CANADACadre naturel

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleOttawa
Langues officiellesanglais, français
Unité monétairedollar canadien (CAD)
Population38 148 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)9 984 670

Primauté du Nord dans la géographie canadienne

S'il est une question qu'il faut bien se garder de poser, c'est de savoir où commence le Nord au Canada... Au poète québécois Pierre Morency, qui écrit à propos de sa province : « Le Nord n'est pas dans la boussole, il est ici », répond en écho le géographe Louis-Edmond Hamelin, qui pense que « le Nord est un état mental ». En fait, qu'elle soit idéalisée ou trop pessimiste, la vision que l'on a des espaces nordiques s'applique à une étendue qui correspond à tout ce qui n'est pas la zone peuplée jouxtant la frontière étatsunienne et qui peut se résumer à une trilogie associant au climat froid la prédominance du peuplement amérindien et une population spatialement très clairsemée.

Dans les faits, le Nord est bien autre chose que le trinôme territoire du Yukon-Territoires du Nord-Ouest-Nunavut et que les basses températeures aggravées par la longue nuit de l'hiver arctique. Contexte global aux aspects physiques, humains et économiques singuliers, le monde nordique, trop facilement assimilé à l'espace de l'Arctique, est avant tout une étendue sans arbre et, pour une part considérable, sans sol. Plus on monte en latitude, plus l'immensité glacée prend de l'ampleur, au point qu'il devient difficile d'apprécier les distances. Malgré tout, cela ne doit pas laisser croire que le relief est rigoureusement horizontal !

Dans ces vastitudes, où toute notion d'échelle semble inimaginable, une grande variété de paysages géomorphologiques s'offre au visiteur : montagnes englacées ou laissant apparaître une topographie de fjell sur l'île de Baffin, fjords au fond desquels les glaciers vêlent pour alimenter en icebergs l'océan dégelé ; dans les régions centrales, en apparence plates et monotones, la surface du bouclier est criblée de lacs que séparent de belles roches moutonnées ou que relient entre eux des rivières ponctuées de rapides. Aux modelés glaciaires contemporains ou hérités s'ajoutent les manifestations des processus morphogénétiques périglaciaires : en été, vus du ciel, les milliers de kilomètres carrés recouverts par la toundra apparaissent fréquemment sous la forme d'un carrelage savamment ajusté, tant les polygones qui la caractérisent ont des formes régulières. À même le sol, là où le permafrost cède la place à une mince épaisseur dégelée, foisonnent les thufurs (buttes gazonnées), tandis que dans le delta du Mackenzie se rencontrent les plus gros pingos que l'on connaisse au monde. Celui de Ibyuk Hill est haut de 40 mètres, et sa circonférence à la base dépasse 900 mètres. Dans les secteurs où la topographie est plus accidentée, les versants réglés peuvent être interrompus par des replats goletz alors qu'à leur base les effets de la solifluxion engendrent de remarquables coulées qui se traduisent par une surface bosselée. L'absence ou la maigreur du tapis végétal favorisent la contemplation de paysages morphologiques dont le Nord est un authentique conservatoire ; pourtant, ce sont bien souvent les éléments du climat qui saisissent le visiteur lorsqu'il débarque en provenance du « Sud ».

Toundra

Photographie : Toundra

Paysage de toundra dans le nord-ouest du Canada. 

Crédits : G. Cappelli/ De Agostini/ Getty Images

Afficher

L'identification première du Nord, c'est le très bas niveau des températures hivernales que vient encore souligner leur durée, accentuée par l'impression pénible introduite par la nuit polaire. Cependant, une donnée moins connue réside dans le contraste marqué entre l'hiver et l'été. On peut être étonné par l'emploi du terme « été », mais l'expression de « climat sans été » pour décrire les hautes latitudes se révèle fausse à ceux qui ont parcouru le Nord en toutes saisons. Certes, il ne faut pas prêter à la durée du jour estival au-delà du cercle arctique plus de vertus qu'elle ne peut fournir. C'est elle néanmoins qui explique qu'à Aklavik la moyenne des températures de juillet se hisse à 13 0C, tandis que, à Holman Island sur l'île de Victoria, elle n'est plus que de 6,8 0C du fait de la latitude plus haute. Malgré tout, des confins de l'Alaska aux rivages orientaux vis-à-vis du Groenland, c'est l'hiver qui accapare l'essentiel de l'année. De Churchill à Iqaluit, de Dawson City à Cambridge Bay, c'est la même symphonie des températures très froides, des blizzards violents et durables et des faibles quantités de précipitations (136 mm/an à Resolute Bay). Ces totaux dérisoires sont, pour une part infime, le fait de pl [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 9 pages

