Abonnez-vous à Universalis pour 1 euro

MALINOWSKI BRONISLAW (1884-1942)

Une nouvelle méthode d'enquête

La nouvelle méthode d'enquête de terrain de Malinowski est celle de l'observateur participant. Le principe n'en est certes pas nouveau puisqu'il avait été énoncé plus d'un siècle avant par les Observateurs de l'homme, société savante fondée par les « Idéologues », dans le questionnaire publié en 1799 par Gerando à l'occasion de l'expédition du capitaine Baudin aux terres australes : « Le premier moyen pour bien connaître les sauvages est en quelque sorte de devenir l'un d'entre eux. » Mais c'est Malinowski qui, le premier, a réalisé une enquête participante. Les principes de la méthode sont les suivants :

– l'enquêteur doit d'abord se dépouiller de ses préjugés personnels et des préconceptions résultant de sa propre formation ;

– il cherchera à réaliser son intégration, en apprenant la langue, en partageant la vie quotidienne du village, en se faisant accepter comme l'un des membres de la communauté ;

– il se fera l'historiographe fidèle de l'existence du groupe en collectant des faits saisis « en acte », si l'on peut dire, dans le cadre d'un procès-verbal de constat (et non pas à la suite d'une simple information) ;

– il distinguera divers paliers du réel : celui de la coutume théorique, charte officielle du groupe ; celui de la pratique réellement suivie ; celui de l'interprétation que le groupe fait lui-même de ses différents modèles de comportement.

Malgré la valeur des documents ainsi collectés sur le vif, Malinowski n'a pas été entièrement fidèle à sa doctrine : entraîné par son impétuosité, il ne s'est jamais soumis à la discipline totale des modèles culturels, il n'a jamais été seulement un parmi les autres. C'est sans doute que l'observateur participant ne peut jamais oublier qu'il reste un étranger, et surtout que le groupe s'en souvient toujours.

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par

  • : professeur à la faculté des lettres et sciences humaines de Nice, membre de l'Académie des sciences d'outre-mer

. In Encyclopædia Universalis []. Disponible sur : (consulté le )

Autres références

  • ANTHROPOLOGIE

    • Écrit par Élisabeth COPET-ROUGIER, Christian GHASARIAN
    • 16 158 mots
    • 1 média
    ...Halse Rivers (1864-1922) pour lesquels le recueil direct des observations constituait la démarche préalable de toute approche ethnologique. Plus tard, Bronislaw Malinowski (1884-1942) imposa celle-ci comme méthode scientifique, une méthode impliquant la rupture avec la société de l'observateur et exigeant...
  • ANTHROPOLOGIE RÉFLEXIVE

    • Écrit par Olivier LESERVOISIER
    • 3 448 mots
    ...pas que ces derniers n'aient pas réfléchi à leurs conditions d'enquête ni qu'ils en aient ignoré la dimension subjective. Des anthropologues tels que Bronislaw Malinowski ou Marcel Griaule ont ainsi attiré l'attention sur cette « part personnelle » dans le processus d'enquête, mais sans pour autant...
  • ANTHROPOLOGIE POLITIQUE

    • Écrit par Georges BALANDIER
    • 5 811 mots
    • 1 média
    ...légitimité, un des moyens utilisés dans le cadre des compétitions politiques. Non seulement le rituel, mais le mythe aussi se soumet à cette contrainte. B.  Malinowski a considéré ce dernier comme « une charte sociale », comme un outil manipulé par les détenteurs « du pouvoir, des privilèges et de la propriété...
  • ANTHROPOLOGIE ÉCONOMIQUE

    • Écrit par Maurice GODELIER
    • 5 153 mots
    Avec Boas et Malinowski, on assiste à la découverte concrète, à l'analyse détaillée de l'existence et de l'importance de la compétition et des échanges au sein des sociétés primitives. En même temps, du fait que kulaet potlatch se développent principalement au-delà des activités...
  • Afficher les 24 références

Voir aussi