FLEURY ANDRÉ HERCULE DE (1653-1743) cardinal français

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Fils d'un receveur des décimes, André Hercule de Fleury fut voué, en raison de la pauvreté de sa famille, à la carrière ecclésiastique. Il fut introduit à la cour par le cardinal de Bonzi, grand aumônier de la reine Marie-Thérèse et recueillit sa succession en 1679. Après la mort de la reine, il fut expédié dans l'évêché de Fréjus, où l'avait placé, disait-il, « l'indignation divine ». Néanmoins, il avait su, par son attitude modeste, gagner la confiance de Mme de Maintenon et celle de Louis XIV. Celui-ci le désigna comme précepteur de son arrière-petit-fils, le futur Louis XV. Fleury prit son rôle à cœur : il réunit autour de son élève d'excellents professeurs, lui donna le goût des sciences et de la géographie et sut se faire obéir sans éclats d'autorité. En retour, l'orphelin lui voua un attachement qui, en dépit des cabales, ne se démentit jamais. Fleury a soixante-treize ans quand, en 1726, il reçoit la place, sinon le titre, de Premier ministre et, la même année, le chapeau de cardinal. Bel homme, de santé robuste, patient et tenace, sachant plier devant la nécessité et cacher sa volonté de puissance sous des dehors modestes et souriants, il avait beaucoup étudié et beaucoup appris pour compenser l'obscurité de ses origines. Lorsqu'il accède au pouvoir, il a adroitement manœuvré pour faire tomber le duc de Bourbon, son prédécesseur ; mais son ambition personnelle n'est pas seule en cause ; le nouveau cardinal est persuadé qu'il est le seul à pouvoir gouverner la France. Le roi n'a que seize ans et lui a donné toute sa confiance. Les idées de Fleury sont simples et peuvent se résumer en un mot : maintenir. Maintenir l'absolutisme royal, l'équilibre des finances, la paix à l'intérieur et à l'extérieur. Il s'entoure d'hommes solides et efficaces : Chauvelin aux Affaires étrangères, Le Pelletier des Forts puis Orry aux Finances, Maurepas à la Marine, Saint-Florentin aux Affaires religieuses puis à la Maison du roi.

Le premier acte du gouvernement est de fixer la valeur de la livre tournois, valeur qui, contrairement [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

Classification


Autres références

«  FLEURY ANDRÉ HERCULE DE (1653-1743) cardinal français  » est également traité dans :

LOUIS XV (1710-1774) roi de France (1715-1774)

  • Écrit par 
  • Solange MARIN
  •  • 1 692 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « L'héritier du trône »  : […] Le Grand Dauphin, fils du Roi-Soleil, est mort en 1711 ; en 1712, c'est le tour de son petit-fils, le duc de Bourgogne, de la femme de celui-ci, Marie-Adélaïde, et de leur fils aîné, le duc de Bretagne, âgé de cinq ans, tous trois enlevés par la rougeole pourprée et par les pratiques des médecins de la cour : la purge et la saignée. Le jeune Louis est sauvé de leurs mains par son rang infime dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/louis-xv/#i_14515

Pour citer l’article

Solange MARIN, « FLEURY ANDRÉ HERCULE DE (1653-1743) cardinal français », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 juillet 2019. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/andre-hercule-de-fleury/