Médias de l’article

Canada : carte physique

Canada : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Les Rocheuses au Canada

Les Rocheuses au Canada
Crédits : Cosmo Condina/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Érable à sucre (feuille)

Érable à sucre (feuille)
Crédits : De Agostini/ Getty Images

photographie

Ile de Vancouver

Ile de Vancouver
Crédits : 2009fotofriends/ Shutterstock

photographie

Afficher les 10 médias de l'article


Écrit par :

  • : professeur émérite à l'université du Québec, Montréal
  • : agrégé de géographie, docteur d'État, professeur des Universités

Classification

Autres références

«  CANADA  » est également traité dans :

CANADA - Histoire et politique

  • Écrit par 
  • Michel BRUNET, 
  • Alain NOËL
  •  • 19 334 mots
  •  • 11 médias

Fédéralisme, monarchie constitutionnelle et parlementarisme de type britannique, tels sont les caractères essentiels du régime politique canadien. Bien que les traditions anglaises, les coutumes françaises et le mode de vie américain aient profondément marqué le pays, des facteurs géographiques, économiques et so […] Lire la suite

CANADA, économie

  • Écrit par 
  • Serge COULOMBE
  •  • 7 907 mots

Le Canada est membre du G7 depuis 1976 et figurait dans le peloton de tête de l’indice de développement humain (IDH) de l’ONU en 2017, juste devant les États-Unis. Son économie s’appuie sur une population instruite, la qualité de ses institutions, l’abondance de ses ressources naturelles ; très proche de la première économie mondiale, elle en est aussi relativement dépendante. La structure centre- […] Lire la suite

CANADA - Espace et société

  • Écrit par 
  • Anne GILBERT
  •  • 12 629 mots
  •  • 5 médias

Quiconque parcourt le Canada, ne serait-ce qu’en observant une carte, prend conscience de l’immensité du pays. Plus de 5 514 kilomètres séparent sa façade orientale, sur l’Atlantique, de sa côte occidentale, sur le Pacifique. En outre, le peuplement y est loin d’être continu, même sur sa frange sud, où vivent plus des deux tiers de la population, à moins de 100 kilomètres de la […] Lire la suite

CANADA - Arts et culture

  • Écrit par 
  • Andrée DESAUTELS, 
  • Roger DUHAMEL, 
  • Marta DVORAK, 
  • Juliette GARRIGUES, 
  • Constance NAUBERT-RISER, 
  • Philip STRATFORD
  • , Universalis
  •  • 25 027 mots
  •  • 3 médias

En deux langues, la littérature canadienne exprime l'âme d'un peuple. Les textes français antérieurs à 1760 sont pour l'essentiel des récits de voyage et constituent une « prélittérature ». Ce n'est qu'après les guerres de la conquête que les Canadiens français, coupés de leurs élites, obligés de s'adapter pour ne pas périr, doivent se défendre par la parole ou l'écrit. Journalistes et orateurs pa […] Lire la suite

DORSÉTIEN, culture

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 72 mots

Dorsétien est une culture paléoesquimaude dont on retrouve les traces au Groenland et dans l'Arctique canadien à l'est du fleuve McKenzie, entre le ix e  siècle avant J.-C, et le xvi e  siècle de notre ère au plus tard, suivant les régions. Elle est apparue et s'est développée sans apports extérieurs, longtemps après l'installation de Paléoesquimaux venus d'Alaska au III e  millénaire. […] Lire la suite

PALÉOESQUIMAU

  • Écrit par 
  • Yvon CSONKA
  •  • 68 mots

Le terme paléoesquimaux désigne toutes les populations préhistoriques établies de la rive sibérienne du détroit de Béring au Groenland, en passant par l'Arctique nord-américain, qui manifestent un mode de vie de type esquimau. Elles ont disparu peu après l'arrivée d'immigrants venus d'Alaska au début du II e  millénaire, porteurs de la culture de Thulé, néoesquimaude. […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Pierre DANSEREAU, Henri ROUGIER, « CANADA - Cadre naturel », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 14 avril 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/canada-cadre-naturel/