BRÉSILGéographie

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

quelques données-clés.
CapitaleBrasília
Langue officielleportugais
Unité monétairereal (BRL)
Population213 372 000 (estim. 2021)
Superficie (km2)8 502 728

Le Brésil se caractérise par une « géographie en mouvement », l'expansion agricole y est continue, la population extrêmement mobile, les réseaux urbains en évolution rapide et les quantités produites gigantesques à l'image de ce pays « en voie de développement » dans lequel les chantiers sociaux et économiques représentent un défi amplifié par la taille continentale du pays et le poids démographique de ses 193 millions d'habitants (estimation de 2009). Un espace étiré entre le 50 de latitude nord et le 330 de latitude sud, donc majoritairement tropical et qui couvre, avec 8 547 000 kilomètres carrés, les deux tiers de l'Amérique du Sud. La taille a été justifiée par les géopoliticiens qui utilisaient, dès le xixe siècle, la figure « d'île Brésil », c'est-à-dire d'un espace inclus dans des frontières naturelles établies par la liaison fluviale entre le Guaporé, fleuve amazonien, la cuvette du Pantanal et le Paraguay. Indépendant depuis 1822, après trois siècles de colonisation portugaise, le pays, déjà inscrit dans une enveloppe territoriale de 8 millions de kilomètres carrés, comptait alors 5 millions d'habitants, dont près de la moitié étaient des esclaves noirs et un cinquième des Amérindiens. Depuis cette époque, les Brésiliens vivent avec la perception que leur espace est infini, qu'il y a toujours plus loin une terre à défricher, une mine à exploiter. L'esprit de conquête des pionniers bandeirantes reste manifeste, incarné par une indéniable créativité fondée sur la mobilité et le métissage.

Brésil : carte physique

Carte : Brésil : carte physique

Carte physique du Brésil. 

Crédits : Encyclopædia Universalis France

Afficher l'atlas

Le grand Brésil, cinquième pays du monde par la taille, se déploie sur une façade atlantique de 8 000 kilomètres d'un littoral battu par les alizés, et ses frontières terrestres ont une extension de 15 700 kilomètres avec dix pays voisins, dont la France, par le département de la Guyane sur 790 kilomètres. Ses sols et sous-sols révèlent de grandes richesses et le pays se trouve aux premiers rangs mondiaux pour une large gamme de produits agricoles, miniers et industriels. C'est une puissance émergente, la première de la zone intertropicale, dont le modèle économique et social sert de référence, à la fois parce qu'il réussit et innove en matière d'intégration du territoire et de démocratisation de la vie politique, alors même qu'il reste marqué par de très fortes inégalités sociales : 1 p. 100 des plus riches possède 45 p. 100 de la richesse nationale, tandis que 10 p. 100 des plus pauvres n'en possède que 2 p. 100. Dans ce pays nouvellement urbain où se côtoient haute technologie et misère profonde, le défi de l'éducation se pose avec acuité pour les enfants scolarisés – en moyenne jusqu’à quatorze ans seulement – et pour résorber le chômage chez les jeunes de 15 à 24 ans. D'excellentes universités, des centres de recherche performants ne compensent pas un nombre moyen d'années d'études, bien inférieur à celui des pays du Cône sud, tandis que le marché du travail est largement non réglementé : à peine le tiers des 101,7 millions d'actifs se trouve dans le secteur officiel. De plus, la pauvreté touche environ un quart des foyers, obligeant le recours à des politiques d'assistance, elles-mêmes difficiles à mettre en œuvre à cause de la dispersion spatiale des familles dites à risques.

Le grand obstacle à l'occupation humaine n'est pas tant le relief, peu accidenté, constitué de massifs cristallins aplanis et de plaines sédimentaires, mais plutôt les forêts ombrophiles impénétrables. Le Brésil est d'ailleurs le seul pays à être désigné par un nom d'arbre, ce fameux « bois de braise » de la forêt atlantique qui a fait sa renommée au xvie siècle. Les grandes forêts tropicales de la façade atlantique, ou équatoriales de l'Amazonie, couvraient à l'origine les deux tiers du pays ; il ne subsiste aujourd'hui plus que 7 p. 100 des premières et 80 p. 100 des secondes. La défense de ces écosystèmes riches de milliers d'espèces non encore inventoriées se met en place, de même que pour les savanes du cerrado qui tapissent le plateau central où se situe la capitale, Brasília. Outre sa remarquable biodiversité, le Brésil dispose également d'immenses réserves d'eau (14 p. 100 des eaux de la planète) et, fort de sa biomasse tropicale, le pays entreprend des innovations technologiques (tropicalisation du soja, production d'alcool de canne à sucre, de cellulose d'eucalyptus...). Longtemps, l'accent a été mis sur les obstacles à la mise en valeur des zones tropicales : sols lessivés, maladies endémiques, moustiques..., mais les progrès en agronomie, en épidémiologie, en infrastructures ont permis de dépasser les contraintes du milieu ; le problème de développement à surmonter reste principalement celui des distances.

