CASBAH

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le terme casbah (al-kasaba en arabe) désigna à l'origine, dans l'Occident musulman, le cœur d'un pays ou d'une ville. Il survit jusqu'à nos jours en Espagne sous la forme alcazaba et au Portugal sous celle d'alcaçova et rentre dans la composition d'un grand nombre de toponymes. Le mot a été francisé depuis près d'un siècle et demi sous la forme casbah généralement acceptée par les dictionnaires. Très tôt il est utilisé pour un « château fortifié », résidence d'un pouvoir au centre d'une région ou d'une cité. La casbah est d'abord une citadelle reliée à l'enceinte d'une ville fortifiée, dont elle reste suffisamment indépendante pour constituer un réduit de défense capable de poursuivre la résistance ou pour servir de refuge au gouvernement, qui, le plus souvent, au Moyen Âge siégea à la citadelle. Le mot s'applique aussi à la partie la plus ancienne d'une ville (Fès, Taza, Rabat) par rapport au développement urbain postérieur. La vieille ville ceinte d'une muraille a fini par être considérée comme la ville par excellence ; on eut la casbah à côté de la madîna.

Un dernier stade de cette évolution est représenté par l'époque coloniale quand ce terme désigna l'ensemble de la ville autochtone par opposition à celle des Européens, notamment à Alger. Au xe siècle, d'après le géographe al-Muqaddasî, la casbah désigne le centre administratif de n'importe quelle entité administrative ou géographique. « Le terme se réfère à une fonction générale et non à une situation précise », note André Miquel. À cette époque, le mot peut renvoyer au quartier central d'une ville comme Palmyre, installé dans les ruines du temple de Bel, dont le mur extérieur constitue une enceinte fortifiée. Quelquefois la position de la casbah se confond avec celle d'un établissement militaire plus ancien ; souvent elle domine la ville ou la plaine du haut d'une position élevée ; elle peut aussi s'appuyer sur un cours d'eau comme la casbah Boulaouane, une falaise comme à Agadir, ou un front de mer comme la casbah Oualidiya au nord-est du cap Cantin (Maroc).

En Espagne musulmane, le terme désigne, dans une agglomération urbaine, l'emplacement des organes d'administration. Une porte unique à coude simple ou double relie la casbah à la ville qu'elle défend ou dont elle s'isole. Les grandes portes comme Bâb Aguenaou, à Marrakech, et Bâb al-Oudaya, à Rabat, comptent parmi les plus beaux monuments de l'art médiéval. Il existe souvent une poterne qui permet de communiquer directement avec la campagne et de recevoir ainsi ravitaillement et renforts. Tel est le type des casbahs que les califes de Cordoue élevèrent dans la péninsule Ibérique et de celles que les Almoravides édifièrent au Maghreb et notamment à Marrakech pour défendre leur empire.

À partir du xiiie siècle sous les Mérinides de Fès, les Abd al-Wadides de Tlemcen et les Hafsides de Tunis, le sens s'élargit, les textes arabes insistent sur l'équivalence de la casbah (kasaba) avec la qal'a orientale. Le terme s'applique à un ensemble fortifié de caractère urbain qui comprend à l'intérieur de sa muraille le palais du souverain ou de son représentant, les demeures des proches et des clients, ainsi que des mosquées, des bains, la caserne des gardes du corps, les services du Trésor, des magasins et un marché, sans oublier la prison. À l'intérieur de cet ensemble, un vaste espace était réservé à l'accueil de la population lors des cérémonies et des fêtes ; il servait aussi aux exercices équestres du prince et de son entourage. Il y eut, dans certains cas comme à Marrakech, des jardins (Aguedal) et une nécropole (tombeaux des chérifs saadiens).

À partir du xvie siècle, le mot désigne aussi les petites forteresses qui sont construites à travers le pays pour assurer la sécurité sur le territoire chérifien. Selon les matériaux de construction dont dispose la région où elle est implantée, la casbah est en pierre de taille, en moellons ou en pisé. Lorsque les murs sont en pisé, ils sont flanqués de saillants la plupart du temps rectangulaires ou carrés. En plaine, le plan est généralement un quadrilatère assez régulier, tandis qu'en montagne il épouse les possibilités de défense offertes par le relief. Ce sont des postes indépendants de tout centre préexistant et qui présentent une certaine analogie de plan avec les fortins byzantins d'Afrique.

Au xviiie siècle, Moulay Ismā‘il déploie une grande activité ; i [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  CASBAH  » est également traité dans :

ALGER

  • Écrit par 
  • Benjamin STORA
  •  • 1 900 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Une longue histoire »  : […] L'existence d'Alger remonte au moins au vi e  siècle avant J.-C., selon les enseignements d'un trésor découvert en 1940 dans le quartier de la Marine. Comptoir phénicien puis punique, elle est occupée par les Romains au i er  siècle et s'appelle alors Icosium, puis disparaît dans la tourmente des invasions vandales vers 430. Sur ses ruines viennent s'établir au vii e  siècle les tribus des Beni Me […] Lire la suite

ARCHITECTURE (Matériaux et techniques) - Terre

  • Écrit par 
  • Gérard BAUER, 
  • Jean DETHIER
  •  • 2 812 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Caractères architecturaux »  : […] La terre crue est à l'origine d'un grand nombre de types architecturaux. Citons, entre autres, dans le sud de la Chine, les vastes bâtiments collectifs ouverts sur une cour intérieure ronde ou carrée, fermés sur l'extérieur, dans lesquels vivent les communautés rurales Hakka ; au Yémen, les immeubles citadins de sept à dix étages (Shibam ), dont les baies sont garnies de délicats meneaux et d'entr […] Lire la suite

Les derniers événements

10 août - 15 septembre 2020 Algérie. Condamnation de journalistes.

Le 10, le tribunal de Sidi M’Hamed condamne à trois ans de prison, pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale », le journaliste Khaled Drareni, fondateur du site d’information Casbah Tribune et correspondant de la chaîne française TV5 Monde et de l’ONG Reporters sans frontières, qui est emprisonné depuis mars. Deux militants du Hirak jugés le même jour pour les mêmes motifs, Samir Belarbi et Slimane Hamitouche, sont condamnés à deux ans de prison, dont quatre mois ferme. […] Lire la suite

8 mai 1994 Algérie. Assassinat de deux religieux français

Deux religieux catholiques français, Hélène Saint-Raymond et Henri Vergès, sont assassinés dans la Casbah, à Alger. Au même moment se déroule dans la capitale une manifestation en faveur du « dialogue » avec les islamistes prôné par le président Liamine Zéroual. L'attentat est revendiqué par le Groupe islamique armé. Le président de l'instance exécutive de l'ex-Front islamique de salut à l'étranger, Rabah Kébir, condamne ce double assassinat. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Nikita ELISSÉEFF, « CASBAH », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 juin 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/casbah/