CHINE Hommes et dynamiques territoriales

Capitale

Pékin

Langue officielle

Chinois mandarin

Unité monétaire

Yuan (ou renminbi, CNY)

Population (estim.) 1 413 659 000 (2023)
Superficie 9 572 900 km²

Du baby-boom au papy-boom

Chine: évolution de la population

Chine: évolution de la population

Chine: évolution de la population

L'évolution de la population de la Chine de 1950 à 2010.

La question démographique est depuis longtemps un défi majeur pour la Chine. Elle est liée à l'immensité du pays, mais aussi à la capacité peuplante d'une civilisation à forte productivité agricole et, plus récemment, à latransition démographique, que la population chinoise a entamée dans les années 1940.

La première phase de la transition démographique, avec le maintien de fortes fécondité et natalité, alors que la mortalité a tendance à diminuer, provoque un boom démographique dans les années 1950 et 1960. La population chinoise double entre les recensements de 1953 et 1982, passant de 583 millions à un milliard d'habitants. Elle a atteint 1 307 560 000 habitants à la fin de 2005 et devrait se stabiliser aux alentours de 1,5 milliard dans les années 2030. Elle aura été, d'ici là, rattrapée et dépassée par l'Union indienne.

Le taux de fécondité était tombé à 1,6 p. 1 000 pour les femmes en âge de procréer, le taux de natalité était de 12,4 p. 1 000 et celui de la mortalité de 6,5 p. 1 000 en 2005. Les moins de 15 ans représentaient 20 p. 100 de la population totale ; ceux qui avaient entre 15 et 64 ans, 71 p. 100 ; et les plus de 64 ans, 9 p. 100. L'espérance de vie était de 70 ans pour les hommes et de 74 ans pour les femmes. Entre les recensements de 1953 et 2000, la taille moyenne d'une famille chinoise est tombée de 4,33 à 3,44 personnes.

La réduction des taux d'accroissement naturel est liée aux différentes politiques de planification des naissances, encouragées dès 1953 avec la loi sur l'avortement, puis lancées successivement en 1956, 1962, 1972 et 1979. Les deux premières campagnes furent rapidement interrompues, l'une par le Grand Bond en avant, l'autre par la révolution culturelle.

La troisième politique démographique, lancée en 1972, a été la plus efficace. Elle marque un tournant décisif pour les autorités dans leur volonté officielle de maîtriser la croissance de la population et touche dorénavant toute la population chinoise, en dehors des nationalités minoritaires. Elle impose des quotas annuels de naissances à chaque province, qui les répercutent ensuite aux gouvernements des districts, puis eux-mêmes aux responsables des communes populaires, enfin ceux-ci aux brigades de production.

Cette campagne est fondée sur trois principes, adoptés en 1973 : wan (tard), soit retarder les mariages, avec 25 ans pour les garçons et 23 ans pour les filles, et la procréation ; xi (espacé), soit espacer les naissances de trois à quatre ans au minimum ; et shao (peu), réduire le nombre des enfants par couple à deux en ville et trois dans les campagnes, puis réduit également à deux en 1977.

L'indice synthétique de fécondité est divisé par 2,5 dans les années 1970. C'est à cette époque que les Chinois changent donc réellement de comportement démographique, et non avec la célèbre politique de l'enfant unique lancée en 1979. Il est vrai que, juste au sortir de la révolution culturelle, les autorités, à travers des structures économiques et sociales restées coercitives, dans un pays sous-alimenté, peuvent imposer plus facilement le respect des décisions centrales.

La quatrième campagne démographique tient à une radicalisation de la politique menée précédemment et limite à un seul le nombre d'enfants par foyer dans les villes comme dans les campagnes. La mobilisation des structures d'encadrement est alors générale et elle s'accompagne surtout d'une aggravation des pressions à l'endroit des couples. Des mesures administratives et économiques combinent dorénavant avantages matériels et amendes.

Les couples ayant un seul enfant se voient attribuer un certificat d'enfant unique, ce qui leur donne droit : en ville, à un accès prioritaire au logement, à l'obtention[...]

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • Thierry SANJUAN : professeur de géographie à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Pour citer cet article

Thierry SANJUAN, « CHINE - Hommes et dynamiques territoriales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le . URL :

Médias

Chine : les étapes de l'ouverture

Chine : les étapes de l'ouverture

Chine : les étapes de l'ouverture

Les étapes de l'ouverture chinoise à partir des années 1980.

Shanghai: quartier de Pudong

Shanghai: quartier de Pudong

Shanghai: quartier de Pudong

Le quartier des affaires de la nouvelle zone de Pudong à Shanghai, lancée en 1990.

Voir aussi