ITALIE CAMPAGNES D' (1796-1797 et 1800)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Après la signature des traités de Bâle et de La Haye en 1795, la France n'a plus sur le Continent comme adversaire que l'Autriche. Devenu directeur, Carnot conçoit le projet de lancer trois armées sur Vienne : deux ont mission d'atteindre la capitale autrichienne par la vallée du Main et celle du Danube, la troisième doit passer par la vallée du Pô et les Alpes. Bien qu'elle soit confiée à un jeune général peu connu, Bonaparte, c'est cette troisième armée qui remportera les victoires décisives.

Formée de 36 000 hommes, elle se trouve réduite à un état de pénurie que la légende napoléonienne a amplifié ; aussi le but qui lui est assigné se limite-t-il à une manœuvre de diversion. Le retentissement de ses victoires dans l'opinion n'en est que plus considérable. L'ensemble des opérations désigné sous le nom de campagne d'Italie a duré un an, d'avril 1796 à avril 1797. Commencée à Cadibone, entre Nice et Gênes, la campagne s'est achevée à Leoben, à 130 kilomètres de Vienne.

Les premiers combats se déroulent dans la plaine supérieure du Pô. Bonaparte remporte les victoires de Montenotte (12 avr.) et Dego (14 avr.) sur les Autrichiens, Millesimo (13 avr.) sur les Sardes. Ceux-ci, désormais coupés des Autrichiens, sont écrasés à Mondovi (22 avr.) et doivent signer l'armistice de Cherasco. L'armée piémontaise éliminée, Bonaparte chasse les Autrichiens du Milanais et les bouscule sur l'Adda à Lodi (9 mai). Parme et Modène effrayées demandent la paix. La partie décisive se joue autour de Mantoue, place forte commandant les débouchés des vallées du Mincio et de l'Adige par où passaient les armées autrichiennes pour gagner l'Italie. Quatre armées sont envoyées pour débloquer Mantoue assiégée par Bonaparte : la première commandée par Wurmser est anéantie à Castiglione (5 août 1796), la deuxième à Bassano (8 sept.) ; une troisième armée confiée à Alvinzi est défaite à Arcole (15-17 nov. [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages


Écrit par :

  • : professeur à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  ITALIE CAMPAGNES D' (1796-1797 et 1800)  » est également traité dans :

BERTHIER ALEXANDRE (1753-1815) maréchal d'Empire (1804) prince de Neuchâtel (1806) prince de Wagram (1809)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 539 mots

Né à Versailles, ingénieur-géographe et officier de carrière, combattant valeureux de la guerre d'Amérique, Berthier, déjà connu comme officier d'état-major modèle, est lieutenant-colonel en 1789 ; avant de devenir le major-général (c'est-à-dire chef d'état-major) de Napoléon, il est celui de La Fayette à la tête de la garde nationale parisienne dès l'automne de 1789. Patriote à tout le moins fort […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/alexandre-berthier/#i_22490

BRUNE GUILLAUME MARIE ANNE (1763-1815) maréchal d'Empire (1804)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 472 mots

Né à Brive-la-Gaillarde, clerc de procureur, puis imprimeur à Paris, Brune offre un exemple typique d'homme que rien ne semblait appeler à la carrière ni à la gloire des armes et dont la Révolution seule fit un soldat. (Parmi les autres maréchaux d'Empire, on pourrait citer encore le cas de Gouvion-Saint-Cyr, artiste peintre jusqu'en 1792.) Au début de la Révolution, Brune se lance dans le journal […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/guillaume-marie-anne-brune/#i_22490

CAMPOFORMIO PAIX DE (1797)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 379 mots

La première campagne d'Italie de Bonaparte s'achève par la paix de Campoformio. La paix avec l'Autriche aurait tout aussi bien pu être dictée par Hoche, vainqueur des Autrichiens à Neuwied, près de Coblence, le 18 avril 1797. Bonaparte prend de vitesse ses collègues et Vienne préfère traiter avec ce général, car elle espère des compensations en Italie qu'elle ne pense pas obtenir sur le Rhin. Le D […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/paix-de-campoformio/#i_22490

