ANALYTIQUE CHIMIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Traitement de l'échantillon et élimination d'interférences

Méthodes de séparation

On utilise l'une ou l'autre des méthodes de séparation chaque fois qu'il y a interférence sur la détermination directe du produit recherché appelé analyte.

Appareil de pyrohydrolyse

Dessin : Appareil de pyrohydrolyse

Dessin

Schéma d'un appareil de pyrohydrolyse. Montage pour doser le bore dans des alliages zirconium-bore et zirconium-uranium-bore. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher

Centrifugation et séparation par membrane

Il est très souvent nécessaire de séparer les particules solides en suspension dans la phase liquide avant de pouvoir analyser celle-ci. La centrifugation et la séparation par membrane permettent d'atteindre cet objectif. Parmi les possibilités de traitement d'échantillon, les techniques à membrane, qui clarifient toujours les solutions, permettent, soit la diminution du taux de sels dans les solutions, soit le retrait des macromolécules, soit la concentration de solutions diluées...

Extraction liquide-liquide

L'extraction liquide-liquide est la plus simple des méthodes de séparation. Elle consiste à faire passer un produit dissous dans une phase liquide, appelé le soluté, dans une seconde phase liquide non miscible avec la première. En pratique, les solutés sont souvent dans une phase aqueuse et on utilise un solvant organique (hexane, éther, acétate d'éthyle, chlorure de méthylène, etc.) pour les extraire. La quantité de soluté A extraite est mesurée par la constante de distribution ou par le coefficient de partage, exprimé par : Korg/aq = [A]org/[A]aq, où [A]org représente la concentration de soluté A dans la phase organique et [A]aq la concentration de A qui reste dans la phase aqueuse à l'équilibre. Plus le coefficient K est grand, plus le volume de solvant organique nécessaire à une bonne extraction peut être réduit. Les coefficients de partage octanol/eau servent d'échelle de référence pour la polarité des composés organiques. Le coefficient Koct/eau de la dieldrine, un insecticide chloré, est de 36 300. Il a été interdit d'utilisation car sa forte affinité pour les milieux organiques (c'est-à-dire sa faible polarité) provoquait son accumulation dans la chaîne alimentaire.

Extraction liquide-soli [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 14 pages

Médias de l’article

Appareil de pyrohydrolyse

Appareil de pyrohydrolyse
Crédits : Encyclopædia Universalis France

dessin

Ordres de grandeur

Ordres de grandeur
Crédits : Encyclopædia Universalis France

tableau

Acides et bases

Acides et bases
Crédits : Planeta Actimedia S.A.© Encyclopædia Universalis France pour la version française.

vidéo

Wilhelm Ostwald

Wilhelm Ostwald
Crédits : Hulton Archive/ Getty Images

photographie


Écrit par :

  • : docteur, professeur agrégé de sciences physiques, directeur de recherche au C.N.R.S.
  • : docteur, maître de conférences

Classification

Autres références

«  ANALYTIQUE CHIMIE  » est également traité dans :

AMINOACIDES ou ACIDES AMINÉS

  • Écrit par 
  • Pierre KAMOUN
  • , Universalis
  •  • 3 481 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Séparation et dosage des aminoacides »  : […] L' analyse des mélanges d'aminoacides fournis par l'hydrolyse des protéines ou peptides est réalisée à l'aide de techniques permettant la séparation et le dosage soit d'un seul acide aminé, soit de tous les aminoacides. […] Lire la suite

ANALYSE ET SYNTHÈSE, chimie

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 1 522 mots
  •  • 1 média

Ces deux notions, en principe complémentaires et réciproques, ne le sont pas en fait. Certes, les deux tendances à l'analyse et à la synthèse s'opposent, la première visant à couper les entités chimiques en petits morceaux et la seconde se donnant pour objectif la reconstruction des ensembles mis à mal par l'analyse. Mais il faut examiner les deux ensembles de pratiques qu'elles recouvrent. Les a […] Lire la suite

ANTIMOINE

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  • , Universalis
  •  • 3 892 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie analytique »  : […] La recherche analytique qualitative se fait par isolement du sulfure, dont la couleur orangée est très remarquable. Le dosage volumétrique est possible avec une solution d'iode, en présence d'acide tartrique et de carbonate de sodium pour stabiliser le pH : La caractérisation d'antimoine ou d'arsenic pose un problème délicat en toxicologie. L'empoisonnement aigu par l'antimoine offre de nombreu […] Lire la suite

