BOURGEOISIE

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

D'autres visions de la bourgeoisie

Tandis que se construisait, à partir de la problématique marxiste, une vision théorique de la nature de la bourgeoisie et de son rôle historique, le terme même de bourgeoisie continuait sa carrière sur un mode plus modeste. Il venait à désigner un ensemble de personnes embrassant les mêmes carrières publiques ou privées, exerçant les mêmes fonctions et responsabilités, travaillant dans les mêmes métiers non manuels, partageant un certain nombre de valeurs, de choix, voire de préjugés, participant d'une même culture, vivant dans un même cadre de vie. Ainsi entendue, la bourgeoisie avait plus suscité l'ironie d'un Daumier ou d'un Flaubert que tenté la plume des historiens. Ce n'est que progressivement que ceux-ci sont revenus à une description des modes de vie bourgeois, dans leurs aspects les plus visibles comme dans les plus explicatifs (par exemple les stratégies familiales et patrimoniales des « dynasties bourgeoises »). Se portant au-delà des brillantes descriptions qui font la force de Balzac, de Dickens, de Thomas Mann, de Proust, de nombreux historiens ont tenté de cerner les logiques culturelles ou comportementales des milieux bourgeois, très variables dans le temps et dans l'espace.

Dans le contexte anglo-saxon, le terme middle class a été préféré à celui de bourgeoisie. Sans doute est-ce dû au fait que l'avance de la société anglaise dans les processus de transformation, induits par les révolutions économiques des xixe et xxe siècles, a mis précocement en évidence qu'entre les « capitalistes » et les « prolétaires » il existait toute une gamme de conditions sociales. Le terme était déjà courant sous la plume des chartistes des années 1840. Par la suite, les concepts de lower middle class et upper middle class ont envahi la sociologie et l'histoire sociale britanniques, beaucoup plus efficacement que ceux de « petite bourgeoisie » et « grande bourgeoisie », déjà usités par Marx et Proudhon, mais plus connotés politiquement et idéologiquement. Les concepts de « classes moyennes » (ou « couches moyennes », la différence entre les deux expressions ayant suscité des discussions byzantines) ou de Mittelstand sont un peu des équivalents continentaux de ces catégories anglaises. Ces concepts ont largement été repris par les historiens comme étant plus adaptés aux réalités sociales observables que les constructions marxistes.

Mais il n'est de réflexion historique que mise en perspective par une théorie. C'est ainsi une remise en question théorique du concept marxiste de bourgeoisie qui fait l'importance de l'apport historique de Max Weber. Renversant le rapport posé par Marx entre les structures explicatives et les éléments expliqués, Weber fait des structures mentales et culturelles le facteur premier, dans un certain contexte d'accumulation des richesses, du développement du capitalisme (L'Éthique protestante et l'esprit du capitalisme, 1904-1905). Il légitime ainsi le primat donné à l'étude des cultures bourgeoises, sans ignorer pour autant le fait économique capitaliste. Par ailleurs, il met l'accent non sur les « rapports sociaux de production » tels que Marx les définissait, et sur les « dominations de classe » qu'ils induisent, mais sur le « statut » des individus dans la société et les formes d'« autorité » et de « pouvoir » attachées au statut des éléments dominants. La bourgeoisie est donc ici l'ensemble des individus qui se reconnaissent ou se voient reconnaître par les autres un statut de bourgeois. Cette notion de statut a souvent été utilisée pour analyser les formes de l'existence bourgeoise.

Depuis quelques décennies, un autre concept s'est imposé, particulièrement chez les historiens français, c'est celui de « notables ». Les notables sont ceux qui exercent une influence déterminante sur la société grâce à un statut supérieur qui leur est reconnu même par les membres des classes dites « inférieures » ; cette reconnaissance ne signifiant d'ailleurs pas toujours acceptation de bon gré. Le concept est implicitement d'inspiration wébérienne. Il permet de réunir en un même groupe, éventuellement différencié en sous-groupes, l'aristocratie ancienne, la bourgeoisie possédante, les couches intellectuelles exerçant une influence politique et idéologique, les managers, etc.

