CHINEHommes et dynamiques territoriales

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitalePékin
Langue officiellechinois mandarin
Unité monétaireyuan (ou renminbi, CNY)
Population1 416 687 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)9 572 900

Les nationalités minoritaires

Si les Constitutions successives de la République populaire de Chine soulignent l'indivisibilité de la nation, elles reconnaissent aussi la diversité ethnique de ses populations. Dans les années 1950, le nouveau régime s'est attaché à dénombrer, localiser et catégoriser les populations en présence. Sous l'influence de la politique soviétique des nationalités héritées de Staline, il a alors identifié 56 nationalités (minzu) différentes. Les Han représentent la principale nationalité et sont très largement majoritaires, avec 92 p. 100 de la population totale de la Chine. Sur les 55 nationalités minoritaires (shaoshu minzu), 54 se trouvent en Chine continentale et la dernière sur l'île de Taïwan.

Cette reconnaissance officielle de la diversité ethnique en Chine reste toutefois imparfaite. Les sous-groupes dialectaux ou régionaux de l'ensemble han n'ont pas de reconnaissance administrative et n'ont fait que tardivement l'objet d'études anthropologiques ; ils sont pourtant à l'origine de très puissants réseaux de solidarités qui structurent la Chine et le monde chinois. Par ailleurs, les nationalités minoritaires officielles tiennent parfois plus d'une construction politique que du simple enregistrement administratif d'une identité clairement préétablie, alors que d'autres populations non han soit ont été fusionnées avec des nationalités qui pouvaient leur être étrangères, soit restent encore actuellement sans reconnaissance officielle.

Les nationalités officielles relèvent de différents groupes : la famille sino-tibétaine comprend les groupes zhuang (Zhuang, Buyi, Dong, Li et Thaï), tibéto-birman (Yi, Tibétains, Bai et Hani), miao-yao (Miao, Tujia, Yao) et chinois (Hui) ; la famille altaïque se compose des groupes turc (Ouïgours, Kazakhs), toungouse-mandchou (Mandchous) et coréen ; la famille môn-khmère est présente, faiblement, au Yunnan ; et la famille indo-européenne, avec les Russes et les Tadjiks, se trouve au Xinjiang.

Trois types de nationalités minoritaires se distinguent enfin suivant l'étendue de leur territoire d'origine, leur poids démographique, leur homogénéité culturelle et leur histoire en lien avec le voisin chinois.

Le premier type réunit les minorités non han les plus nombreuses. Il s'agit des Mongols, des Tibétains et des Ouïgours. Ils occupent de vastes territoires qui ont été historiquement indépendants du pays des Han situé en deçà de la Grande Muraille et couvrent actuellement à eux seuls plus de la moitié de la République populaire. Ces peuples ont été rattachés sous la pression militaire à l'Empire chinois au xviiie siècle et, malgré la création de régions autonomes, ils sont devenus des puissants fronts de colonisation sous la République populaire.

Les Tibétains et les Ouïgours ont une culture qui leur est propre, mais ils doivent subir l'occupation chinoise des plus hauts sommets du monde et une prédation économique – gaz, pétrole, ressources minières – au profit de l'économie littorale, au Xinjiang notamment, qui se combinent à une répression policière et militaire des mouvements de mécontentement qui vont parfois jusqu'au fondamentalisme religieux et aux revendications séparatistes.

Pour Pékin, ces régions ne sont plus de simples marges frontalières à contrôler, mais de plus en plus des avant-postes pour un rayonnement de la Chine en Asie centrale et méridionale. Ici, les questions de géopolitique interne se compliquent d'enjeux de géopolitique externe, avec notamment le défi d'un approvisionnement énergétique par voie terrestre à l'ouest de la Chine.

Le Xinjiang et le Tibet sont les seules régions autonomes où les nationalités minoritaires sont majoritaires en nombre face aux Han. Toutefois, la sinisation s'accélère dans les villes. Pour les jeunes Tibétains de Lhassa, la mode, c'est parler le mandarin, s'habiller et se divertir comme dans les métropoles chinoises. La politique de développement de l'Ouest lancée en 1999 par le gouvernement central risque en cela d'aggraver les décalages déjà existants entre les populations urbaines locales et leur environnement rural plus traditionnel.

Deuxième type de nationalité minoritaire, les Hui tirent leur identité de leur seule spécificité religieuse : il s'agit de Han de confession musulmane, sunnite. Ces populations ont une région autonome, le Ningxia, mais elles se distribuent en fait sur tout le territoire.

Elles sont issues de métissages entre des femmes han et des voyageurs, des commerçants ou des mercenaires, arabes, persans ou autochtones d'Asie centrale, venus essentiellement entre les viie et xive siècle en Chine. Ils parlent le chinois, leur mode de vie et l'architecture de leurs mosquées historiques les rattachent au monde han, mais ils respectent scrupuleusement les enseignements de l'Islam, et ses interdits alimentaires. Ils participent si fortement du monde han qu'ils semblent, dans les faits, peu liés aux intérêts et aux revendications des autres populations musulmanes de l'Ouest chinois.

Le troisième type de nationalités minoritaires correspond enfin aux peuples non han du Sud-Ouest chinois. Ils se trouvent notamment dans les provinces du Yunnan et du Guizhou, et la région autonome zhuang du Guangxi. Une partie de ces populations se retrouvent souvent au-delà de la frontière chinoise, au nord de la Birmanie, de la Thaïlande, du Laos et du Vietnam.