ARSENIC

  • Écrit par 
  • Jean PERROTEY
  •  • 4 537 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Chimie analytique »  : […] La recherche qualitative de l'arsenic et son dosage revêtent un aspect particulier du fait de leur importance en toxicologie et en pharmacologie, où des résultats fidèles et précis sont exigés. Au laboratoire, l'arsenic peut être isolé à l'état de sulfure arsénieux jaune, précipité en milieu acide par un courant d'hydrogène sulfuré. Le dosage des solutions arsénieuses se fait à l'aide d'une solu […] Lire la suite

BERGMAN TORBERN OLOF (1735-1784)

  • Écrit par 
  • Georges BRAM
  •  • 308 mots

Chimiste suédois né à Katrineberg et mort à Medevi. Torbern Olof Bergman fut l'élève du naturaliste Carl von Linné (1707-1778) à l'université d'Uppsala. En 1758, il y obtient un doctorat avec une thèse de mathématiques et devient assistant en sciences naturelles. Nommé en 1761 professeur de mathématiques, il occupe en 1767 une chaire de chimie et de minéralogie, toujours à l'université d'Uppsala d […] Lire la suite

BISMUTH

  • Écrit par 
  • Anne-Marie TRISTANT
  •  • 2 944 mots
  •  • 4 médias

Dans le chapitre « Propriétés chimiques »  : […] Les deux valences principales sont + 3 et + 5, la première étant, de loin, la plus importante. L'existence de composés chimiquement purs de Bi 2+ et Bi 4+ est incertaine. Le bismuth est stable à l'air même humide. Il s'oxyde cependant à froid, de façon superficielle, en gardant son aspect métallique. Chauffé au rouge, il brûle et conduit à l'oxyde Bi 2 O 3 , de caractère amphotère. L'hydrure H 3 […] Lire la suite

CENTRIFUGATION

  • Écrit par 
  • Jean LEMERLE
  •  • 1 802 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Les ultracentrifugeuses »  : […] Les appareillages dont la vitesse de rotation maximale dépasse 15 000 tours par minute sont généralement appelés ultracentrifugeuses . Pour obtenir des résultats fiables, la vitesse de rotation et la température de la cellule doivent être maintenues rigoureusement constantes durant les expériences. À cet effet, les rotors tournent dans une enceinte où l'on entretient un vide poussé, la températur […] Lire la suite

CHIMIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Élisabeth GORDON, 
  • Jacques GUILLERME, 
  • Raymond MAUREL
  •  • 14 207 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les outils et les méthodes de la chimie »  : […] L'une des révolutions les plus importantes du xx e  siècle, et surtout de sa seconde moitié, a été l'introduction dans les laboratoires de chimie de méthodes instrumentales d'analyse et de détermination de structures très performantes. Grâce aux progrès de ces techniques, il est devenu courant d'obtenir, en un temps raisonnable, l'isolement et la détermination complète de la structure des molécu […] Lire la suite

CHIMIE - La chimie aujourd'hui

  • Écrit par 
  • Pierre LASZLO
  •  • 10 832 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Chimie analytique »  : […] Sous-discipline des plus anciennes, la chimie analytique atteint aujourd'hui à un raffinement et une sensibilité extrêmes. Le laser, l'un de ses outils les plus performants, en est responsable. Il est devenu possible, dans certains cas, d'identifier des molécules individuelles et non pas seulement, comme ce fut le cas jusqu'ici, des assemblées très nombreuses. Ses autres outils sont les diverses […] Lire la suite

CHROMATOGRAPHIE

  • Écrit par 
  • Robert ROSSET, 
  • Louis SAVIDAN, 
  • Alain TCHAPLA
  •  • 16 956 mots
  •  • 8 médias

La chromatographie est une méthode d'analyse chimique (cf. chimie analytique ) consistant à séparer les constituants d'un mélange. Elle est utilisée aussi bien dans les services de recherche et développement que dans le domaine du contrôle. Son champ d'activité couvre les organismes d'État et les industries de la chimie, biochimie, pharmacie et parachimie (agrochimie, cosmétiques, parfums, caoutch […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Alain BERTHOD, Jérôme RANDON, « ANALYTIQUE CHIMIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/chimie-analytique/