QUESNEL PASQUIER (1634-1719)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oratorien français, lié à la défense du jansénisme et à ses controverses. Né à Paris, élève des jésuites du collège de Clermont, Quesnel entre à l'Oratoire en 1657. Il y est dirigé par le père Berthad. Ordonné prêtre en 1659, il est mêlé aux querelles jansénistes (il se trouve en 1666 au séminaire oratorien de Saint-Magloire, où se cache alors Antoine Arnauld). Après la « paix de l'Église », il publie Le Nouveau Testament en français avec des réflexions morales... (1669), habituellement connu sous le titre de Réflexions morales, ouvrage d'inspiration augustinienne, dont les rééditions successives accentueront l'hostilité au molinisme et la défense des Cinq Propositions condamnées chez Jansénius. Éloigné de Paris en 1678, Quesnel se voit contraint de s'exiler à Mons, puis à Bruxelles, après l'assemblée générale des Oratoriens de 1684. À Bruxelles, il retrouve Arnauld avec qui il vivra jusqu'à la mort de celui-ci (1694). Il entretient un important réseau de correspondants en France et dans les Pays-Bas autrichiens ; son activité, découverte, le fait accuser de conspiration : il est emprisonné à Malines en 1703, mais réussit à s'évader et, par Liège, à gagner la Hollande. Il reste jusqu'à sa mort très actif dans les affaires des jansénistes réfugiés aux Pays-Bas et dans la lutte contre la constitution Unigenitus.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « QUESNEL PASQUIER - (1634-1719) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 07 octobre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pasquier-quesnel/