Ces nationalités ont été refoulées par les Han dans ces terres méridionales et, plus localement, dans les collines et les montagnes au Ier millénaire après J.-C. Les Zhuang, les Miao ou les Yao ont alors dû abandonner les terres basses et fertiles des vallées, lieux propres à la riziculture des Han.

L'ancienneté de la colonisation implique surtout que ces nationalités minoritaires, à la différence des Mongols, des Ouïgours ou des Tibétains, trouvent aujourd'hui leur identité historique dans des documents anciens rédigés par les Han eux-mêmes, et que leur identité vient du fait même d'être des minorités de l'Empire chinois. Ces populations sont émiettées dans l'espace et elles sont privées d'une histoire qui serait autonome de celle de la Chine.

Une inégale intégration au monde han peut toutefois les distinguer entre elles. Les Zhuang sont ainsi mieux assimilés que les Miao ou les Yao, et ils occupent souvent les pentes les plus basses. Mais aucune de ces nationalités minoritaires ne revendique une indépendance politique.

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 15 pages

Médias de l’article

Chine: évolution de la population

Chine: évolution de la population
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Chine : les étapes de l'ouverture

Chine : les étapes de l'ouverture
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Shanghai: quartier de Pudong

Shanghai: quartier de Pudong
Crédits : Steven Yu/ Pixabay

photographie

Chine: population

Chine: population
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 5 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur de géographie à l'université de Paris-I-Panthéon-Sorbonne

Classification

Autres références

«  CHINE  » est également traité dans :

CHINE - Cadre naturel

  • Écrit par 
  • Guy MENNESSIER, 
  • Thierry SANJUAN, 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 5 866 mots
  •  • 7 médias

La République populaire de Chine est un des plus grands États du monde (9 561 240 km2) et le plus peuplé (1 307 560 000 habitants à la fin de 2005, hors Hong Kong, Macao et Taïwan). À côté d'une immense majorité Han (ou chinoise proprement dite), la population comprend 54 nationalités minoritaire […] Lire la suite

CHINE - Les régions chinoises

  • Écrit par 
  • Pierre TROLLIET
  •  • 11 736 mots
  •  • 3 médias

Au fil des siècles, la Chine impériale a étendu sa domination politique et militaire jusqu'au cœur de l'Asie centrale. Les territoires conquis, à l'exception de la république de Mongolie, indépendante depuis 1921, font aujourd'hui partie de la République populaire. La Chine s'étend en conséquence sur deux domaines géographiques entièrement différents : […] Lire la suite

CHINE - Histoire jusqu'en 1949

  • Écrit par 
  • Jean CHESNEAUX, 
  • Jacques GERNET
  •  • 44 695 mots
  •  • 50 médias

Comme les pays du bassin méditerranéen et de l'Europe, la Chine d'aujourd'hui est le point d'aboutissement d'une très longue évolution où les facteurs de continuité ne sont sans doute pas plus significatifs pour l'historien que ceux que l'on rencontre en Occident dans le domaine des institutions, du droit, des traditions culturelles et religieuses. C'est par étapes que les populations de langue et […] Lire la suite

CHINE, histoire, de 1949 à nos jours

  • Écrit par 
  • Jean-Philippe BÉJA, 
  • François GODEMENT
  •  • 19 155 mots
  •  • 14 médias

Soixante dix ans après la naissance dans la violence de la république populaire de Chine, le cours de l'histoire chinoise apparaît plus stable, mais non dépourvu d'interrogations multiples. Symbole de la plus grande révolution communiste survenue dans le Tiers Monde, et réceptacle de nombreux espoirs révolutionnai […] Lire la suite

CHINE - Politique étrangère contemporaine

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 7 620 mots
  •  • 6 médias

Depuis 1979, la diplomatie de la République populaire de Chine est au service des quatre objectifs majeurs suivants : le développement économique du pays, l'affirmation et la consolidation de son statut de grande puissance, la réunification de la nation chinoise et la survie du régime actuel. Ces objectifs peuvent sembler contradictoires, et le dernier – la stabilité du système politique dirigé pa […] Lire la suite

CHINE - Économie

  • Écrit par 
  • Françoise LEMOINE, 
  • Thomas VENDRYES
  •  • 8 218 mots
  •  • 6 médias

À partir de la fin des années 1970, la Chine a fait de la modernisation de son économie une priorité qui l'a conduite à abandonner progressivement les principes de planification et d'autarcie en vigueur pendant la période maoïste et post-maoïste (1949-1978), pour faire place aux mécanismes de marché et s'ouvrir aux échanges internationaux. La transition est e […] Lire la suite

CHINE - Droit

  • Écrit par 
  • Jean-Pierre CABESTAN
  •  • 10 297 mots
  •  • 1 média

La Chine connaît une tradition juridique ancienne mais avant tout pénale. Ce n'est qu'à la fin du xixe siècle qu'elle a commencé à introduire le droit occidental et en particulier le modèle allemand. Bien que celui-ci ait servi de base à la codification engagée par Tchang Kaï-shek dans les années 1920-1930, […] Lire la suite

CHINE - Politique religieuse

  • Écrit par 
  • Benoît VERMANDER
  •  • 6 092 mots

La politique des réformes et de l'ouverture, engagée sous l'égide de Deng Xiaoping à partir de 1979, a permis et permet encore le spectaculaire développement économique de la Chine, et a fait de ce pays un acteur clé, si ce n'est l'acteur clé de la mondialisation. Fondée sur une ouverture économique, financière et internationale graduelle et ininterrompue, la montée en puissance de la Chine ne s'e […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Thierry SANJUAN, « CHINE - Hommes et dynamiques territoriales », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 25 novembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chine-hommes-et-dynamiques-territoriales/