CHARLES V DE LORRAINE (1643-1690)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Second fils de François Nicolas de Lorraine, neveu de Charles IV, Léopold Nicolas Sixte, duc de Lorraine, ne put jamais prendre possession de son duché. Le traité de Montmartre qui, en 1662, avait ratifié la vente du duché de Lorraine à Louis XIV lui fit rompre son mariage avec la duchesse de Nemours. Il conserva de toute cette affaire une haine implacable à l'égard du roi de France. L'empereur Léopold Ier lui confia un régiment de cuirassiers en janvier 1664 et il s'illustra à la bataille de Saint-Gotthard, dirigée par le maréchal Montecuccoli contre les Turcs. Général de cavalerie en 1670, il fut blessé à Seneffe en 1674. Il brigua sans succès la couronne de Pologne et prit vainement le titre de duc de Lorraine. L'empereur le nomma feld-maréchal en 1675. Il prit la tête de l'armée impériale et avec quarante mille hommes s'empara de Philippsburg en 1676, marcha sur la Lorraine, mais fut repoussé par Créqui. Il abandonna alors ses ambitions sur son propre duché, épousa la sœur de l'empereur Léopold, veuve du roi de Pologne, et ne reprit les armes que contre les Turcs. Il empêcha l'investissement complet de la ville de Vienne par les troupes de Kara Mustafa. L'empereur avait été contraint de fuir sa capitale et on mesure le degré de panique qui atteignit toute l'Europe centrale lorsqu'on apprit que l'antique et vénérable cité, cœur de l'Empire, allait succomber sous le joug de ceux que l'on continuait à considérer comme les ennemis irréductibles de la chrétienté. En 1683, Charles V, à la tête de troupes allemandes, fit la jonction avec l'armée polonaise de Jean Sobieski et tous deux mirent en déroute les Ottomans sur le champ de bataille du Kahlenberg au nord-ouest de Vienne, sauvant ainsi la capitale des Habsbourg. Les Turcs furent ensuite battus à Vesegrad, à Waitzen, à Buda, à Mohács (1687). En 1689, Charles V revint sur le Rhin prendre Mayence et Bonn. Après sa mort, Louis XIV rendit hommage à son courage. Fin diplomate, brillant soldat, il fut l'un des plus grands généraux de l'empereur et un redoutable ennemi pour la France.

—  Jean-Marie CONSTANT

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CHARLES V DE LORRAINE (1643-1690)  » est également traité dans :

FRANCE (Histoire et institutions) - Formation territoriale

  • Écrit par 
  • Yves DURAND
  •  • 12 872 mots
  •  • 7 médias

Dans le chapitre « Les réticences »  : […] Les Lorrains furent sans doute les plus attachés à leurs princes. La Lorraine était pratiquement indépendante, même si les ducs étaient princes du Saint Empire, et vassaux du roi pour certains de leurs fiefs. La guerre de Trente Ans y fut particulièrement cruelle et les troupes françaises s'y comportèrent de telle manière que la fidélité au duc Charles IV s'en trouva renforcée. Charles V, dont l' […] Lire la suite

KAHLENBERG BATAILLE DU (1683)

  • Écrit par 
  • Vincent GOURDON
  •  • 214 mots
  •  • 1 média

L'année 1683 marque un tournant majeur dans le rapport de forces entre l'Occident chrétien et le monde musulman, dominé depuis le xvi e  siècle par l'Empire ottoman. Celui-ci n'avait cessé de progresser en Europe orientale et en Méditerranée depuis le xiv e  siècle. Vienne, capitale des empereurs Habsbourg et verrou essentiel pour la protection de la chrétienté, avait déjà été assiégée en 1529, so […] Lire la suite

Pour citer l’article

Jean-Marie CONSTANT, « CHARLES V DE LORRAINE (1643-1690) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 novembre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/charles-v-de-lorraine/