BORNOU

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

L'apogée

À partir du xvie siècle, l'État bornouan traverse une longue période de splendeur. Sous le règne d'Idriss Alaoma (1580-1617), il connaît son apogée.

Les conquêtes d'Idriss Alaoma et de ses prédécesseurs donnèrent à l'empire les limites qu'il garda jusqu'au début du xixe siècle. Le royaume proprement dit correspond à la région du Bornou, essentiellement peuplée de Kanouri mêlés à des Khoyam, à des Arabes et à des Beddés ; il s'y ajoute des États vassaux comme le Kanem, le Baguirmi, les principautés Kotoko, etc. Les marches de l'empire sont inégalement contrôlées : vers le nord, l'empire s'efforce d'imposer son autorité aux nomades : Touaregs Kel Owi, Teda et Daza. Vers le sud, il tente d'asservir les populations païennes. Vers l'ouest, il essaie de contrôler les royaumes Haoussa.

Les institutions politiques

Le système politique bornouan revêt certains caractères qui l'apparentent au féodalisme. À la tête de l'empire est placé le souverain ou maï. Cette fonction est héréditaire au sein de la ligne masculine de la Sefuwa Magumi. Le principe d'hérédité est cependant tempéré par le choix : s'il s'est assuré un pouvoir incontesté, le maï peut désigner de son vivant son successeur qui prend alors le titre de chiroma ; sinon, c'est le Grand Conseil qui désigne le nouveau monarque parmi les fils du maï, chacun de ceux-ci pouvant prétendre au trône. L'étiquette est stricte et le cérémonial riche. Le souverain dispose d'un pouvoir, qui peut être absolu si sa personnalité est forte, ou réduit s'il se laisse guider par le Grand Conseil ou les intrigues de sa cour. Les membres de la famille royale sont détenteurs de titres et d'influence : la reine mère (magira), la première épouse (gumsa), les princes et les princesses (maïna). Pour contrebalancer les pressions venant de sa famille ou des nobles du Grand Conseil, le souverain s'entoure de conseillers, les kogona, dont il s'assure la loyauté et la fidélité ; les uns sont de naissance libre (les kambé), d'autres sont des esclaves (les katchella).

L'administration de l'empire est assurée [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 5 pages

Écrit par :

Classification

Autres références

«  BORNOU  » est également traité dans :

BAGUIRMI ROYAUME DU

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 386 mots

La fondation du royaume du Baguirmi entre le lac Tchad et le Chari se situe vers la fin du xvi e siècle. Selon la tradition, un groupe de chasseurs kinga, sous la conduite de Birni Mbese ou de Dokkenge, aurait fondé Massenya et obligé les populations de la région à rejeter la domination des Bilala. Une autre tradition attribue la création du Baguirmi à des Peul originaires du Fouta Toro. Une dern […] Lire la suite

CAMEROUN

  • Écrit par 
  • Maurice ENGUELEGUELE, 
  • Jean-Claude FROELICH, 
  • Roland POURTIER
  •  • 12 064 mots
  •  • 6 médias

Dans le chapitre « Les civilisations traditionnelles »  : […] Pendant longtemps le Sud, couvert de forêts, fut hostile à l'homme et ne permit pas l'éclosion de vraies civilisations ; en revanche, les pays des savanes participèrent aux vicissitudes historiques des peuples soudanais riverains du lac Tchad. Un peuple légendaire, les Sao, aurait vécu au bord du Logone, dès le xiii e ou le xiv e  siècle. Il enterrait ses morts dans des urnes de grande taille, do […] Lire la suite

HAOUSSA ROYAUMES (XIVe-XVe s.)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 505 mots

Quoique obscurcie par la légende, l'histoire des États haoussa, qui occupaient le nord-est du Nigeria actuel, est connue depuis le xii e  siècle. Il y aurait eu sept États « légitimes » (Biram, Daoura, Kano, Gobir, Katsena, Rano et Zaria) et sept États « bâtards », pays peut-être passés sous la domination haoussa. Mais c'est surtout à partir du xiv e  siècle que l'histoire haoussa paraît claire. L […] Lire la suite

RABAH (1845-1900)

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 294 mots

Appelé Rabah par les Français, Rabih Fadl Allah ou Rabih Zubair est né en 1845 à Khartoum. Il commence par participer au trafic des esclaves dans le Bahr el-Ghazal, au service de Zubair Rahma Mansour, puis du fils de celui-ci, Suleiman. Lorsque Suleiman est vaincu par les troupes égyptiennes de Gessi Pacha, en 1879, Rabah se réfugie avec les survivants chez les Azandé, où il fonde un sultanat de 1 […] Lire la suite

SAO

  • Écrit par 
  • Alfred FIERRO
  •  • 444 mots

Selon la tradition de la région du lac Tchad, les Sao auraient été des géants dotés d'une force prodigieuse. Tous les récits font venir ce peuple de l'est et l'associent à des réminiscences bibliques. En 930, Ibn Hawqal signale l'existence des Sao au sud du lac Tchad, dans la zone située entre le Chari et la Komadougou Yobé. En 970, ils sont installés à Minntour, la plus ancienne cité sao du Borno […] Lire la suite

Voir aussi

Pour citer l’article

Martin VERLET, « BORNOU », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 21 octobre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/bornou/