CÉLIBAT RELIGIEUX

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le bouddhisme

Des anciens ascètes de l'Inde au Buddha

Le célibat qui est imposé aux moines mendiants (bhikṣu) du bouddhisme et qui est resté la règle dans la plupart de leurs sectes jusqu'à nos jours s'explique par plusieurs raisons qui apparaissent clairement dans les recueils canoniques anciens.

Lorsque le Buddha commença à enseigner sa doctrine et fonda sa communauté monastique (saṅgha), il existait depuis déjà longtemps dans l'Inde de nombreux groupes d'ascètes analogues. Réunis autour d'un maître qui les instruisait et les conseillait, ces hommes vivaient de façon fort austère, en observant notamment une abstinence sexuelle totale. Cette obligation était même si importante que le nom donné à leur genre de vie en général comme à l'étude de la doctrine et des rites qui la justifiaient (brahmacarya, littéralement « conduite religieuse ») avait très souvent le sens restreint mais significatif de « célibat », « chasteté », « abstinence sexuelle ».

Pendant plusieurs années, les adolescents mâles des hautes castes devaient se soumettre à cette existence ascétique en apprenant les textes védiques et les pratiques rituelles enseignés par un maître brahmane, qu'ils servaient en retour comme de simples domestiques. D'autres hommes, souvent plus âgés et d'origine sociale plus variée, menaient par choix une vie analogue auprès d'un maître dont la doctrine était généralement assez éloignée de l'orthodoxie brahmanique et qui n'appartenait pas lui-même à la caste des brahmanes. C'est à ce dernier type de société religieuse que se rattache la communauté monastique du bouddhisme.

S'il emprunta le célibat et bien d'autres règles de discipline aux autres groupes d'ascètes pour les imposer à ses propres moines, le Buddha ne le fit jamais par un simple esprit de routine ni par respect d'une tradition déjà ancienne. Comme le prouvent abondamment les énormes codes de discipline bouddhique (Vinaya-piṭaka), les très nombreuses règles définies par ces derniers furent choisies et édictées par le Bienheureux et ses [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 11 pages




Écrit par :

  • : professeur au Collège de France, chaire d'étude du bouddhisme
  • : dominicain, théologien, ancien doyen de la faculté de théologie du Saulchoir

Classification


Autres références

«  CÉLIBAT RELIGIEUX  » est également traité dans :

CLERC & CLÉRICATURE

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 658 mots

Dès le iv e siècle, à l'époque constantinienne, les clercs sont apparus comme les fonctionnaires de l'Église. Ils ont été nombreux au Moyen Âge : tout étudiant, alors, était clerc ; ainsi le mot (du grec clêros , sort, héritage) devint synonyme de « savant », « celui qui sait ». Depuis la réforme du pape Paul VI (1972), la c […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerc-et-clericature/#i_756

GRÉGOIRE VII saint, HILDEBRAND (1020 env.-1085), pape (1073-1085)

  • Écrit par 
  • Marcel PACAUT
  •  • 1 969 mots

Dans le chapitre « Bilan de la « réforme grégorienne » »  : […] Convaincu que la réforme devait au plus vite conduire au rétablissement d'une vie digne dans le clergé, grâce à quoi le christianisme pénétrerait plus profondément dans toute la société et contribuerait à adoucir les mœurs comme à faire régner la justice et la paix, ne concevant pas que cette réforme pût réussir sans être dirigée par une autorité unique, celle du pape, persuadé encore que les stru […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gregoire-vii-hildebrand/#i_756

ORDRES RELIGIEUX

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 3 244 mots

Que des hommes ou des femmes, pour des motifs religieux, adoptent un mode d'existence qui, de quelque façon – principalement en raison du célibat volontaire ou de la vie en communauté –, les situe de manière originale dans la société de leur temps n'est pas un phénomène exclusivement chrétien ; la communauté de l'Alliance de Qumrān est antérieure à Jésus-Christ, et le bouddhisme d'aujourd'hui comp […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/ordres-religieux/#i_756

PRÊTRE, christianisme

  • Écrit par 
  • Hervé LEGRAND
  •  • 1 460 mots

Pour le christianisme ancien, comme pour les Églises orthodoxe, catholique et anglicane d'aujourd'hui, le presbytérat est, avec l'épiscopat et le diaconat, l'un des trois ministères conférés par une ordination sacramentelle pour exercer une responsabilité originale à l'égard de la parole de Dieu, de la célébration liturgique et, plus spécialement encore, de la construction de l'Église. Le vocabula […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pretre-christianisme/#i_756

Voir aussi

Pour citer l’article

André BAREAU, Jacques POHIER, « CÉLIBAT RELIGIEUX », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/celibat-religieux/