Une « brésilianité » inscrite dans le territoire

La population brésilienne jeune (40 p. 100 des Brésiliens ont moins de vingt ans), nombreuse (5e rang mondial), mélangée (selon le recensement de 2000 : 55 p. 100 de Blancs, 39 p. 100 de Métis, 6 p. 100 de Noirs), manifeste son dynamisme et sa créativité dans l'affirmation d'une identité métisse originale où se mêlent couleurs de peau et origines. Toutes sortes de parcours migratoires, de cultures urbaines ou rurales constituent la « brésilianité », ce mode d'organisation de l'espace propre aux Brésiliens, cette alchimie particulière d'un peuple modelé par la conquête territoriale et par sa façon de se mouvoir sur son territoire.

Le métissage, dû à l'intense processus de mélange entre les trois « races » fondatrices du peuple brésilien : les Amérindiens, les Blancs et les Noirs, a été délibérément présenté dans les années 1930 de manière positive. Ce mythe de l'harmonie du mélange, régulièrement repris et reconstruit par les élites, semble servir à masquer les inégalités structurelles d'une société marquée par trois siècles d'esclavage. Aux 3 millions d'Amérindiens, décimés à chaque contact avec les Blancs, au 1,5 million de Portugais, arrivés régulièrement depuis cinq siècles, et aux 3,5 millions d'Africains, importés comme esclaves entre 1560 et 1850, se sont ajoutés environ 3 millions de migrants venus essentiellement d'Europe (Italiens, Allemands...) et du Proche-Orient (Syro-Libanais), après l'abolition de l'esclavage (1888), et fixés plutôt dans le sud du pays. L'immigration européenne était encouragée car elle devait permettre de surmonter la prétendue fatalité géographique des handicaps de la tropicalité (insalubrité du climat, fréquence des épidémies, excès ou manque d'eau...).

Ces mouvements migratoires qui avaient d'abord donné naissance à une population de métis d'Indiens, de Noirs et de Blancs formant les masses rurales de caboclos, principalement dans la moitié nord du pays, ont conduit, à la fin du xixe siècle, au « blanchiment » (la propo [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 16 pages

Médias de l’article

Brésil : carte physique

Brésil : carte physique
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Brésil : l'espace rural

Brésil : l'espace rural
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Pain de Sucre, Rio de Janeiro

Pain de Sucre, Rio de Janeiro
Crédits : Rodrigo Soldon Souza/ Flickr ; CC-BY-ND 2,0

photographie

Brésil : dynamiques territoriales

Brésil : dynamiques territoriales
Crédits : Encyclopædia Universalis France

carte

Afficher les 8 médias de l'article


Écrit par :

Classification

Autres références

«  BRÉSIL  » est également traité dans :

BRÉSIL - La conquête de l'indépendance nationale

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 6 213 mots
  •  • 4 médias

L'indépendance politique acquise par le Brésil, au début du xixe siècle, influe sur sa vie économique. Le roi du Portugal, fuyant Napoléon, se réfugie à Rio en 1808 et ouvre aussitôt les ports brésiliens au commerce extérieur. Le pacte colonial est aboli : désormais, les navires et les produits étrangers entren […] Lire la suite

BRÉSIL - Le Brésil contemporain

  • Écrit par 
  • Luiz Felipe de ALENCASTRO
  •  • 5 659 mots
  •  • 6 médias

Avec la Constitution de 1988, le Brésil a mis un terme à la transition vers la démocratie amorcée à la fin du régime autoritaire (1964-1985). Depuis lors, des crises politiques et des amendements à la Constitution ont encore fait évoluer le cadre institutionnel. La destitution du président Fernando Collor de Mello, votée par le Congrès en 1992, a donné […] Lire la suite

BRÉSIL - Économie

  • Écrit par 
  • Jacques BRASSEUL
  •  • 6 368 mots
  •  • 6 médias

Au Brésil, l'industrialisation et la croissance n'ont pas permis de corriger tous les déséquilibres, notamment de fortes inégalités, ni d'éliminer encore la misère. Mais il s'agit d'un pays-continent, multiethnique, où les écarts régionaux et sociaux sont inévitables. Un pays qui était, en 2013, la septième puissance économique mondiale selon le PIB en parité de pouvoir d’achat (devant la France), […] Lire la suite

BRÉSIL - La littérature

  • Écrit par 
  • Mario CARELLI, 
  • Ronny A. LAWTON, 
  • Michel RIAUDEL, 
  • Pierre RIVAS
  •  • 12 484 mots

La littérature brésilienne naît de sa matrice portugaise, et une des questions est de savoir si elle en constitue un rameau jusqu'à l'indépendance du pays en 1822, ou si elle prend son autonomie avec la « découverte » de celui-ci en 1500. Le problème de la périodisation est un enjeu décisif de son identité où s'affrontent lectures historico-sociologiques et critères stylistiques. Cette littérature […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Martine DROULERS, « BRÉSIL - Géographie », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 02 décembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bresil-geographie/