BRAER MARÉE NOIRE DU (janv. 1993)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Dans la nuit du 4 au 5 janvier 1993, ayant choisi la route la plus courte, mais aussi la plus dangereuse, pour se rendre de la Norvège au Canada, le pétrolier libérien Braer est pris dans une violente tempête au nord de l'Écosse. Il subit une panne totale du moteur principal à la suite d'une infiltration d'eau dans les soutes à combustibles. L'équipage est évacué le 5 janvier au matin et, après une tentative de remorquage infructueuse, le navire dérive sur 20 kilomètres et s'échoue vers 11h20 à l'ouest de Sumburgh Head, au sud des îles Shetland. Il se brise progressivement, laissant échapper sa cargaison, constituée de 84 500 tonnes de pétrole brut dans la mer du Nord et de 1 700 tonnes de fioul lourd de propulsion.

Le pétrolier Braer

Le pétrolier Braer

Photographie

Le pétrolier libérien Braer sombre en mer le 5 janvier 1993 au sud des îles Shetland. Se brisant progressivement, il laisse échapper sa cargaison de pétrole brut dans une zone renommée pour ses colonies d'oiseaux marins. 

Crédits : Richard Beker/ Getty Images

Afficher

Du matériel et des spécialistes de la lutte antipollution sont rapidement mobilisés. Mais les conditions météorologiques interdisent toute intervention en mer et limitent sérieusement les opérations de lutte sur la côte. Ainsi, la majeure partie du pétrole restant s'échappera de l'épave en une dizaine de jours et se dispersera sous l'action des vagues.

Les autorités décrètent une vaste zone d'interdiction de pêche autour du navire. Des fermes d'élevage de saumons, situées un peu plus au nord, sont, elles aussi, touchées et se verront au fil des mois obligées de détruire leurs stocks de poissons impropres à la consommation. Pour la pêche de certains crustacés et mollusques, la réouverture ne sera autorisée que plusieurs années après. Les aérosols d'hydrocarbures, générés par la tempête, ont atteint le plateau situé au sommet des hautes falaises littorales et recouvert les habitations et le bétail, principalement les moutons qui ont dû être confinés dans les bergeries. En ce qui concerne les oiseaux, quelque deux mille individus (représentant vingt-six espèces) ont été mazou [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : adjoint au directeur du Centre de documentation, de recherche et d'expérimentations sur les pollutions accidentelles des eaux (Cedre), Brest

Classification

Pour citer l’article

Christophe ROUSSEAU, « BRAER MARÉE NOIRE DU (janv. 1993) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/maree-noire-du-braer/