BOUTROS-GHALI BOUTROS (1922-2016)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Spécialiste mondialement connu du droit international, Boutros Boutros-Ghali a été ministre des Affaires étrangères de l'Égypte (1977-1991), secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (1992-1996) et secrétaire général de la Francophonie (1997-2002).

Boutros Boutros-Ghali

Boutros Boutros-Ghali

photographie

Secrétaire général de l'ONU au moment de la guerre en ex-Yougoslavie, de la crise en Somalie et du génocide au Rwanda, Boutros Boutros-Ghali (s'exprimant ici à la tribune des Nations unies à New York le 27 septembre 1995) fut désigné, notamment par Washington, comme bouc émissaire des... 

Crédits : Santi Visalli/ Getty Images

Afficher

Boutros Boutros-Ghali est né au Caire en 1922, dans une famille de la grande bourgeoisie copte. Son grand-père, Boutros Ghali pacha, a été le Premier ministre de l’Égypte pendant l’occupation britannique. Après des études de droit et de relations internationales (notamment à Paris), Boutros-Ghali est professeur à l’université du Caire avant d’être nommé ministre des Affaires étrangères par le président Anouar el-Sadate en 1977, lors du tournant historique (la paix avec Israël) qu'accomplit son pays. Il est maintenu dans ses fonctions par le président Hosni Moubarak jusqu’en 1991.

Le 1er janvier 1992, Boutros Boutros-Ghali devient le sixième secrétaire général de l'Organisation des Nations unies (ONU) et le premier Africain à occuper ce poste. Son mandat, d'une durée de cinq ans, se présente sous les meilleurs auspices. Il réunit tous les atouts pour assumer avec succès sa mission de premier fonctionnaire de l'ONU. En ce début des années 1990, l'Organisation semble être en plein renouveau. En 1990-1991, le Conseil de sécurité joue un rôle politique essentiel dans la gestion et le règlement de la crise du Koweït. Les casques bleus sont déployés sur plusieurs terrains majeurs : ex-Yougoslavie, Cambodge, Somalie...

Boutros-Ghali veut être un grand secrétaire général, non le simple exécutant du Conseil de sécurité, mais le porte-parole de la majorité des États membres, et d'abord des pays du Tiers Monde, ces ignorés des grandes puissances. Cette ambition est formulée dans le célèbre Agenda pour la paix (janvier 1992). Ce document vise à clarifier et à évaluer les possibilités d'intervention de l'Organisation : développement de la diplomatie préventive afin de stopper les engrenages faisant basculer les différends dans la guerre ; promotion d'accords mettant en permanence à la disposition de l'ONU des forces nationales, mobilisables très rapidement ; en [...]

1 2 3 4 5

pour nos abonnés,
l’article se compose de 2 pages




Écrit par :

  • : conseiller des Affaires étrangères, professeur à l'Institut d'études politiques de Paris, chargé de mission à l'Institut français des relations internationales

Classification


Autres références

«  BOUTROS-GHALI BOUTROS (1922-2016)  » est également traité dans :

NATIONS UNIES (O.N.U.)

  • Écrit par 
  • Jacques FOMERAND, 
  • Cecelia M. LYNCH, 
  • Karen MINGST
  •  • 16 655 mots
  •  • 2 médias

Dans le chapitre « Maintien, rétablissement et renforcement de la paix »  : […] comprennent désormais le rétablissement et le renforcement de la paix. L'ancien secrétaire général de l'O.N.U. Boutros Boutros-Ghali a décrit ces nouvelles fonctions dans ses rapports « Programme pour la paix » (1992) et « Supplément à un programme pour la paix ». Depuis 1990, les forces de l'O.N.U. ont, par exemple, supervisé les élections dans […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/nations-unies/#i_27097

Pour citer l’article

Philippe MOREAU DEFARGES, « BOUTROS-GHALI BOUTROS - (1922-2016) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 27 novembre 2018. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/boutros-boutros-ghali/