RABAH (1845-1900)

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Appelé Rabah par les Français, Rabih Fadl Allah ou Rabih Zubair est né en 1845 à Khartoum. Il commence par participer au trafic des esclaves dans le Bahr el-Ghazal, au service de Zubair Rahma Mansour, puis du fils de celui-ci, Suleiman. Lorsque Suleiman est vaincu par les troupes égyptiennes de Gessi Pacha, en 1879, Rabah se réfugie avec les survivants chez les Azandé, où il fonde un sultanat de 1880 à 1884. En 1885, se prétendant investi par le Mahdi (Mohammed Ahmed) qui régnait sur un territoire correspondant au Soudan actuel, il envahit le Dar-Banda.

En 1891, Rabah massacre la mission Crampel, envoyée par la France, puis marche sur le Ouaddaï. Mais il est défait et doit se replier dans les régions du sud de l'actuelle république du Tchad. En 1894, il s'avance vers le nord, attaquant le Baguirmi et le Bornou. La capitale du Baguirmi, Massenya, est prise et détruite. Rabah crée un État centré sur le sud du lac Tchad et choisit Kouka pour capitale. En 1897, le sultan du Baguirmi, Abd er-Rhamane Gaourang II, accueille la mission Gentil et se place sous le protectorat français. Mais Gentil, comme précédemment Crampel et Bretonnet, est vaincu par Rabah. Décidés à en finir, les Français envoient trois colonnes qui convergent au confluent du Logone et du Chari. Le 21 avril 1900, lors d'une grande bataille, à Kousseri (en face de N'Djamena, anc. Fort-Lamy, sur la rive ouest du Chari), Rabah est défait et tué de même que le commandant Lamy. Son empire disparaît avec lui et il est partagé entre la France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne, qui en annexe l'essentiel sans avoir eu à tirer un seul coup de feu.

—  Alfred FIERRO

Écrit par :

  • : archiviste-paléographe, conservateur à la Bibliothèque nationale

Classification

Autres références

«  RABAH (1845-1900)  » est également traité dans :

BORNOU

  • Écrit par 
  • Martin VERLET
  •  • 2 598 mots

Dans le chapitre « L'empire des Kanemi »  : […] Le long règne d'Umar se prolongera jusqu'en 1880. Puis ses fils deviendront shehu : Bukar (1880-1884) ; Ibram (1884-1885) ; Hachimi (1885-1893). Les institutions politiques se modifient profondément. Le régime aristocratique de l'ancien empire est liquidé. Une certaine méfiance se manifeste à l'encontre des Bornouans. Les charges de l'État sont confiées aux plus capables et aux plus sûrs : esclave […] Lire la suite

Les derniers événements

Algérie. Assassinat des sept moines français enlevés. 23-30 mai 1996

française. Paris appelle « solennellement » les ressortissants français à quitter l'Algérie. Le 24, le président du bureau exécutif de l'ex-Front islamique du salut à l'étranger, Rabah Kébir, condamne « cet acte criminel ». Le 28, environ dix mille personnes se réunissent sur le parvis des Droits […] Lire la suite

Algérie. Réélection du président Liamine Zeroual. 16-29 novembre 1995

socialistes et l'ex-Front islamique du salut (F.I.S.) –, le taux de participation s'élève à 75,69 p. 100. Le 17, Liamine Zeroual annonce sa volonté d'être « le président de tous les Algériens ». Le 17 également, l'instance exécutive du F.I.S. à l'étranger, dirigée depuis Bonn par Rabah Kébir […] Lire la suite

France. Grave attentat à la bombe dans le R.E.R. parisien. 25-28 juillet 1995

, le ministre de l'Intérieur offre une prime de 1 million de francs à toute personne qui permettrait d'identifier les auteurs de l'attentat. Le 28, le président de l'instance exécutive de l'ex-Front islamique du salut à l'étranger, Rabah Kébir, condamne l'attentat ainsi que l'assassinat de l'imam Abdelbaki Sahraoui, le 11, à Paris. […] Lire la suite

Algérie. Assassinat de deux religieux français. 8 mai 1994

Deux religieux catholiques français, Hélène Saint-Raymond et Henri Vergès, sont assassinés dans la Casbah, à Alger. Au même moment se déroule dans la capitale une manifestation en faveur du « dialogue » avec les islamistes prôné par le président Liamine Zéroual. L'attentat est revendiqué par le Groupe islamique armé. Le président de l'instance exécutive de l'ex-Front islamique de salut à l'étranger, Rabah Kébir, condamne ce double assassinat. […] Lire la suite

Algérie. Multiplication des assassinats d'étrangers. 2-29 décembre 1993

. Le 10, six membres fondateurs du mouvement intégriste demandent, en préalable, la libération des dirigeants de l'ex-F.I.S. emprisonnés, mais, le 17, le chef de la direction « extérieure » du mouvement, Rabah Kébir, pose des conditions inacceptables pour le pouvoir à la participation de l'ex-F.I.S […] Lire la suite

Pour citer l’article

Alfred FIERRO, « RABAH (1845-1900) », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 19 octobre 2020. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/rabah/