QUESNEL PASQUIER (1634-1719)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Oratorien français, lié à la défense du jansénisme et à ses controverses. Né à Paris, élève des jésuites du collège de Clermont, Quesnel entre à l'Oratoire en 1657. Il y est dirigé par le père Berthad. Ordonné prêtre en 1659, il est mêlé aux querelles jansénistes (il se trouve en 1666 au séminaire oratorien de Saint-Magloire, où se cache alors Antoine Arnauld). Après la « paix de l'Église », il publie Le Nouveau Testament en français avec des réflexions morales... (1669), habituellement connu sous le titre de Réflexions morales, ouvrage d'inspiration augustinienne, dont les rééditions successives accentueront l'hostilité au molinisme et la défense des Cinq Propositions condamnées chez Jansénius. Éloigné de Paris en 1678, Quesnel se voit contraint de s'exiler à Mons, puis à Bruxelles, après l'assemblée générale des Oratoriens de 1684. À Bruxelles, il retrouve Arnauld avec qui il vivra jusqu'à la mort de celui-ci (1694). Il entretient un important réseau de correspondants en France et dans les Pays-Bas autrichiens ; son activité, découverte, le fait accuser de conspiration : il est emprisonné à Malines en 1703, mais réussit à s'évader et, par Liège, à gagner la Hollande. Il reste jusqu'à sa mort très actif dans les affaires des jansénistes réfugiés aux Pays-Bas et dans la lutte contre la constitution Unigenitus.

—  Jean-Robert ARMOGATHE

Écrit par :

Classification


Autres références

«  QUESNEL PASQUIER (1634-1719)  » est également traité dans :

APPELANTS, histoire religieuse

  • Écrit par 
  • Jean-Robert ARMOGATHE
  •  • 592 mots

Jansénistes, adversaires de la constitution Unigenitus au xviii e siècle. La « paix de l'Église », imposée par Clément IX, en 1668, aux querelles autour du jansénisme, a régné à peu près, surtout en France, jusqu'au pontificat de Clément XI (élu en 1700). En 1702, un « cas de conscience », signé de quarante docteurs de Sorb […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/appelants-histoire-religieuse/#i_33867

CLÉMENT XI, GIANFRANCESCO ALBANI (1649-1721) pape (1700-1721)

  • Écrit par 
  • André DUVAL
  •  • 531 mots

Né à Urbino, G. Albini, après ses études au Collège romain, fit carrière dans l'administration pontificale ; il devint secrétaire aux Brefs en 1687 et fut créé cardinal en 1690. Homme austère, il n'accepta qu'avec répugnance la charge pontificale. Caractère assez indécis, trop confiant dans la bonne foi de ses partenaires, il ne réussit qu'assez médiocrement dans ses diverses entreprises. Les inte […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/gianfrancesco-clement-xi/#i_33867

JANSÉNISME

  • Écrit par 
  • Louis COGNET, 
  • Jean DELUMEAU, 
  • Maurice VAUSSARD
  •  • 4 137 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Le second jansénisme »  : […] Pasquier Quesnel (1634-1719) a publié en 1671 des Réflexions morales sur le Nouveau Testament progressivement enrichies jusqu'à la monumentale édition de 1695. Bossuet et Noailles – qui devient archevêque de Paris – ont approuvé cet ouvrage « plein d'onction » qui s'efforce d'être thomiste et prône une piété bérullienne. Mais il est vrai aussi qu'il refuse la rédemption univ […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jansenisme/#i_33867

UNIGENITUS BULLE (1713)

  • Écrit par 
  • Jean MESNARD
  •  • 553 mots

La publication de la bulle Unigenitus (1713) forme l'épisode principal de l'histoire du second jansénisme, lié à l'œuvre et à l'action de Pasquier Quesnel. Le rôle de ce dernier comme chef du parti janséniste, découvert lors de son arrestation à Bruxelles en 1703, détermine les adversaires du mouvement — Louis XIV et M me  de Maintenon, les Jésuites e […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bulle-unigenitus/#i_33867

Pour citer l’article

Jean-Robert ARMOGATHE, « QUESNEL PASQUIER - (1634-1719) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 13 novembre 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/pasquier-quesnel/