RABAH (1845-1900)

Appelé Rabah par les Français, Rabih Fadl Allah ou Rabih Zubair est né en 1845 à Khartoum. Il commence par participer au trafic des esclaves dans le Bahr el-Ghazal, au service de Zubair Rahma Mansour, puis du fils de celui-ci, Suleiman. Lorsque Suleiman est vaincu par les troupes égyptiennes de Gessi Pacha, en 1879, Rabah se réfugie avec les survivants chez les Azandé, où il fonde un sultanat de 1880 à 1884. En 1885, se prétendant investi par le Mahdi (Mohammed Ahmed) qui régnait sur un territoire correspondant au Soudan actuel, il envahit le Dar-Banda.

En 1891, Rabah massacre la mission Crampel, envoyée par la France, puis marche sur le Ouaddaï. Mais il est défait et doit se replier dans les régions du sud de l'actuelle république du Tchad. En 1894, il s'avance vers le nord, attaquant le Baguirmi et le Bornou. La capitale du Baguirmi, Massenya, est prise et détruite. Rabah crée un État centré sur le sud du lac Tchad et choisit Kouka pour capitale. En 1897, le sultan du Baguirmi, Abd er-Rhamane Gaourang II, accueille la mission Gentil et se place sous le protectorat français. Mais Gentil, comme précédemment Crampel et Bretonnet, est vaincu par Rabah. Décidés à en finir, les Français envoient trois colonnes qui convergent au confluent du Logone et du Chari. Le 21 avril 1900, lors d'une grande bataille, à Kousseri (en face de N'Djamena, anc. Fort-Lamy, sur la rive ouest du Chari), Rabah est défait et tué de même que le commandant Lamy. Son empire disparaît avec lui et il est partagé entre la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, qui en annexe l'essentiel sans avoir eu à tirer un seul coup de feu.

—  Alfred FIERRO

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification


Autres références

«  RABAH (1845-1900)  » est également traité dans :

BORNOU

  • Écrit par 
  • Martin VERLET
  •  • 2 598 mots

Dans le chapitre « L'empire des Kanemi »  : […] La dynastie n'arrivera pas à résister au choc de l'attaque de Rabah qui, venu de l'est, pénètre au Bornou et fait son entrée à Kuka. Après avoir vaincu les Bornouans et fait exécuter Kiari, fils de Bukar, Rabah s'installe à Dikoa dont il fait sa capitale (mai-juin 1894 […] Lire la suite☛ http://www.universalis.fr/encyclopedie/bornou/#i_31802

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « RABAH (1845-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 23 septembre 2017. URL : http://www.universalis.fr/encyclopedie/rabah/