CASBAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme casbah (al-kasaba en arabe) désigna à l'origine, dans l'Occident musulman, le cœur d'un pays ou d'une ville. Il survit jusqu'à nos jours en Espagne sous la forme alcazaba et au Portugal sous celle d'alcaçova et rentre dans la composition d'un grand nombre de toponymes. Le mot a été francisé depuis près d'un siècle et demi sous la forme casbah généralement acceptée par les dictionnaires. Très tôt il est utilisé pour un « château fortifié », résidence d'un pouvoir au centre d'une région ou d'une cité. La casbah est d'abord une citadelle reliée à l'enceinte d'une ville fortifiée, dont elle reste suffisamment indépendante pour constituer un réduit de défense capable de poursuivre la résistance ou pour servir de refuge au gouvernement, qui, le plus souvent, au Moyen Âge siégea à la citadelle. Le mot s'applique aussi à la partie la plus ancienne d'une ville (Fès, Taza, Rabat) par rapport au développement urbain postérieur. La vieille ville ceinte d'une muraille a fini par être considérée comme la ville par excellence ; on eut la casbah à côté de la madîna.

Un dernier stade de cette évolution est représenté par l'époque coloniale quand ce terme désigna l'ensemble de la ville autochtone par opposition à celle des Européens, notamment à Alger. Au xe siècle, d'après le géographe al-Muqaddasî, la casbah désigne le centre administratif de n'importe quelle entité administrative ou géographique. « Le terme se réfère à une fonction générale et non à une situation précise », note André Miquel. À cette époque, le mot peut renvoyer au quartier central d'une ville comme Palmyre, installé dans les ruines du temple de Bel, dont le mur extérieur constitue une enceinte fortifiée. Quelquefois la position de la casbah se confond avec celle d'un établissement militaire plus ancien ; souvent elle domine la ville ou la plaine du haut d'une position élevée ; elle peut aussi s'appuyer sur un cours d'eau comme la casbah Boulaouane, une falaise comme à Agadir, ou un front de mer comme la casbah Oualidiya au nord-est du cap Cantin (Maroc).

En Espagne m [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages


Écrit par :

Classification


Autres références

«  CASBAH  » est également traité dans :

ALGER

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 1 900 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une longue histoire »  : […] L'existence d'Alger remonte au moins au vi e  siècle avant J.-C., selon les enseignements d'un trésor découvert en 1940 dans le quartier de la Marine. Comptoir phénicien puis punique, elle est occupée par les Romains au i er  siècle et s'appelle alors Icosium, puis disparaît dans la tourmente des […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alger/#i_80429

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Terre

  • Écrit par 
  • Gérard BAUER, 
  • Jean DETHIER
  •  • 2 811 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractères architecturaux »  : […] La terre crue est à l'origine d'un grand nombre de types architecturaux. Citons, entre autres, dans le sud de la Chine, les vastes bâtiments collectifs ouverts sur une cour intérieure ronde ou carrée, fermés sur l'extérieur, dans lesquels vivent les communautés rurales Hakka ; au Yémen, les immeubles citadins de sept à dix étages (Shibam ), dont les baies sont garnies de délicats meneaux et d'entr […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/architecture-materiaux-et-techniques-terre/#i_80429

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « CASBAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/casbah/