CLERC & CLÉRICATURE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dès le ive siècle, à l'époque constantinienne, les clercs sont apparus comme les fonctionnaires de l'Église. Ils ont été nombreux au Moyen Âge : tout étudiant, alors, était clerc ; ainsi le mot (du grec clêros, sort, héritage) devint synonyme de « savant », « celui qui sait ». Depuis la réforme du pape Paul VI (1972), la cléricature est le statut de ceux qui sont « mis à part » ou choisis pour le ministère dans l'Église catholique et qui y accèdent par une véritable ordination. Ainsi se trouvent être désormais seuls clercs les diacres, les prêtres et les évêques. La tonsure, par laquelle on entrait jadis dans la cléricature, ainsi que les « ordres mineurs » ont été supprimés pour l'Église latine. On y entre maintenant par l'ordination du diaconat, et c'est à ce moment-là que l'on est « incardiné » dans un diocèse.

Le statut des clercs, qui est comparable à celui de tout fonctionnaire public, et était tout récemment encore marqué par une discipline sévère, comprend de nombreuses obligations : vie de piété personnelle et prière publique, étude, obéissance à l'évêque, port de l'habit ecclésiastique selon les lois et coutumes locales, interdiction d'exercer un métier jugé incompatible avec les fonctions spirituelles (tels la médecine et le commerce) ou de se comporter d'une manière ne convenant pas à l'état clérical. Parmi ces obligations, celle du célibat est, dans l'Église latine, l'une des plus importantes. Établie par les anciens conciles, celui d'Iliberis (Elvire, en Espagne) en Occident (309-312) et celui de Nicée en Orient (le Ier concile œcuménique, en 325), elle a été rappelée par une législation constante jusqu'à nos jours, mais elle n'a pris son caractère d'obligation qu'à l'époque de la réforme grégorienne, au xie siècle. Le IIe concile du Vatican, en restaurant dans l'Église latine le diaconat permanent, a admis les diacres mariés.

Le clerc jouit aussi de privilèges. Il peut perdre, totalement ou en partie, le statut clérical selon les mesur [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  CLERC & CLÉRICATURE  » est également traité dans :

ABBÉ

  • Écrit par 
  • Patrice SICARD
  •  • 1 199 mots

Le mot abbé vient vraisemblablement du syriaque abba , signifiant père, où il traduisait le respect porté à un dignitaire de la société civile ou religieuse. Du syriaque le mot passa, vers le III e siècle, dans la langue du monachisme ancien de l'Orient chrétien. On est alors en présence de deux types d'abbés. Il y a d'abord […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/abbe/#i_48131

CANONIQUE DROIT

  • Écrit par 
  • Patrick VALDRINI
  •  • 8 001 mots

Dans le chapitre « Le droit des personnes »  : […] Le livre II du Code latin, un des sept livres de ce Code, est, sans aucun doute, l'ensemble législatif central tant par son contenu que par le nouvel équilibre qu'il présente par rapport au Code précédent. Ce dernier organisait les relations entre les personnes en référence, comme nous l'avons déjà dit, à une ecclésiologie où étaient développés les aspects hiérarchiques en raison de la menace que […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/droit-canonique/#i_48131

CONVERS

  • Écrit par 
  • Jacques DUBOIS
  •  • 1 166 mots

Le terme actuel de convers vient du latin conversus , qui désignait, dans le langage chrétien, quelqu'un qui change pour revenir à Dieu après avoir vécu dans l'hérésie, dans le paganisme ou dans l'indifférence, mais aussi le chrétien fidèle qui entre dans la vie religieuse. Les moines employèrent le mot conversus pour se désigner eux-mêmes, du moins cer […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/convers/#i_48131

ECCLÉSIASTIQUES BIENS & BÉNÉFICES

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 576 mots

On appelle « biens ecclésiastiques » des biens temporels, meubles et immeubles, qui sont la propriété d'une personne morale ecclésiastique (diocèse, paroisse, par exemple) selon le droit canonique, quelle que soit l'affectation de celle-ci : qu'elle ait une fin religieuse, culturelle, caritative, ou qu'elle soit simplement source de revenus. Ces biens sont soumis à des règles précises de gestion o […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/biens-et-benefices-ecclesiastiques/#i_48131

