BLOCUS CONTINENTAL

Carte mentale

Élargissez votre recherche dans Universalis

Le tournant de 1810

Pour des raisons diverses, considérations fiscales (le revenu des douanes baisse de près de 50 millions en 1809), revendications des industriels français, privés des matières premières indispensables, de coton surtout, mécontentement de l'opinion devant la cherté des denrées coloniales, sucre et café principalement, Napoléon consent à excepter les Américains de ses propres prescriptions et organise même un système occulte de licences spéciales. Mais, s'il était facile à nos douaniers de distinguer les produits de l'Angleterre de ceux de l'industrie américaine, comment auraient-ils pu reconnaître un grain de café du Brésil d'un autre de la Jamaïque, un flocon de coton de La Nouvelle-Orléans d'un autre des Barbades ? Napoléon, voulant à la fois maintenir le continent fermé aux produits des colonies anglaises et rouvrir ses ports aux Américains, déclara toutes les denrées coloniales « réputées de provenance anglaise » et les soumit au célèbre tarif de Trianon du 5 août 1810, complété le 27 septembre par celui de Saint-Cloud. Un droit de 400 F frappait le quintal de café, de 800 F le quintal de coton d'Amérique, de 900 F le thé hyswin, de 1 000 F le cacao, de 2 000 F la cannelle fine et la muscade.

L'Angleterre a été fortement ébranlée par le Blocus. En 1811, l'inflation fit baisser la livre et monter les prix de 76 p. 100 par rapport à 1796. L'effondrement du cours des denrées coloniales (le prix du café baisse des deux tiers), la réduction des salaires, la disette, les émeutes ouvrières accompagnées de bris de machines montrent que le Blocus continental n'était pas une chimère. Cependant, il se révéla pour la France une arme à double tranchant. Si l'industrie française tira de la suppression de la concurrence quelque bénéfice, elle fut de plus en plus gênée pour se ravitailler en matières premières. Le manque de débouchés pour certains produits agricoles (blé, eaux-de-vie) irrita certains secteurs de la paysannerie. Enfin, les grands ports furent passagèrement ruinés.

Pour être efficace, il eût fallu que le Bloc [...]

1  2  3  4  5
pour nos abonnés,
l’article se compose de 3 pages

Écrit par :

  • : membre de l'Institut, professeur honoraire à la faculté des lettres et sciences

Classification

Autres références

«  BLOCUS CONTINENTAL  » est également traité dans :

COALITION GUERRES DE (1792-1815)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 1 058 mots
  •  • 1 média

Pendant dix années consécutives, de 1792 à 1802, puis pendant douze autres années consécutives, de 1803 à 1815, la France s'est trouvée en guerre avec les principales puissances de l'Europe. La guerre déclarée par Louis XVI et l'Assemblée législative au « roi de Hongrie et de Bohême » trouve son origine dans les rassemblements d'émigrés en territoire allemand et les réclamations des princes posses […] Lire la suite

EMPIRE (PREMIER)

  • Écrit par 
  • Jean TULARD
  •  • 7 981 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Le système continental »  : […] À Tilsit, Napoléon a atteint son apogée. L'alliance russe lui assurait la possibilité de vaincre l'Angleterre sur le plan économique. La défaite de Trafalgar avait en effet interdit tout nouveau projet de débarquement sur le sol anglais, mais les conseillers de l'empereur avaient attiré son attention sur le point faible de l'adversaire : la livre sterling. Tant d'or avait été envoyé sur le contine […] Lire la suite

JEAN VI LE CLÉMENT (1767-1826) roi de Portugal (1816-1826)

  • Écrit par 
  • Universalis
  •  • 587 mots

Roi de Portugal (1816-1826), né le 13 mai 1767 à Lisbonne, mort le 10 mars 1826 à Lisbonne. Fils cadet de Pierre  III et de Marie I re , Jean (dom João) devient l'héritier du trône portugais à la mort de son frère en 1788. En 1792, en raison de la fragilité mentale de sa mère, il prend les rênes du royaume. En 1799, il assume la charge de prince régent jusqu'à la mort de celle-ci en mars 1816. Pa […] Lire la suite

