BREUIL abbé HENRI (1877-1961)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Originaire d'une famille de bourgeoisie provinciale, Henri Breuil passe son enfance à Clermont-de-l'Oise, où son père est procureur de la République, fait ses études au collège de Saint-Vincent de Senlis, entre au séminaire d'Issy-les-Moulineaux (1895), puis à Saint-Sulpice à Paris (1897), où il est ordonné prêtre (1900). Libéré des servitudes paroissiales, il entreprend une carrière d'homme de science, avec l'accord de l'Église, à laquelle il manifesta, sa vie durant, une stricte obéissance. Son existence s'identifie avec le développement de l'étude de la préhistoire dans la première moitié du xxe siècle, mais il est excessif, comme on l'a fait, de le qualifier de « père de la préhistoire » ; tout au plus a-t-il souhaité en être le pape, comme il disait plaisamment, et en a-t-il été effectivement un des plus efficaces serviteurs.

Quelques dates jalonnent une carrière sans problèmes : 1901, découverte avec R. Capitan et D. Peyrony de la grotte ornée des Combarelles, aux Eyzies (Dordogne) ; 1902, voyage avec E. Cartailhac à Altamira ; 1905-1910, privat-docent à la faculté des sciences de Fribourg, Suisse ; 1910, professeur d'ethnographie préhistorique à l'Institut de paléontologie humaine, fondé par le prince Albert Ier de Monaco ; 1929, professeur au Collège de France (chaire de préhistoire) ; 1938, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres. Henri Breuil voyage beaucoup, se rend fréquemment en Espagne et au Portugal, va en Chine (1931 et 1935), en Éthiopie (1933), et plusieurs fois en Afrique du Sud (1929, 1942-1945, 1947-1949, 1951).

Il réalise une œuvre immense dont témoignent des centaines de publications, avec des activités et des intérêts multiples qui se sont constamment chevauchés. Ses contributions essentielles ont trait au Paléolithique inférieur, au Paléolithique supérieur, à l'art franco-cantabrique et, enfin, aux peintures rupestres d'Afrique.

L'étude géologique des terrasses de la Somme (H. Breuil et L. Koslowski, « Études de stratigraphie paléolithique dans le nord de la France, la Belgique et l'Angleterre », in L'Anthropologie, t. XLI, 1931 ; t. XLII, 1932) et, en Angleterre, des gisements de Clacton-on-Sea et de High-Lodge (H. Breuil, « Le Clactonien », in Préhistoire, fasc. II, 1932) sert de fondement à la théorie des phylums parallèles qu'il propose pour les industries du Paléolithique ancien. Outre les industries à bifaces dès longtemps reconnues (Chelléen ou Abbevillien, Acheuléen et Micoquien), il existe des industries sans bifaces, avec outils sur éclats (Clactonien, Tayacien, Levalloisien). Elles évoluent parallèlement, les premières se manifestant dans les périodes chaudes interglaciaires, les secondes dans les périodes froides glaciaires. Cette théorie repose sur l'attribution de la basse terrasse de cinq mètres de la Somme à la glaciation de Riss, et sur l'affirmation qu'il existe une industrie autonome sans bifaces, à éclats Levallois, le Levalloisien. Ces points ont été contestés par F. Bordes, et la théorie n'est plus admise (F. Bordes, Les Limons quaternaires du Bassin de Paris. Stratigraphie et archéologie paléolithique, Paris, 1954).

Contre les partisans de G. et A. de Mortillet qui, pour des raisons théoriques, soutiennent que le Solutréen est antérieur à l'Aurignacien, et en s'appuyant sur les stratigraphies établies par A. et J. Bouyssonie, D. Peyrony et lui-même (Laussel, le Ruth, le roc de Combe-Capelle, etc.), H. Breuil mène et gagne la bataille de l'« Aurignacien présolutréen » (1909). En 1912, il rassemble, compare et critique tous les documents valables sur le Paléolithique supérieur de la région classique et en établit magistralement les caractéristiques typologiques et la séquence évolutive (Les Subdivisions du Paléolithique supérieur et leur signification, Genève, 1912).

