BUENOS AIRES

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Ville duale

Les coups de boutoir portés par la dictature (1976-1983) puis les réformes libérales ont détruit ce modèle de ville plus intégrateur et plus égalitaire que partout ailleurs en Amérique latine. Après la débâcle de l'économie argentine en 2001, au plus fort de la crise, c'est plus de la moitié de la population de la métropole qui vit au-dessous du seuil de pauvreté. La paupérisation d'une large partie des classes moyennes d'un côté et l'enrichissement d'un petit nombre de l'autre dessinent de nouvelles formes de ségrégation, dans un modèle de ville plus éclaté et plus inégalitaire.

En effet, le tournant libéral des années 1990 se traduit par la privatisation des services et par de grandes opérations immobilières. Le recyclage des friches portuaires de Puerto Madero en water front, le développement des shopping centers, la construction d'une hôtellerie de luxe, l'apparition d'immeubles « intelligents » (équipés de fibres optiques) et enfin la prolifération de tours résidentielles, sur le modèle de la tour « Le Parc » haute de 150 mètres, occupant un pâté de maison, surveillées 24 heures sur 24 et dotées de nombreux équipements (piscine, solarium, gymnase, spa) caractérisent le nouveau modèle urbain. Ces opérations traduisent les profondes mutations de l'économie urbaine. Le port, concurrencé par Bahía Blanca et Rosario, ne joue plus un rôle central dans la vie économique de la cité ; le trafic est désormais circonscrit à la zone de Puerto Nuevo, habilitée en 1979 à recevoir les conteneurs, et au port pétrolier de Dock Sud. La région métropolitaine reste la première région industrielle du pays, mais la législation de la période militaire obligeant les industries à s'installer au-delà de la deuxième couronne a provoqué une désindustrialisation brutale dans les espaces centraux, libérant de très nombreux bâtiments (usines, entrepôts) et terrains, et créant ainsi des opportunités d'investissements dans les zones les plus convoitées. Le recyclage du patrimoine industriel en studios de cinéma, en shopping centers, en salle symphonique, en hôtels de luxe, en lofts participent à la nouvelle image de la ville. Les gratte-ciel gagnent désormais les quartiers traditionnels de maisons basses (Palermo Soho, Palermo Hollywood) ainsi que les communes résidentielles de l'axe nord, de Vicente López jusqu'au delta du Tigre. Le fossé est immense entre la ville glamour, stimulée par le tourisme, le boom immobilier et les industries culturelles, et l'immense majorité des banlieues appauvries. Mais, durant ces mêmes années, l'apparition aussi massive que soudaine de quartiers fermés, d'« enclaves résidentielles », complexifie le paysage urbain de l'extrême périphérie, « espace complexe, hybride, déroutant, entre bourg rural de la Pampa, tentacule d'une métropole du Tiers Monde et surburbia américaine » (Guy Thuillier, 2000).

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

Médias de l’article

Argentine : carte administrative

Argentine : carte administrative
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Buenos Aires : l'agglomération

Buenos Aires : l'agglomération
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Danseurs de tango, enseigne à Buenos Aires

Danseurs de tango, enseigne à Buenos Aires
Crédits : Peter Adams/ The Image Bank/ Getty Images

photographie

Buenos Aires: la place de Mai

Buenos Aires: la place de Mai
Crédits : Jeremy Woodhouse/ Photodisc/ Getty Images

photographie

Afficher les 4 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BUENOS AIRES  » est également traité dans :

ARCHITECTURE CONTEMPORAINE - Une architecture plurielle

  • Écrit par 
  • Joseph ABRAM, 
  • Kenneth FRAMPTON, 
  • Jacques SAUTEREAU
  •  • 11 648 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Le régionalisme, le réalisme et le néo-constructivisme »  : […] Aujourd'hui, il est impossible de prévoir avec certitude la direction future de la pratique architecturale. Dans une économie où la production artisanale a dégénéré au point d'être inaccessible ou du moins excessivement coûteuse, le néo-productivisme se révélera sans aucun doute comme la seule approche capable de susciter un niveau de qualité convenable pour un prix déterminé. Entre-temps et dans […] Lire la suite

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL, 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 36 989 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les mutations sociales »  : […] Durant la période de construction et de développement de l'Argentine moderne, de 1880 à 1930, l'immigration a constitué le phénomène dominant. Cet afflux d'étrangers s'arrête avec la crise de 1930 et dès lors le mouvement démographique sera purement national. Il se révélera très rapide, comme il se doit pour une population jeune : 9 millions d'habitants au recensement de 1914, 16 millions à celui […] Lire la suite

COPPOLA HORACIO (1906-2012)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 377 mots

Photographe argentin de l'avant-guerre, Horacio Coppola saisit dans ses clichés en noir et blanc l'énergie brute du Buenos Aires des années 1930, imposant au regard des angles audacieux et des recadrages modernistes. Horacio Coppola naît le 31 juillet 1906 à Buenos Aires, dans une famille immigrée d'origine italienne. En 1929, il ouvre le premier ciné-club du pays et se fait remarquer par une séri […] Lire la suite

