DE MILLE CECIL BLOUNT (1881-1959)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Médias de l’article

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch
Crédits : John Kobal Foundation/Hulton Getty

photographie

La Bête enchaînée, de Cecil B. De Mille

La Bête enchaînée, de Cecil B. De Mille
Crédits : Collection privée

photographie

Les Dix Commandements

Les Dix Commandements
Crédits : Hulton Getty

photographie


Fils du dramaturge Henry De Mille qui avait demandé sur son lit de mort que ses descendants choisissent n'importe quelle activité sauf le théâtre, Cecil Blount est loin d'avoir suivi le conseil paternel. Acteur, auteur de quelques pièces avec son frère William, metteur en scène, Cecil découvrira tous les aspects de l'activité théâtrale, y compris la production et le financement. En 1912, il rencontre Jesse Lasky, célèbre producteur de comédies musicales qui, l'année suivante, à la suite d'un échec, s'associe avec Samuel Goldwyn, vendeur de gants, et Arthur Friend, juriste et businessman, pour se lancer dans le cinéma. Griffith ayant refusé de travailler comme metteur en scène pour les nouveaux associés, De Mille, lui, accepte, et sa décision sera aussi importante pour sa carrière personnelle que pour l'histoire du cinéma américain tout entier. Car c'est De Mille qui, découvrant une petite grange dans la banlieue de Los Angeles et y commençant, le 29 décembre 1913, le tournage de son premier film, The Squaw Man (dont le remake, en 1919, paraîtra dans la version française sous le titre Un cœur en exil), sera à l'origine de l'essor de Hollywood, capitale mondiale du cinéma.

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch

Cecil B. DeMille et Ernst Lubitsch

Photographie

Les metteurs en scène Cecil B. DeMille (1881-1959) et Ernst Lubitsch (1892-1947). 

Crédits : John Kobal Foundation/Hulton Getty

Afficher

Les films muets les plus importants de De Mille se partagent essentiellement en comédies dramatiques sur les problèmes du couple (La Proie pour l'ombre, Why Change your Wife, 1919), en mélodrames d'aventures (A Romance of the Redwoods, 1917) et en films religieux et bibliques (Jeanne d'Arc, Joan the Woman, 1916 ; Les Dix Commandements, The Ten Commandments, première version 1923 ; Le Roi des rois, 1926). C'est cette dernière veine qui, avec le parlant, allait marquer la carrière de De Mille. Celui-ci devient le créateur d'un genre qui restera attaché à son nom : la superproduction historique comportant des milliers de figurants. On peut dire qu'avec De Mille c'est la richesse, la somptuosité même du film, qui en devient la véritable star. Mais, qu'il se fasse le chroniqueur des États-Unis (Une aventure de Buffalo Bill, [...]

La Bête enchaînée, de Cecil B. De Mille

La Bête enchaînée, de Cecil B. De Mille

Photographie

Mary Pickford (au centre) dans La Bête enchaînée (1917), de Cecil B. De Mille. 

Crédits : Collection privée

Afficher

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  DE MILLE CECIL BLOUNT (1881-1959)  » est également traité dans :

LES DIX COMMANDEMENTS, film de Cecil Blount De Mille

  • Écrit par 
  • Michel CHION
  •  • 913 mots
  •  • 1 média

Officiellement, Les Dix Commandements (The Ten Commandments), la dernière oeuvre du réalisateur et son plus gros succès, est le remake d'un film muet de 1923 où Cecil B. De Mille (1881-1959), à la manière de Griffith dans Intolerance (1917), confrontait l'histoire biblique et un épisode contemporain sur le thème de la rivalité entre deux frères. La […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/les-dix-commandements/#i_38329

CINÉMA (Réalisation d'un film) - Photographie de cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 4 316 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les fonctions de la lumière « en » cinéma »  : […] Quoique la caméra ait pu être définie, du point de vue purement théorique, comme une machine à reproduire strictement la réalité sans intervention de l'homme (André Bazin, Siegfried Kracauer), il devient très vite évident qu'il n'existe pas de reproduction objective de la réalité, tant sont nombreux les paramètres qui entrent en jeu dans la prise d […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/cinema-realisation-d-un-film-photographie-de-cinema/#i_38329

COMÉDIE AMÉRICAINE, cinéma

  • Écrit par 
  • Joël MAGNY
  •  • 5 211 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « La comédie, divertissement ou genre social ? »  : […] S'opposant aux genres épiques – western, film d'aventures ou film de guerre –, qui exaltent l'esprit de conquête américain, la comédie se meut plus volontiers sur le terrain du quotidien, proposant une critique parfois acerbe des mœurs et des valeurs américaines. À côté du burlesque se développe, dès la fin des années 1910, une comédie de mœurs, vi […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/comedie-americaine-cinema/#i_38329

SWANSON GLORIA (1899-1983)

  • Écrit par 
  • Gérard LEGRAND
  •  • 1 156 mots
  •  • 1 média

Josephine Mae Swanson était née à Chicago dans les dernières années du siècle. D'ascendance mi-italienne mi-suédoise, elle débute au cinéma comme « extra » parce qu'elle était venue voir le tournage d'un film Essanay, par simple curiosité (1913) : trois ans plus tard, elle épouse Wallace Beery et ils partent ensemble à Hollywood, où le célèbre act […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gloria-swanson/#i_38329

Pour citer l’article

Jacques LOURCELLES, « DE MILLE CECIL BLOUNT - (1881-1959) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 08 mars 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cecil-blount-de-mille/