Très pertinent pour les sociétés du xixe siècle, marquées par la force des compromis de classe entre la bourgeoisie et les autr [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 4 pages

La suite de cet article est accessible aux abonnés

  • Des contenus variés, complets et fiables
  • Accessible sur tous les écrans
  • Pas de publicité

Découvrez nos offres

Déjà abonné ? Se connecter

Écrit par :

  • : maître de conférences honoraire à l'université de Paris-I

Classification

Autres références

«  BOURGEOISIE  » est également traité dans :

ALLEMAGNE (Histoire) - Allemagne moderne et contemporaine

  • Écrit par 
  • Michel EUDE, 
  • Alfred GROSSER
  •  • 26 856 mots
  •  • 39 médias

Dans le chapitre « Les structures sociales »  : […] L'essor démographique s'accompagne d'une certaine transformation des structures sociales, dont beaucoup de traits sont communs à tous les États de l'Europe centrale et occidentale : diminution de la paysannerie, accroissement de la population ouvrière. Ce qui caractérise l'Allemagne, tant bismarckienne que wilhelminienne, c'est la forte position de la noblesse. Sa puissance repose sur la possessi […] Lire la suite

BEFFROIS

  • Écrit par 
  • Renée PLOUIN
  •  • 2 509 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Les beffrois municipaux »  : […] Dans l'architecture, on utilisa ces échafaudages en bois pour soutenir les cloches dans les tours de pierre. La souplesse du bois permettait d'amortir l'ébranlement provoqué par la sonnerie : la maçonnerie était ainsi préservée de toute fissure. Prenant la partie pour le tout, on arriva vite à donner le nom de beffroi à la tour contenant un beffroi et des cloches. Cependant, l'habitude s'établit d […] Lire la suite

BIEN, sociologie

  • Écrit par 
  • Michel LALLEMENT
  •  • 627 mots
  •  • 1 média

La science économique a longtemps revendiqué avec succès le monopole légitime de l’analyse des biens. Dans sa version dominante, elle rend compte de la production et de l’appropriation d’un bien privé, qu’il s’agisse d’une tomate ou d’un soin dentaire, en suivant les règles d’une institution, le marché, auquel elle prête la faculté d’allouer les ressources de façon optimale grâce à la concurrence […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classes moyennes

  • Écrit par 
  • Louis CHAUVEL
  •  • 3 626 mots
  •  • 1 média

Dans le chapitre « Des définitions statistiques insatisfaisantes »  : […] En français, l'expression classes moyennes a souvent été entendue en un sens statistique, même si l'origine étymologique de l'adjectif « moyen » renvoie en réalité à « milieu », c'est-à-dire au centre de la société. Cette classe demeure ainsi conçue, en France plus qu'ailleurs, comme un groupe relativement médiocre, constitué avant tout de « Français moyens », proches de la moyenne. Cette histoire […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - Classe dominante

  • Écrit par 
  • Gérard MAUGER
  •  • 2 471 mots

Dans le chapitre « Une classe mobilisée  »  : […] « S'il existe encore une classe, notent Michel Pinçon et Monique Pinçon-Charlot dans Sociologie de la bourgeoisie , c'est bien la bourgeoisie », groupe apparemment composite où coexistent noblesse fortunée et familles bourgeoises, industriels, hommes d'affaires, banquiers, propriétaires terriens, hauts fonctionnaires, membres de l'Institut et généraux, mais conscient de ses limites et de ses inté […] Lire la suite

CLASSES SOCIALES - La théorie de la lutte de classes

  • Écrit par 
  • André AKOUN
  •  • 8 266 mots

Dans le chapitre « Classes et conflits »  : […] La société de l'individualisme démocratique se donne un modèle ni réalisé ni réalisable qui fonctionne, au mieux, comme une « idée régulatrice » (au sens que donne Kant à cette notion) : l' individu, originairement libre, d'un côté réalise son universalité dans la politique où il se fait sujet législateur, de l'autre réalise sa particularité dans la société civile, lieu des égoïsmes et des intérêt […] Lire la suite

