibérie. Journaliste, auteur d'un roman, Le Cœur net (1949), d'un essai, Giraudoux par lui-même (1952), et collaborateur de la revue Esprit, il n'a entrepris encore que peu de films. Il a réalis […] Lire la suite

LEVEL FIVE (C. Marker)

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 1 438 mots

Level Five (1997) peut se décrire ainsi : le monologue d'une femme devant une console d'ordinateur, vue depuis l'écran de celui-ci. En manipulant l'ordinateur, Laura (Catherine Belkhodja) commande (on le découvre en cours de route) à la caméra qui la cadre. Elle commande aussi au récit, intervenant dans un jeu consacré à la bataille d'Okinawa (entre avril et […] Lire la suite

CINÉMA (Cinémas parallèles) - Le cinéma documentaire

  • Écrit par 
  • Guy GAUTHIER, 
  • Daniel SAUVAGET
  •  • 5 453 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le parlant (1930-1960) »  : […] L'esthétique du muet avait largement atteint sa maturité quand le parlant a imposé de nouvelles normes. Vertov, qui avait commencé à s'intéresser aux recherches sur le son avant de faire irruption dans le cinéma, les oriente désormais vers l'association images-sons ( Symphonie du Donbass , 1930). Flaherty, qui a tourné L'Homme d' Aran dans l'esprit du muet, y intègre fort habilement une ambiance […] Lire la suite

CINÉMA ET HISTOIRE

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre JEANCOLAS
  •  • 8 285 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Mémoire et récit »  : […] Le territoire de l'historien, à la fin de notre xx e  siècle, s'est sérieusement brouillé. La demande d'histoire n'a sans doute jamais été aussi forte, sur le terrain de l'édition traditionnelle (le livre, les revues), et sur celui des nouveaux médias (la télévision est une grosse consommatrice de sujets et de débats, et nous intéresse d'autant plus qu'elle se nourrit autant d'images que de textes […] Lire la suite

MEDVEDKINE ALEXANDRE IVANOVITCH (1900-1989)

  • Écrit par 
  • Bernard EISENSCHITZ
  •  • 620 mots

Alexandre Medvedkine homme d'un seul film ? Le Bonheur (1935) a eu une seconde vie rare au cinéma. Salué à son apparition par S. M. Eisenstein, dûment enfoui avec toute la mémoire du cinéma non-conformiste de l'Union soviétique, il a été redécouvert à la fin des années 1960 par Jacques Ledoux, de la Cinémathèque royale de Belgique, et Chris Marker lui a donné une notoriété méritée. Quand Medvedk […] Lire la suite

NUMÉRIQUE ART

  • Écrit par 
  • Edmond COUCHOT
  •  • 6 665 mots

Dans le chapitre « Le multimédia »  : […] Les années 1990 voient aussi le développement accéléré d'applications informatiques nouvelles d'un usage courant : le multimédia. Le CD-ROM, puis le DVD-ROM et la programmation qui leur est associée permettent de fixer sur le même disque des informations multimodales disponibles sur un mode interactif. Si cette technologie différencie le multimédia de la réalité virtuelle et de ses déclinaisons o […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Guy GAUTHIER, « MARKER CHRIS - (1921-2012) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chris-marker/