ROSAS JUAN MANUEL DE (1793-1877)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Homme d'État argentin, né le 30 mars 1793 à Buenos Aires, mort le 14 mars 1877 à Burgess Farm, près de Southampton (Angleterre).

Juan Manuel de Rosas est issu d'une riche famille d'éleveurs argentins. Éduqué à Buenos Aires, il passe néanmoins la majeure partie de son enfance à la campagne. Il acquiert rapidement des terres au sud du río Salado, dans la province de Buenos Aires, et, ayant rassemblé des hommes autour de lui, part vivre comme gaucho. Après avoir épousé Encarnación Ezcurra y Arquibel en 1813, il commence à gérer l'usine de salaison de viande Los Cerrillos.

En 1820, le colonel Manuel Dorrego, gouverneur de Buenos Aires, nomme Rosas à la tête de la milice provinciale. Lorsque Dorrego est renversé en 1828, Rosas s'oppose au nouveau gouverneur, Juan Lavalle. Il convoque l'ancienne assemblée législative et se fait élire gouverneur le 5 décembre 1829 grâce au soutien des gauchos. Chef des fédéralistes, Rosas se heurte aux unitaires (centralistes) de Lavalle. Bien qu'il soit autorisé à rester au pouvoir après son premier mandat de trois ans, il décide de laisser la place à son successeur légal mais reprend ses fonctions de gouverneur en 1835. Il n'accepte de revenir à ce poste qu'à la seule condition de recevoir des pouvoirs dictatoriaux.

Rosas instaure ainsi pendant dix-sept ans une dictature qui se prétend fédéraliste, mais est, en réalité, dotée d'un régime centralisé et tyrannique. Ses espions et la Mazorca, police secrète, intimident l'opposition, si bien qu'en 1840 rares sont ceux qui osent faire face à Rosas. Celui-ci ordonne que son portrait soit placardé dans les lieux publics et les églises en signe de son pouvoir suprême. Une coalition conduite par Justo José de Urquiza, renverse Rosas à la bataille de Caseros le 3 février 1852. Il est contraint de fuir en Angleterre, où il passe les dernières années de sa vie à cultiver les terres de sa propriété de Burgess Farm. Inhumée à Southampton, sa dépouille, rapatriée en 1989, repose désormais dans le cimetière de la Recoleta de Buenos Aires.

—  Universalis

Classification


Autres références

«  ROSAS JUAN MANUEL DE (1793-1877)  » est également traité dans :

ARGENTINE

  • Écrit par 
  • Romain GAIGNARD, 
  • Roland LABARRE, 
  • Luis MIOTTI, 
  • Carlos QUENAN, 
  • Jérémy RUBENSTEIN, 
  • Sébastien VELUT
  •  • 35 817 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Les difficultés et les crises de l'indépendance (1826-1852) »  : […] les exploitations pastorales de l'hinterland de Buenos Aires. Rosas, en évitant – au moins au début – de s'aliéner la nouvelle bourgeoisie du port, va asseoir définitivement en une vingtaine d'années la puissance des éleveurs pampéens. Il s'emploie à agrandir et à organiser le domaine occupé, entreprenant en 1833 la première expédition […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/argentine/#i_37578

MÁRMOL JOSÉ (1817-1871)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 241 mots

Pendant la dictature de Rosas, Mármol est, en Argentine, le porte-parole des opposants et des proscrits. En 1839, il est emprisonné à cause de ses opinions politiques, puis il doit quitter l'Argentine ; la plupart de ses œuvres datent de ces années d'exil pendant lesquelles il voyage à travers l'Amérique du Sud. En 1851, il publie un recueil de […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/jose-marmol/#i_37578

Pour citer l’article

« ROSAS JUAN MANUEL DE - (1793-1877) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/juan-manuel-de-rosas/