ÉDUCATION - Types et fins de l'éducation

  • Écrit par 
  • Viviane ISAMBERT-JAMATI
  •  • 3 810 mots

Dans le chapitre « L'émergence d'un système scolaire »  : […] Le premier dans la civilisation occidentale, Comenius préconise vers le milieu du xvii e  siècle une école commune à tous, non seulement garçons et filles, mais enfants de toutes conditions : on décèlera mieux ceux qui sont capables de suivre l'enseignement à des degrés scolaires supérieurs, déclare-t-il, si l'on renonce à toute différenciation au cours des premières années, et si l'on fait en so […] Lire la suite

ESPAGNE (Le territoire et les hommes) - De l'unité politique à la guerre civile

  • Écrit par 
  • Henri LAPEYRE
  •  • 14 279 mots
  •  • 18 médias

Dans le chapitre « Une société fortement hiérarchisée »  : […] La structure de la société espagnole s'explique par la Reconquête. Dans le royaume de Castille, c'est dans la moitié nord que cette société était le mieux équilibrée, le nombre des paysans propriétaires étant assez élevé. Au contraire, dans le sud (Nouvelle-Castille, Andalousie), les terres conquises sur les musulmans furent réparties en grands domaines et les paysans furent réduits à l'état de j […] Lire la suite

RENAISSANCE

  • Écrit par 
  • Eugenio BATTISTI, 
  • Jacques CHOMARAT, 
  • Jean-Claude MARGOLIN, 
  • Jean MEYER
  •  • 31 113 mots
  •  • 19 médias

Dans le chapitre « Une bourgeoisie riche et une aristocratie de cour »  : […] Les choses sont plus complexes en Europe occidentale et dans le Saint Empire romain germanique. On a cru pendant longtemps pouvoir affirmer le « déclin » de la noblesse française. Ruinée par les pillages de la guerre de Cent Ans, massivement amputée par les hécatombes de la peste noire, de Crécy et d'Azincourt, prisonnière de sa mentalité qui lui fait multiplier les testaments coûteux et les prati […] Lire la suite

DÉCOUVERTES GRANDES

  • Écrit par 
  • Frédéric MAURO
  •  • 7 962 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Les causes économiques »  : […] À la fin du Moyen Âge, à côté des vieilles structures féodales, s'est développée une bourgeoisie riche, qui pratique déjà un véritable commerce international, dont les grands centres sont Venise, Gênes, Lyon, Augsbourg, Munich, Bruges. Ses banques aident les rois. On comprend qu'elle soit heureuse de voir s'élargir ses marchés, d'en pressentir de nouveaux, si lointains soient-ils. La même bourgeoi […] Lire la suite

Voir aussi

Les derniers événements

17 août 2018 Suisse. Refus de naturalisation pour refus de l'égalité hommes-femmes.

La municipalité de Lausanne refuse d’octroyer la bourgeoisie communale — ce qui entraîne de facto le rejet de la naturalisation — à un couple de ressortissants d’Afrique du Nord qui avait refusé de serrer la main de personnes de sexe opposé appartenant à la commission des naturalisations. Elle estime que cette attitude ne respecte pas « un principe fondamental de [la] Constitution et un pilier de [la] société, soit l’égalité entre hommes et femmes ». […] Lire la suite

11-12 octobre 1983 Chine. Lancement de la campagne de rectification du parti

« pour qu'ils osent lutter contre les forces hostiles qui sapent le socialisme et qu'ils combattent la pollution morale de la bourgeoisie ». […] Lire la suite

1er août 1982 Kenya. Échec d'une tentative de coup d'État

Si le régime kenyan reste l'un des plus libéraux d'Afrique, le durcissement récent de la politique du président Arap Moi (institution du parti unique, arrestations arbitraires d'universitaires) a provoqué une désaffection de la jeunesse, des intellectuels et de la petite bourgeoisie rurale. Le bilan des victimes des combats se situerait entre 200 et 300 morts dont 71 membres de l'armée de l'air. […] Lire la suite

Pour citer l’article

Pierre SALY, « BOURGEOISIE », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 06 décembre 2022. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bourgeoisie/