ECCLÉSIASTIQUES IMMUNITÉS & EXEMPTIONS

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 223 mots

Les privilèges dont jouissent les clercs comportent des immunités et exemptions soit à l'intérieur de l'Église soit vis-à-vis de la société civile. Dans une société de plus en plus sécularisée, ils ont perdu beaucoup de leur importance. Les clercs jouissent du privilège du canon, qui date du Concile de Latran de 1139 et les protège des voies de fait qu'ils pourraient subir ; du privilège du for, q […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/immunites-et-exemptions-ecclesiastiques/#i_48131

ECCLÉSIASTIQUES OFFICES & MINISTÈRES

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 509 mots

Le terme « office » utilisé traditionnellement par le droit canonique désigne les principales fonctions, publiques et stables, exercées en vue des fins spirituelles de l'Église catholique. Aujourd'hui, on préfère parler de ministère (ministères de la parole, de la sanctification et du gouvernement pastoral). Dans un sens plus précis, le ministère sert à désigner l'office qui se distingue des simpl […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/offices-et-ministeres-ecclesiastiques/#i_48131

ECCLÉSIASTIQUES PEINES

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 453 mots

Ensemble de sanctions pénales prévues par l'Église catholique et actuellement consignées dans le Code de droit canonique de 1983, à l'encontre de ceux qui contreviennent à la loi. On distingue les peines dites « médicinales », ou censures, avant tout destinées à provoquer l'amendement du coupable, lequel a droit à l'absolution (levée de peine) dès qu'il s'est amendé en effet, et les peines expiato […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/peines-ecclesiastiques/#i_48131

ECCLÉSIASTIQUES PRIVILÈGES

  • Écrit par 
  • Jean PASSICOS
  •  • 279 mots

Faveurs juridiques par lesquelles le droit de l'Église, se montrant soucieux des personnes, permet d'adapter la loi générale à des situations particulières ou de combler ses lacunes. À certaines époques, les privilèges accordés à des individus ou à des institutions ont été très florissants. L'Église en a obtenu d'autres de la part des autorités civiles, estimant que c'était pour elle une condition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/privileges-ecclesiastiques/#i_48131

LECTURE

  • Écrit par 
  • Henri-Jean MARTIN, 
  • Martine POULAIN
  •  • 10 498 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Le haut Moyen Âge »  : […] Cette situation se trouve rapidement bouleversée au haut Moyen Âge. L'écriture et la lecture devinrent alors l'apanage de plus en plus exclusif des clercs regroupés autour des bibliothèques des grandes églises et des couvents. Souvent peu lettrés, ces hommes lisaient alors plus que jamais à haute voix comme le père Leclercq l'a montré dans une étude classique, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/lecture/#i_48131

MONACHISME

  • Écrit par 
  • André BAREAU, 
  • Guy BUGAULT, 
  • Jacques DUBOIS, 
  • Henry DUMÉRY, 
  • Louis GARDET, 
  • Jean GOUILLARD
  •  • 12 548 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « L'apogée »  : […] Détachés des soucis terrestres et possédés du désir d'agrandir le royaume de Dieu, les moines voyageaient beaucoup, les Irlandais, comme saint Colomban († 615), étant les plus rudes et les plus actifs. Plus pacifiquement mais plus sûrement, la règle de saint Benoît († 547) se propagea dans toute l'Europe en supplantant progressivement toutes les autres. Dans l'Empire carolingien, les autorités ci […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/monachisme/#i_48131

PRÉBENDE

  • Écrit par 
  • Jean FAVIER
  •  • 297 mots

Ensemble de biens et de revenus destinés à l'entretien d'un chanoine séculier. Lorsque les clercs vivant autour de l'évêque abandonnent, à l'époque carolingienne, la vie communautaire, il faut procéder à un partage des biens de l'Église, dont les uns et les autres ont jusque-là vécu. On constitue pour l'évêque une « mense » ( mensa , la table) épiscopale, et pour le chapitre, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prebende/#i_48131

PRÉLAT

  • Écrit par 
  • Louis de NAUROIS
  •  • 212 mots

Au sens strict, le mot prélat désigne les clercs, séculiers ou réguliers, qui sont pourvus de la juridiction ordinaire de for externe : officiers majeurs de la curie romaine ; évêques à la tête de diocèses, ainsi que leurs vicaires généraux et leurs officiaux ; ordinaires des prélatures territoriales, comme celle de Tunis, confiées à un prélat, le plus souvent évêque, abbayes territoriales dont le […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/prelat/#i_48131

Pour citer l’article

Jean PASSICOS, « CLERC & CLÉRICATURE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 28 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/clerc-et-clericature/