Henri Breuil effectue par milliers des relevés de gravures et de peintures dans les grottes franco-cantabriques (Pair-non-Pair, La Mouthe, les Combarelles, Font-de-Gaume, Altamira, Le Castillo, Niaux, Le Portel, La Pileta, Minateda, les Trois-Frères, etc.). Il établit un classement chronologique de l'art rupestre d'après les superpositions de figures et les comparaisons de style avec les objets d'art [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BREUIL abbé HENRI (1877-1961)  » est également traité dans :

BOCHIMANS, BOSCHIMANS ou BUSHMEN

  • Écrit par 
  • Jacques MAQUET
  •  • 2 860 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Croyances et manifestations artistiques »  : […] Les enfants sont choyés, mais les familles nombreuses sont rares, car les femmes n'acceptent pas d'avoir un second enfant avant que le premier ne puisse suivre sa mère à la marche pendant les longs déplacements qui caractérisent la vie bochimane. Deux enfants à porter rendraient la récolte impossible. Comme les femmes ne connaissent pas de moyen anticonceptionnel, elles se résignent à l'infanticid […] Lire la suite

LASCAUX

  • Écrit par 
  • Patrick PAILLET, 
  • Denis VIALOU
  •  • 4 848 mots
  •  • 5 médias

Dans le chapitre « Découverte »  : […] La découverte de Lascaux, le 12 septembre 1940, fut tout à fait fortuite comme celle de la plupart des quelque deux cents grottes ornées par les Paléolithiques en France et en Espagne entre 22 000 ans et 10 000 ans avant J.-C., depuis Altamira en 1878 jusqu'à nos jours (une bonne quarantaine depuis 1940) ; des récits légendaires ont rapidement embelli la trouvaille des jeunes Montignacois, notamm […] Lire la suite

PALÉOLITHIQUE

  • Écrit par 
  • Denise de SONNEVILLE-BORDES
  •  • 10 674 mots

Dans le chapitre « Le développement de l'art »  : […] Après les débuts de l'art attestés par quelques signes gravés et l'usage de la couleur au Paléolithique moyen, la dernière période du Paléolithique, le Paléolithique supérieur, connaît un vaste développement artistique ; du point de vue géographique, ce développement est limité à l'Europe, qu'il s'agisse de figurations mobilières, c'est-à-dire d'objets de petites dimensions gravés, peints ou sculp […] Lire la suite

PRÉHISTOIRE - Industrie de l'os

  • Écrit par 
  • Danielle STORDEUR
  •  • 4 132 mots

Dans le chapitre « Le Paléolithique inférieur : les premières utilisations de l'os »  : […] L'homme avant de fabriquer véritablement des outils pour accroître ses pouvoirs a sans doute ramassé autour de lui, pour les utiliser, des objets dont la forme naturelle et la matière lui convenaient. Cette hypothèse est confirmée par les premiers outils en os (par exemple ceux qui ont été trouvés à Melka Konturé par J. Chavaillon et qui datent de 1 700 000 ans), qui ne sont jamais taillés intent […] Lire la suite

PRÉHISTORIQUE ART

  • Écrit par 
  • Laurence DENÈS, 
  • Jean-Loïc LE QUELLEC, 
  • Michel ORLIAC, 
  • Madeleine PAUL-DAVID, 
  • Michèle PIRAZZOLI-t'SERSTEVENS, 
  • Denis VIALOU
  •  • 27 703 mots
  •  • 11 médias

Dans le chapitre « Interprétations de l'art paléolithique »  : […] Avant les premiers grands travaux de l'abbé Breuil, au début de ce siècle, peu de grottes avaient été étudiées et décrites, de sorte que les appréciations théoriques concernaient principalement les objets découverts en fouille. Peu à peu s'était dégagée l'idée que l'homme préhistorique avait été un artiste authentique, qu'il avait créé des œuvres d'art, et que, finalement, ces objets et statuettes […] Lire la suite

Pour citer l’article

Denise de SONNEVILLE-BORDES, « BREUIL abbé HENRI - (1877-1961) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 11 mai 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/breuil-abbe-henri/