UNIGENITUS BULLE (1713)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

La publication de la bulle Unigenitus (1713) forme l'épisode principal de l'histoire du second jansénisme, lié à l'œuvre et à l'action de Pasquier Quesnel. Le rôle de ce dernier comme chef du parti janséniste, découvert lors de son arrestation à Bruxelles en 1703, détermine les adversaires du mouvement — Louis XIV et Mme de Maintenon, les Jésuites et leurs partisans, tel Fénelon — à susciter une condamnation contre l'ancien ami d'Arnauld. L'ouvrage de Quesnel qui se trouve visé est son Nouveau Testament en français avec des réflexions morales sur chaque verset (plus souvent cité sous le titre de Réflexions morales), publié sous une première forme en 1671, plusieurs fois grossi et réédité par la suite. Cet ouvrage à grand succès a été loué par plusieurs prélats et attaqué par d'autres.

La bulle ou constitution Unigenitus, que Louis XIV avait sollicitée du pape Clément XI, condamne cent une propositions extraites de cet ouvrage et citées mot à mot pour éviter toute tactique de défense reprenant la distinction du droit et du fait. Elles peuvent se ranger sous divers chefs : la grâce (sa nécessité pour toute bonne œuvre, son efficacité souveraine, la prédestination gratuite), la morale (l'amour de Dieu seul principe du bien), la pénitence (la crainte du châtiment ne saurait suffire à la fonder), l'Église (tout fidèle en est membre à part entière pourvu qu'il soit sanctifié), la lecture de l'Écriture sainte (recommandée à tous, même au simple peuple). La doctrine de la grâce n'est donc pas seule visée, mais aussi l'esprit gallican et richériste, favorable à une constitution démocratique de l'Église.

Si la bulle monte en épingle certaines audaces de langage de Quesnel, il eût été possible de les corriger par d'autres citations ; d'ailleurs, nombre de propositions, tout au plus « suspectes » ou « malsonnantes », ne sauraient passer pour proprement hérétiques. Un tel traitement explique le malaise q [...]


1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages



Écrit par :

  • : agrégé de l'Université, docteur ès lettres, professeur de littérature française à l'université de Paris-IV-Sorbonne

Classification


Autres références

«  UNIGENITUS BULLE (1713)  » est également traité dans :

APPELANTS, histoire religieuse

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 592 mots

Jansénistes, adversaires de la constitution Unigenitus au xviii e siècle. La « paix de l'Église », imposée par Clément IX, en 1668, aux querelles autour du jansénisme, a régné à peu près, surtout en France, jusqu'au pontificat de Clément XI (élu en 1700). En 1702, un « cas de conscience », signé de quarante docteurs de Sorb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appelants-histoire-religieuse/#i_33870

BENOÎT XIII, PIETRO FRANCESCO ORSINI (1649-1730) pape (1724-1730)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 385 mots

Né à Gravina (dans le royaume de Naples), religieux dominicain (1667) sous le nom de Vincenzo Maria, cardinal à vingt-trois ans (1672) par la faveur de Clément X, son parent, évêque de Manfredonia (1675), puis de Césène en Romagne (1680), archevêque de Bénévent (1686), P. F. Orsini s'acquitta de ses tâches pastorales avec zèle et compétence. Élu pape le 29 mars 1724, il choisit le nom de Benoît et […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/pietro-francesco-benoit-xiii/#i_33870

CLÉMENT XI, GIANFRANCESCO ALBANI (1649-1721) pape (1700-1721)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 531 mots

Né à Urbino, G. Albini, après ses études au Collège romain, fit carrière dans l'administration pontificale ; il devint secrétaire aux Brefs en 1687 et fut créé cardinal en 1690. Homme austère, il n'accepta qu'avec répugnance la charge pontificale. Caractère assez indécis, trop confiant dans la bonne foi de ses partenaires, il ne réussit qu'assez médiocrement dans ses diverses entreprises. Les inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianfrancesco-clement-xi/#i_33870

FLEURY ANDRÉ HERCULE DE (1653-1743) cardinal français

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 935 mots

Fils d'un receveur des décimes, André Hercule de Fleury fut voué, en raison de la pauvreté de sa famille, à la carrière ecclésiastique. Il fut introduit à la cour par le cardinal de Bonzi, grand aumônier de la reine Marie-Thérèse et recueillit sa succession en 1679. Après la mort de la reine, il fut expédié dans l'évêché de Fréjus, où l'avait placé, disait-il, « l'indignation divine ». Néanmoins, […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-hercule-de-fleury/#i_33870

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le second jansénisme »  : […] Pasquier Quesnel (1634-1719) a publié en 1671 des Réflexions morales sur le Nouveau Testament progressivement enrichies jusqu'à la monumentale édition de 1695. Bossuet et Noailles – qui devient archevêque de Paris – ont approuvé cet ouvrage « plein d'onction » qui s'efforce d'être thomiste et prône une piété bérullienne. Mais il est vrai aussi qu'il refuse la rédemption univ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_33870

NOAILLES LOUIS ANTOINE DE (1651-1729)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 553 mots

Archevêque de Paris en 1695, après avoir été évêque de Cahors (1679), puis de Châlons (1680). Cardinal en 1700, Noailles doit son élévation au caractère illustre de sa famille, à sa réputation de piété, à la protection de M me  de Maintenon. Il est mêlé à la querelle quiétiste. En 1694-1695, il participe, aux côtés de Bossuet, à l'examen des écrits de Fénelon et de M […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-antoine-de-noailles/#i_33870

Pour citer l’article

Jean MESNARD, « UNIGENITUS BULLE (1713) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 09 octobre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulle-unigenitus/