CAVATINE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Terme musical, tiré de l'italien cavatina, diminutif de cavata qui désignait au xviiie siècle un petit arioso placé à la fin d'un récitatif (ainsi chez J.-S. Bach, par exemple dans ses Cantates nos 76, 80 et 117). Dans les opéras et les oratorios du xviiie et du xixe siècle, surtout en Italie, la cavatine est un court passage confié à un soliste et qui ressemble à un air, mais dont la mélodie de caractère lyrique est plus simple et ne comporte pas de da capo. Elle est en un seul mouvement, en une ou deux parties. Elle évite la répétition du texte et les longues fioritures. On peut citer comme cavatines célèbres celles du Matrimonio segreto (Cimarosa), « Io ti lascio, amato oggetto » du Farnace (Traetta), « L'ho perduta, me meschina », « Se vuol ballare » et « Porgi amor, qualche » des Noces de Figaro (Mozart), « Ecco ridente in cielo », « Largo al factotum » et « Io sono docile » du Barbier de Séville (Rossini), du Freischütz (acte III) et d'Euryanthe (acte I) de Weber, « Tacea la notte placida » du Trouvère (Verdi), « Regnava nel silenzio » de Lucia di Lammermoor et « So anch'io la virtù magica » de Don Pasquale (Donizetti), « Salut, demeure chaste et pure », de Faust (Gounod). Dans la musique instrumentale, la cavatine est une pièce de caractère ou une partie d'une œuvre. Dans le Quatuor à cordes op. 130 en si bémol majeur (no 13), Beethoven a écrit une cavatine qui est sans nul doute l'un des sommets de l'art expressif beethovénien (cinquième mouvement, adagio molto espressivo). Cette courte page (soixante-six mesures) comprend deux idées : l'une, chant d'espoir et de tendresse, est de caractère mélodique et Beethoven la confie d'abord au premier violon ; l'autre possède d'âpres accents rythmiques (notes répétées en triolets, silences fréquents qui hachent le discours), qui confèrent à ce thème oppressé sa valeur poignante. Le mouvement se termine par la réexposition apaisante de la première mélodie.

—  Pierre-Paul LACAS

Écrit par :

  • : psychanalyste, membre de la Société de psychanalyse freudienne, musicologue, président de l'Association française de défense de l'orgue ancien

Classification


Autres références

«  CAVATINE  » est également traité dans :

VERDI GIUSEPPE

  • Écrit par 
  • Gilles de VAN
  •  • 2 658 mots
  •  • 8 médias

Dans le chapitre « « Du bref et du sublime... » »  : […] Contrairement à Wagner, auquel on le compare souvent, Verdi n'est nullement un théoricien, et c'est dans sa correspondance que l'on peut glaner ça et là ses idées sur l'opéra : classique par l'importance qu'il accorde au « métier », romantique par la primauté absolue donnée au cœur et par l'intolérance vis-à-vis de toute entrave opposée au créateur, Verdi se fait une idée assez peu mystique et plu […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giuseppe-verdi/#i_43300

Pour citer l’article

Pierre-Paul LACAS, « CAVATINE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 26 juin 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/cavatine/