MITRE BARTOLOMÉ (1821-1906)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 416 mots
  •  • 1 média

Ayant grandi à Buenos Aires pendant la dictature de Juan Manuel de Rosas, Bartolomé Mitre partit, en 1837, pour un exil qui dura quinze ans. Il voyagea en Uruguay, en Bolivie et au Pérou, participa à des campagnes militaires, édita le journal El Mercurio et attaqua sans relâche le régime de Rosas dans ses écrits. En 1852, il retourna en Argentine en qualité de chef des forces uruguayennes qui par […] Lire la suite

PLATA LA

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 210 mots
  •  • 1 média

La ville de La Plata est une création politique argentine née de l'obligation de donner à la province de Buenos Aires une nouvelle capitale lorsque Buenos Aires fut reconnue capitale fédérale en 1880. À une soixantaine de kilomètres en aval de Buenos Aires, sur le río de La Plata, mais en retrait de la zone littorale inondable, on traça, en 1882, le damier d'une ville de fonctionnaires puis d'univ […] Lire la suite

PLATA RÍO DE LA

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD
  •  • 388 mots

L'immense estuaire (36 500 km 2 ) du río de La Plata constitue l'embouchure des fleuves Uruguay et Paraná. Long de 250 kilomètres, large d'une centaine à la hauteur de Montevideo, mais d'une profondeur toujours inférieure à 10 mètres, il sépare l'Argentine de l'Uruguay et constitue un obstacle pour la navigation : à peine recouvertes d'une mince épaisseur d'eau par la dernière transgression marine […] Lire la suite

ROSAS JUAN MANUEL DE (1793-1877)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 368 mots

Homme d'État argentin, né le 30 mars 1793 à Buenos Aires, mort le 14 mars 1877 à Burgess Farm, près de Southampton (Angleterre). Juan Manuel de Rosas est issu d'une riche famille d'éleveurs argentins. Éduqué à Buenos Aires, il passe néanmoins la majeure partie de son enfance à la campagne. Il acquiert rapidement des terres au sud du río Salado, dans la province de Buenos Aires, et, ayant rassemblé […] Lire la suite

TEATRO COLÓN, Buenos Aires

  • Écrit par 
  • René de CECCATTY
  •  • 1 355 mots

C'est le 27 septembre 1825 que fut représentée à Buenos Aires, pour la première fois, une œuvre lyrique intégrale : Le Barbier de Séville de Rossini, au Teatro Coliseo. Mais l'actuel Opéra, le Teatro Colón, ne fut inauguré que le 25 mai 1908, avec Aïda de Verdi, après un chantier de vingt ans. Pour sa construction sur l'Avenida 9 de Julio, l'équivalent argentin des Champs-Élysées, les architecte […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

8-26 janvier 2020 Bolivie. Candidature de Jeanine Áñez à l'élection présidentielle.

Le 19, Evo Morales annonce depuis Buenos Aires la décision de son parti, le Mouvement vers le socialisme (MAS), de présenter l’ancien ministre Luis Arce comme candidat à l’élection présidentielle prévue en mai. Le 24, Jeanine Áñez annonce sa candidature à l’élection présidentielle, éventualité qu’elle avait auparavant écartée. Elle justifie sa décision par la dispersion des candidatures de l’opposition au MAS, qu’elle espère rallier à la sienne. […] Lire la suite

11-28 août 2019 Argentine. Victoire des péronistes lors des primaires.

En octobre 2018, le FMI a octroyé un prêt de 57 milliards de dollars à Buenos Aires, dont 44 milliards ont déjà été versés. […] Lire la suite

24 février 2019 États-Unis. Report de la hausse des droits de douane sur les produits chinois.

Un premier report avait été convenu en décembre 2018 à l’issue du sommet du G20 à Buenos Aires. […] Lire la suite

1er décembre 2018 États-Unis – Chine. Trêve dans la guerre commerciale.

À l’issue du sommet du G20 à Buenos Aires, le président américain Donald Trump et son homologue chinois Xi Jinping concluent une trêve dans la guerre commerciale qui oppose leurs deux pays et conviennent de parvenir à un accord définitif dans les quatre-vingt-dix jours. Washington renonce au relèvement de 10 à 25 p. 100 des droits de douane déjà imposés sur 200 milliards d’importations chinoises, qui devaient s’appliquer en janvier 2019 et auquel la Chine menaçait de riposter. […] Lire la suite

30 novembre 2018 États-Unis – Canada – Mexique. Signature du nouveau traité de libre-échange nord-américain.

En marge du sommet du G20 organisé à Buenos Aires, le président américain Donald Trump, son homologue mexicain Enrique Peña Nieto et le Premier ministre canadien Justin Trudeau signent l’Accord États-Unis–Mexique–Canada (AEUMC) conclu en septembre, qui remplace le précédent Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marie-France PRÉVÔT-SCHAPIRA, « BUENOS AIRES », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 12 août 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/buenos-aires/