NAPOLÉON Ier BONAPARTE (1769-1821) empereur des Français (1804-1814 et 1815)

  • Écrit par 
  • Jacques GODECHOT
  • , Universalis
  •  • 8 310 mots
  •  • 14 médias

Dans le chapitre « Le blocus continental et la campagne ibérique »  : […] Comme Napoléon devait renoncer à envahir l'Angleterre, il tenta d'obtenir une reddition en étouffant son économie. Il interdit tout commerce avec les îles Britanniques, ordonna la confiscation de tous les biens provenant des fabriques anglaises ou des colonies britanniques et déclara de bonne prise tout navire britannique, ou ayant abordé les rivages de l'Angleterre ou de ses colonies. Pour que le […] Lire la suite

NORVÈGE

  • Écrit par 
  • Marc AUCHET, 
  • Régis BOYER, 
  • Georges CHABOT, 
  • Lucien MUSSET, 
  • Claude NORDMANN
  •  • 24 729 mots
  •  • 20 médias

Dans le chapitre « Renouveau du sentiment national (1807-1814) »  : […] La paysannerie norvégienne, sourde aux appels de la Révolution française, fut réveillée par le message piétiste d'Hans Nielsen Hauge (1771-1824), qui marqua d'une façon indélébile le luthéranisme norvégien, associé à l'esprit d'entreprise. Cependant l'hostilité contre les notables grandissait quand la Norvège ne couvrait que les deux tiers de ses besoins. Le sentiment national s'affermissait avec […] Lire la suite

ROYAUME-UNI - Histoire

  • Écrit par 
  • Bertrand LEMONNIER, 
  • Roland MARX
  •  • 43 828 mots
  •  • 67 médias

Dans le chapitre « Le grand essor mondial »  : […] Colonisation et guerres ont nourri la puissance économique comme elles en ont retiré les plus gros avantages. Une longue période de pacifisme au temps de Robert Walpole a été suivie de guerres répétées, en particulier contre la France. Le traité de Paris de 1763 vaut à la Grande-Bretagne les droits essentiels sur le Canada et l'Inde ; le premier empire colonial subit la tempête de la sécession a […] Lire la suite

SUCRE

  • Écrit par 
  • Jean-Paul CHARVET
  •  • 7 246 mots
  •  • 10 médias

Dans le chapitre « Révolution industrielle et essor de la betterave à sucre »  : […] Une nouvelle étape dans la consommation et la production de sucre est franchie au xix e  siècle, en relation avec une deuxième mondialisation : celle qui est liée à la révolution industrielle. Un sucre « indigène », c’est-à-dire issu de la betterave à sucre, donc d’une plante des latitudes tempérées, vient alors concurrencer le sucre « colonial » produit sous les tropiques. À partir des années 185 […] Lire la suite

TRAFALGAR BATAILLE DE (1805)

  • Écrit par 
  • Michèle BATTESTI
  •  • 264 mots
  •  • 1 média

Retiré à Cadix, depuis qu'il a jugé impossible de rallier la Manche pour appuyer l'invasion de l'Angleterre, le vice-amiral français Villeneuve s'y retrouve bloqué par Nelson à partir d'août 1805. Engagé dans la campagne d'Allemagne, Napoléon lui ordonne de gagner Naples. Villeneuve appareille le 19 octobre avec 33 vaisseaux, dont 15 espagnols. Le 21 vers midi, il se heurte au large du cap Trafalg […] Lire la suite

Pour citer l’article

Marcel DUNAN, « BLOCUS CONTINENTAL », Encyclopædia Universalis [en ligne], consulté le 22 septembre 2021. URL : https://www.universalis.fr/encyclopedie/blocus-continental/