CHAMPIONNET JEAN ÉTIENNE VACHIER dit (1762-1800)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 242 mots

Enfant naturel, né à Valence, Championnet sert à vingt ans dans l'armée espagnole et combat pendant le siège de Gibraltar. Patriote convaincu, il forme et instruit un bataillon de volontaires à Valence en 1792. De 1794 à 1797, il est, avec Kléber et Marceau, un des meilleurs lieutenants de Jourdan à l'armée de Sambre-et-Meuse. À la fin de 1798, il commande en chef en Italie, chasse les Bourbons de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/championnet/#i_22490

CONSULAT

  • Écrit par 
  • Marcel DUNAN
  •  • 2 375 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « La pacification du continent »  : […] Avant de jouer la carte russe, Bonaparte s'adressa tour à tour à l'Angleterre et à l' Autriche pour leur faire des offres de paix. Il se heurta à des réponses négatives ou dilatoires. Deux négociations pouvaient alors être envisagées : ressusciter contre l'Autriche l'alliance turque de François I er , ou bien choisir l'alliance prussienne à l'exemple de Louis XV. Malheureusement Descorches de Sain […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/consulat/#i_22490

DESAIX LOUIS CHARLES ANTOINE DES AIX dit (1768-1800)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 275 mots

Issu d'une famille noble d'Auvergne, Desaix est déjà sous-lieutenant à quinze ans en 1783. Son attitude envers la Révolution peut se définir par un loyalisme sans faille et par une adhésion modérée. En 1791, son refus de suivre son frère aîné qui émigre le brouille avec sa famille ; en août 1792, il proteste contre la suspension du roi, ce qui lui vaut un mois d'emprisonnement. Dès octobre 1793, i […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/desaix/#i_22490

DOMBROWSKI ou DABROWSKI JAN HENRYK (1755-1818)

  • Écrit par 
  • Zofia BOBOWICZ-POTOCKA
  •  • 768 mots

Général polonais, né à Pierzchowiec près de Cracovie, Jan Henryk Dabrowski (Dombrowski) servit d'abord dans l'armée saxonne (1772-1792), puis, après avoir regagné la Pologne, il prit une part active à la défense de Varsovie pendant l'insurrection nationale dirigée par Kościuszko (1794), ce qui lui valut le grade de général. Il élimina ensuite les Prussiens de la Grande-Pologne, qui participa au so […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/dombrowski-dabrowski/#i_22490

ITALIE - Histoire

  • Écrit par 
  • Michel BALARD, 
  • Paul GUICHONNET, 
  • Jean-Marie MARTIN, 
  • Jean-Louis MIÈGE, 
  • Paul PETIT
  •  • 27 438 mots
  •  • 42 médias

Dans le chapitre « L'hégémonie autrichienne »  : […] Le xviii e  siècle italien est une période calme au cours de laquelle passent au premier plan les phénomènes socio-économiques et la politique intérieure des États. Jusqu'en 1748, la péninsule est intéressée par les ultimes épisodes de la lutte entre les Bourbons et les Habsbourg. Au terme de la guerre de la Succession de Pologne, l'alliance de la Sardaigne avec la France et l'Espagne, contre l'Au […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/italie-histoire/#i_22490

LANNES JEAN (1769-1809) maréchal d'Empire (1804) duc de Montebello (1808)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 363 mots

« Le Roland de la Grande Armée ». Né à Lectoure, apprenti teinturier, volontaire en 1792, Lannes est déjà chef de brigade (colonel) en 1793. Par sa bravoure éclatante et l'audace de ses initiatives, il s'impose de plus en plus à l'attention de Bonaparte en Italie et en Égypte ; il fait partie du petit noyau de fidèles que ce dernier ramène en France avec lui et il joue dans la préparation du 18-Br […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jean-lannes/#i_22490

