CANADACadre naturel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleOttawa
Langues officiellesanglais, français
Unité monétairedollar canadien (CAD)
Population37 424 000 (estim. 2022)
Superficie (km2)9 984 670

Le climat et ses nuances

Blizzard, froid, neige... une trilogie souvent mentionnée à propos du climat canadien. Pourtant, il serait erroné de penser que d'autres paramètres n'existent pas ; en outre, comment croire, que, sur un si grand espace, on n'ait qu'un climat et non pas des climats ? L'extension en latitude comme en longitude, la présence à grande échelle d'ensembles topographiques distincts engendrent forcément une série de nuances et de contrastes.

Trois influences majeures déterminent les données du climat canadien : l'air arctique, continental durant l'hiver, maritime pendant l'été, est générateur de froid, et sa pénétration sur la majeure partie du pays est d'autant plus facile qu'aucun obstacle, à l'est des Rocheuses, n'entrave son cheminement vers le sud. On lui doit les températures les plus basses jamais enregistrées à des latitudes tempérées (− 63 0C en 1947) en même temps que les vents violents occasionnant les « poudreries », équivalent glacé des tempêtes de sable sahariennes.

À l'opposé, il n'est pas rare en été de voir l'air tropical remonter vers le nord, envahir le Québec, l'Ontario et la majorité des provinces des Prairies. D'où une ambiance étouffante, humide à proximité des lacs les plus vastes et, localement, des températures avoisinant 40 0C avec une hygrométrie de 80 p. 100 (sud de l'Ontario, à la fin d'août 1985).

La troisième influence climatique essentielle provient des océans et se manifeste sur chaque rivage de manière différente. Alors que, sur le rivage du Pacifique, on est en présence d'une douceur assez marquée des masses d'air venant buter contre les montagnes qui font écran, une plus grande fraîcheur caractérise les littoraux de l'Atlantique, générée par le courant marin froid du Labrador. À l'ouest, c'est donc le climat agréable des alentours du delta du Fraser et de l'île de Vancouver, qui vaut à la région de ne pratiquement jamais connaître de chutes de neige en plaine ; sur l'Atlantique, dans les provinces maritimes et le corridor laurentien, c'est au contraire le « Canada des neiges », avec une hauteur cumulée annuelle de 2 mètres en moyenne, mais surtout des chutes d'une ampleur exceptionnelle (à Moncton, Nouveau-Brunswick, il est tombé 1,61 m en vingt-quatre heures à la fin d'avril 1992).

Ile de Vancouver

Photographie : Ile de Vancouver

L'île de Vancouver, en Colombie-Britannique (Canada) bénéficie d'un climat humide et doux. Elle doit à son relief montagneux d'avoir conservé de grandes étendues de forêts. 

Crédits : 2009fotofriends/ Shutterstock

Afficher

Continentalité des provinces des Prairies, ambiance humide et douce du sud-ouest de la Colombie britannique, abondance de la neige et humidité en toute saison dans les « Maritimes » semblent personnaliser le climat des grands ensembles régionaux, à l'exclusion du Nord, à qui l'on consacrera une place spécifique. Néanmoins, au-delà de ces traits généraux surgissent des nuances à une échelle plus réduite, que l'on ne peut évoquer ici que par un petit nombre d'exemples significatifs.

Au cœur des montagnes de la Colombie britannique, la vallée de l'Okanagan est caractérisée par un déficit hydrique très accentué du fait de la continentalité : à Penticton, la ville principale, les précipitations annuelles se réduisent à 296 millimètres, et le nombre de jours avec gelée descend à 143, ce qui représente une diminution respective de quatre cinquièmes et de 30 p. 100 par rapport au littoral pacifique à la même latitude.

De l'autre côté du système montagneux, à cheval entre les provinces de l'Alberta et de la Saskatchewan, le Dry Belt est un espace franchement aride, avec des totaux pluviométriques annuels semblables à ceux de l'Okanagan mais qui trouvent une compensation dans un moindre nombre de jours de gel que partout ailleurs dans les provinces des Prairies.

Enfin, tout à l'est du pays, en Nouvelle-Écosse, les vallées d'Annapolis et de Cornwallis associent douceur relative et humidité abondante et régulière pour favoriser la culture des pommiers et des pommes de terre, rappelant par leurs paysages bien des aspects de la Normandie.

Cependant, ces nuances, qui affectent des régions ou des « pays » en les privilégiant à l'égard du reste du territoire fédéral, ne sauraient occulter de brusques changements de temps et des caprices météorologiques bien souvent préjudiciables pour l'agriculture. En fait, on ne doit jamais oublier que la latitude tempérée fraîche du Canada méridional et l'ouverture du territoire face aux immensités nordiques peuvent faire régne [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Médias

Canada : carte physique

Canada : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les Rocheuses au Canada

Les Rocheuses au Canada
Crédits : Cosmo Condina/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Érable à sucre (feuille)

Érable à sucre (feuille)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Ile de Vancouver

Ile de Vancouver
Crédits : 2009fotofriends/ Shutterstock

photographie

Afficher les 10 médias de l'article

Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université du Québec, Montréal
  • : agrégé de géographie, docteur d'État, professeur des Universités

Classification

Autres références

«  CANADA  » est également traité dans :

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Fédéralisme, monarchie constitutionnelle et parlementarisme de type britannique, tels sont les caractères essentiels du régime politique canadien. Bien que les traditions anglaises, les coutumes françaises et le mode de vie américain aient profondément marqué le pays, des facteurs géographiques, économiques et so […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Le Canada est membre du G7 depuis 1976 et figurait dans le peloton de tête de l’indice de développement humain (IDH) de l’ONU en 2017, juste devant les États-Unis. Son économie s’appuie sur une population instruite, la qualité de ses institutions, l’abondance de ses ressources naturelles ; très proche de la première économie mondiale, elle en est aussi relativement dépendante. La structure centre- […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Quiconque parcourt le Canada, ne serait-ce qu’en observant une carte, prend conscience de l’immensité du pays. Plus de 5 514 kilomètres séparent sa façade orientale, sur l’Atlantique, de sa côte occidentale, sur le Pacifique. En outre, le peuplement y est loin d’être continu, même sur sa frange sud, où vivent plus des deux tiers de la population, à moins de 100 kilomètres de la […] Lire la suite

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

En deux langues, la littérature canadienne exprime l'âme d'un peuple. Les textes français antérieurs à 1760 sont pour l'essentiel des récits de voyage et constituent une « prélittérature ». Ce n'est qu'après les guerres de la conquête que les Canadiens français, coupés de leurs élites, obligés de s'adapter pour ne pas périr, doivent se défendre par la parole ou l'écrit. Journalistes et orateurs pa […] Lire la suite

DORSÉTIEN, culture

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 72 mots

Dorsétien est une culture paléoesquimaude dont on retrouve les traces au Groenland et dans l'Arctique canadien à l'est du fleuve McKenzie, entre le ix e  siècle avant J.-C, et le xvi e  siècle de notre ère au plus tard, suivant les régions. Elle est apparue et s'est développée sans apports extérieurs, longtemps après l'installation de Paléoesquimaux venus d'Alaska au III e  millénaire. […] Lire la suite

PALÉOESQUIMAU

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 68 mots

Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'Alaska au début du II e  millénaire, porteurs de la culture de Thulé, néoesquimaude. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DANSEREAU, Henri ROUGIER, « CANADA - Cadre naturel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 29 septembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/