MARENGO BATAILLE DE (14 juin 1800)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 292 mots
  •  • 1 média

Remportée de justesse contre la deuxième coalition par Napoléon pendant la seconde campagne d'Italie, la bataille de Marengo , à 5 kilomètres environ au sud-est d'Alessandria (Piémont), met aux prises 28 000 Français et 31 000 Autrichiens sous les ordres du général Michael Friedrich von Melas. Cette victoire aboutit à l'occupation française de la Lombardie jusqu'au fleuve Mincio et renforce l'auto […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-de-marengo/#i_22490

MASSÉNA ANDRÉ (1758-1817)

  • Écrit par 
  • Jean MASSIN
  •  • 591 mots

Fils d'un vigneron de Nice, successivement mousse, soldat et contrebandier, Masséna s'engage comme volontaire en 1791, bien qu'il soit, de par sa naissance niçoise, encore sujet du roi de Sardaigne ; c'est à l'armée d'Italie qu'il prend tous ses grades à partir de 1792 ; en 1796-1797, il s'impose comme le meilleur et le plus habile des lieutenants de Bonaparte, qui l'appelle « l'enfant chéri de la […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-massena/#i_22490

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 302 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le Directoire »  : […] La Constitution soumise à référendum par la Convention, en octobre 1795, était assortie de décrets stipulant la réélection des deux tiers de l'Assemblée actuelle. Pour prévenir de telles mesures, les royalistes fomentèrent une révolte à Paris. La Convention donna des pouvoirs dictatoriaux à Paul Barras qui, ne voulant pas s'appuyer sur le commandant des troupes de l'Intérieur, nomma Bonaparte com […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/napoleon-ier-bonaparte/#i_22490

PIE VI, GIANNANGELO BRASCHI (1717-1799) pape (1775-1799)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 428 mots

D'une noble famille de Cesena, Giovanni Angelico (Giannangelo) Braschi fut élevé par les Jésuites. Juriste, il devint secrétaire du cardinal Raffo en 1740, puis secrétaire papal et chanoine de Saint-Pierre en 1755 ; il ne fut ordonné prêtre qu'en 1758. Nommé trésorier de l'Église romaine par Clément XIII (1766) et cardinal par Clément XIV (1773), il est élu pape en 1775. Se laissant d'abord absorb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/giannangelo-pie-vi/#i_22490

PONT DE LODI BATAILLE DU (10 mai 1796)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 312 mots
  •  • 1 média

Cette bataille spectaculaire mais d'importance secondaire s'est déroulée pendant la première campagne italienne de Bonaparte. Ce dernier y gagna la confiance et la loyauté de ses troupes, qui le surnommèrent « le petit caporal » en reconnaissance de son courage personnel. La bataille se déroula au pont de Lodi , qui enjambe la rivière Adda, à 31 kilomètres au sud-est de Milan. Elle mit aux prises […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bataille-du-pont-de-lodi/#i_22490

SARDAIGNE

  • Écrit par 
  • André PALLUEL-GUILLARD, 
  • Pierre-Yves PÉCHOUX
  • , Universalis
  •  • 3 144 mots
  •  • 3 médias

Dans le chapitre « Révolution et réaction (1792-1848) »  : […] Du fait de cette passivité diplomatique et de la prudence de Victor-Amédée III, le régime se teintait de conservatisme au moment où les idées nouvelles se répandaient dans l'opinion. La Révolution française vint donc ébranler un État mal préparé. En 1792, la Savoie et Nice étaient perdues, la Sardaigne se soulevait, en Piémont complots et émeutes se succédaient. En 1796 enfin, les Français franch […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/sardaigne/#i_22490

Pour citer l’article

Jean TULARD, « ITALIE CAMPAGNES D' (1796-1797 et 1800) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 30 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/campagnes-d-italie/